FNACAB

Accueil » Dons » Pourquoi gémir au lieu d’agir…

Pourquoi gémir au lieu d’agir…

La fin de l’année 2014 se rapproche. La fnacab a fété ses 20 ans. À cette occasion, contraint par les nécessités, nous avons créé un nouveau site dont le référencement a été parfait. Nous y avons associé le blog créé deux ans plus tôt. Nous lui redonnons vie progressivement. Tous ceux qui lisent ces lignes peuvent nous faire part de leurs idées, de leurs observations, et même de leurs critiques. Je vous engage à visiter le site et le blog:

→le site:  https://federationcontreabusbancaire.wordpress.com/

→le blog: https://fnacab.wordpress.com/.

Le site et le blog voient régulièrement le nombre de visites progresser. Le plus intéressant, c’est les statistiques disponibles pour analyser l’intérêt de nos publications. Elles permettent de mettre en valeur les thèmes les plus visités. D’ores et déjà, il est possible de tirer des enseignements.

En tête, on trouve la page sur les frais bancaires. Ce n’est pas étonnant et ça confirme que les frais bancaires sont une préoccupation partagée par un grand nombre. J’en reparlerai pas mais je vous conseille d’aller voir le site qui vous donne accès à une étude démontrant qu’ils sont facturés sur une base de 800€ à 1600 €:

https://federationcontreabusbancaire.wordpress.com/frais-bancaires/

Vient ensuite la rubrique « pièges à éviter ». Cette rubrique mérite son succès. Elle a pour but d’informer le lecteur d’avoir à respecté une hygiène de vie pour se mettre à l’abri des difficultés en adoptant un train de vie compatible avec sa situation financière. Cela signifie qu’il faut arrêter de vivre à crédit et au dessus de ses moyens, de considérer le banquier comme un ami ou comme une assistante sociale. Le banquier est un danger permanent.

Mais, direz-vous, comment faire une fin de mois quand on ne gagne pas suffisamment. Je réponds que le découvert n’est jamais la solution, ni le crédit. Ces deux alternatives sont une catastrophe. Le découvert est plus pernicieux que le crédit. Un crédit n’est justifié que dans quelques cas : achat d’immobilier, achat d’entreprise, achat de voitures et éventuellement travaux ou ameublement. Seulement à dose raisonnable c’est-à-dire ne dépassant pas un tiers des revenus disponibles. C’est votre capacité d’endettement. Pour la connaitre, soustraire de son revenu : les impôts, le loyer, les autres crédits et tous les frais incompressibles. Puis divisez par 3 le solde. La solution est dans le gagner plus par le travail. Mais, me direz-vous, le travail se fait rare et il est de plus en plus mal rétribué. C’est vrai et rien ne permet de penser que la situation va s’améliorer.

Les gouvernants français ont enfermé leur peuple dans un piège en masquant la vérité pendant plus de 30 ans. Ils ont remplacé la juste rémunération du travail par les aides sociales et le crédit à la consommation. Et aujourd’hui les conséquences sont là. Les aides sociales sont remises en cause et le crédit aussi… En effet, l’oligarchie dominante depuis 30 ans qui représente, théoriquement, les élites du pays a caché la vérité à savoir qu’avait été fait le choix, sans que le peuple n’ait été consulté ou informé, de la mondialisation. Et pour être compétitif dans la mondialisation, les petits revenus des salariés doivent baisser, ce qui permet d’accroitre la compétitivité laquelle profite essentiellement aux détenteurs de capitaux qui eux voient leur revenu explosé. Le drame c’est que droite et gauche dite de gouvernement s’entendent sur ce point et bien d’autres sur le dos de la classe moyenne et des salariés.

Comme une baisse brutale des revenus pouvait entrainer des troubles sociaux sérieux, deux soupapes ont été mises en place : les aides sociales et le crédit à la consommation. Mais ces deux béquilles vacillent elles aussi : l’État et les collectivités ont assuré par l’emprunt le fonctionnement du système mais l’endettement ne peut s’accroitre indéfiniment sans faire courir un risque de faillite à l’État français, faillite qui n’est peut-être pas lointaine; le crédit provoque des drames personnels par le surendettement des ménages et même dans de nombreux cas provoque la faillite des professionnels.

La solution n’est évidemment pas dans le crédit et surtout pas dans le trop de crédit. Vous tomberez dans une spirale infernale qui vous mettra à la merci de votre banquier et à “la rue”. Votre situation s’aggravera par accumulation des frais bancaires et des agios jusqu’à votre destruction financière. La vraie solution est, au lieu de gémir sans bouger, de s’engager contre le système afin d’exiger des revenus décents de sorte que chacun puisse vivre normalement de son travail. Oui, cela demande de se battre. Mais vous n’êtes pas seuls. C’est des millions de français qui sont concernés. Diffuser le cul sur sa chaise derrière un ordinateur n’est pas suffisant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :