FNACAB

Accueil » 2014 » décembre

Monthly Archives: décembre 2014

Bonne Année : que vous souhaitez pour 2015 ?

Je vous souhaite le meilleur pour chacun individuellement que vos projets et vos espoirs se réalisent, et pour tous collectivement je souhaiterai que cette année soit celle de la prise de conscience par le plus grand nombre que la solidarité entre les générations, entre les usagers-consommateurs des divers biens et services qui sont offerts, devienne la règle. C’est une nécessité dans ce monde en mutation vers une totale déshumanisation pour que demain soit toujours humainement viable. Que la maxime des trois mousquetaires soit votre: « un pour tous, tous pour un ».

Etre conscient du modèle de société que certains mettent en place est très important.

La dématérialisation des rapports humains isole les individus; il permet à un tout petit nombre d’imposer au plus grand nombre  sa volonté sournoisement en utilisant les techniques de la manipulation de masse pour faire accepter l’inacceptable. C’est du lavage de cerveau.

La nouveauté est toujours présentée comme un mieux ou comme une nécessité pour vous ou pour l’intérêt général. En un seul objectif est poursuivi: permettre à celui qui l’impose de gagner plus ou de conserver ses prébendes.

C’est très exactement la façon d’opérer du système bancaire mais c’est aussi celle des grandes entreprises, des gouvernants même ceux démocratiquement élus; et aussi celles des régimes autoritaires ou totalitaires. Ils ne sont séparés que par une différence de degré. Dire cela est-il exagéré? A chacun de réfléchir et libre à vous de ne pas être d’accord.

Regarder les grandes surfaces. Petit à petit, elles installent des caisses automatiques et des scaners. Les caissières disparaissent progressivement. Un petit tiers des clients utilise ces appareils modernes mais la grande masse continue de passer aux caisses traditionnelles. Peu à peu elles poussent les clients à l’utilisation des systèmes automatiques en réduisant le nombre de caisses avec pour objectif la totale suppression des caissières. Aux caisses qui restent, elles n’ont plus le droit de délivrer des factures. Le problème devra être réglé si vous voulez une facture en un autre point du magasin où se trouve une machine qui émet des factures.  Et si cette machine ne marche pas, pour s’adresser à un être humain, il faudra encore faire la queue. C’est ce qui m’est arrivé très précisément. Et pourtant à grand renfort de pub on vous dit: le client est roi.

Ces grandes surfaces, après avoir ruiné l’ensemble des petits commerçants et supprimer l’emploi de ceux-ci, contribue au chômage bien que bénéficiant d’avantages étatiques, sans scrupule et sans état d’âme. Quant aux clients: ou il se soumet ou on le soumettra. De toute façon il sera obligé d’en passer par là. Pour ma part j’ai laissé tomber la facture. J’éviterai autant que faire se peut de me retrouver dans cette même situation. Il s’en moque. Je le sais. Ce serait différent si les clients réagissaient. Mais autant attendre un miracle.

Une autre aventure m’a été comptée. Circulant sur l’autoroute, un automobiliste arrive au péage au moment où son véhicule tombe en panne (problème de liquide de refroidissement) du moteur et du dessous de la voiture sort un nuage de fumée. Un routier passant sur la voie voisine lui indique la cause de la panne et surtout de ne pas rajouter du liquide immédiatement. Il faut attendre que le moteur refroidisse un petit peu. La voiture est trop lourde pour être poussée par un seul homme dans un coin de l’aire d’autoroute. Un employé arrive et demande de libérer la voie. L’automobiliste lui propose de pousser la voiture. Cela lui est interdit par son employeur. Et de toute façon il faudrait au moins 3 personnes.

Il veut appeler la dépanneuse. L’automobiliste refuse et indique qu’il restera autant de temps qu’il le faut. Tout cela dure un bon quart d’heure. Je passe sur les échanges verbaux. Si la dépanneuse était venue, l’automobiliste aurait dû s’acquitter d’au moins 200 € et attendre probablement trois quarts d’heure.

Les sociétés d’autoroutes ont supprimé tout le personnel des péages alors qu’elles gagnent des sommes faramineuses. C’est maintenant démontré et pas contesté. Elles contribuent elles aussi à supprimer l’emploi sans raison évidente et en faisant fi du service à rendre à l’usager. Je ne vous souhaite pas de vous trouver dans une telle situation. Déshumanisation mais plus de fric…

J’ai digressé avant d’en arriver aux banques. Et plus précisément à une étude parue récemment.Cette étude reflète une certaine réalité à savoir que 85 % des clients sont mécontents. Si je croyais l’analyse du journaliste, je devrais dire avec lui que les clients souhaitent un développement de la banque en ligne. Certes, Internet permet une certaine facilité mais la banque en ligne sans jamais avoir accès à l’employé  en cas de problème, est une catastrophe que nous constatons souvent. Ceux qui sont contents, sont ceux qui ont de gros moyens.Mais à la première difficulté majeure c’est la catastrophe.

L’article souhaitait un développement rapide du système. J’ai pensé que cet article était plus engagé qu’il n’y paraissait. Lorsqu’il n’y aura que des banques en ligne, les dégâts seront considérables. Je suis dans une banque où j’ai affaire à des êtres humains quand je veux tout en étant connecté à Internet gérer mon compte. Voilà la solution.

Sachez-le, la plupart des banques en ligne ont été créées par les réseaux classiques :

  • – Hello bank = BNP
  • – Bforbank = Crédit agricole.
  • – Net agence = BNP
  • – Boursorama = Société générale

 

 

Publicités

Enfin la vérité commence à être dite…

Enfin, la vérité commence à être dite clairement. Elle ne sort pas de la bouche des enfants mais de celle de Mario Draghi qui, comme chacun sait, est à la tête de la BCE. Ce n’est pas n’importe qui. Nous savons qu’il se débat comme un beau diable pour sauver le soldat euros. Ayant épuisé presque toutes les ficelles pour soigner cette grande malade qu’est la monnaie unique qui s’obstine à ne pas guérir, il a fait une déclaration lors de son déplacement en Finlande. La Finlande, c’est loin. Tous propos tenus loin nous parviennent affaiblis. Car notre grande presse est plus préoccupée par des informations futiles que par les véritables réalités économiques. N’est-elle pas la propriété des bénéficiaires du système dominant ? N’a-t-elle pas intérêt à la désinformation ?

Les déclarations de Draghi n’ont pas été reprises en boucle et n’ont pas donné lieu à de multiples débats et pourtant elles sont de nature à affecter directement la vie de la quasi-totalité de la population. En effet, pour sauver l’euro, il a avoué qu’il fallait baisser les salaires. Cela ne concerne pas les revenus mirifiques des grands dirigeants et de certains cadres supérieurs. Mais cela concerne la quasi-totalité des salariés mais avec eux ce que l’on considère appartenir à la classe moyenne.

C’est qui la classe moyenne ? Selon un classement, elle représente 30% de la population. Les employés et ouvriers 50%. Il faut donc baisser les revenus de 80% de la population.

La classe supérieure représente 20% de la population. Elle est intouchable.

Pour les 50% (employés et ouvriers) la baisse des salaires, c’est en cours depuis plusieurs années. Et si vous n’êtes pas contents, sachez qu’il y a plein de demandeurs d’emploi qui attendent votre place.

Pour les 30%, Macron, dont on découvre ces jours çi les revenus, s’en occupe avec la loi Macron dont le but est de s’attaquer à la classe moyenne. Lui fait partie des 20%. Je n’ai pas vu de loi concernant ces 20%. A eux, défense de toucher.

Un français moyen.

 

 

Abus bancaires : la BNP vise t’elle la première place…?

En cette fin d’année 2014, nous constatons une recrudescence très anormale des plaintes à l’encontre de la BNP. Ces plaintes émanent aussi bien de particuliers que d’entreprises. Mais plus curieux encore : même des clients en bonne santé financière voient leur compte clôturé sans raisons…

Que ceux qui disposent d’informations pouvant expliquer ce comportement, nous les communiquent. Que ceux qui ont à se plaindre, nous contactent également pour témoigner.

La France entière est au courant de l’amende phénoménale payée par la BNP, des enquêtes ouvertes récemment relatives à certains cadres pour délit d’initié.

Tout cela est il lié? Réponse après notre enquête.

Oui, elle a du courage…bravo

C’est de cette femme dont je vais vous parler. Vous ne la connaissez pas. Elle est sénatrice démocrate du Massachussets aux Etats Unis. Elle milite pour une réforme bancaire précise: séparer les activités de spéculation de l’activité de dépôt.

Résumons la situation. Vous avez entendu parler de la crise de 1929. En 1933, le gouvernement américain a tiré les leçons de la crise. Le président Roosevelt (démocrate) a fait voter une loi (glass-steagall act) pour séparer l’activité des banques : d’un côté les dépôts des clients, de l’autre côté les activités spéculatives des financiers. Cela afin que les états n’aient pas à assumer le sauvetage des organismes bancaires en raison de leurs activités spéculatives.

Ces dispositions ont assuré la pérennité du système. C’est sous la présidence de Bill Clinton que des réformes législatives ont permis au système bancaire de fonctionner comme avant la crise de 1929 en raison de l’abolition de cette loi. Le résultat ne s’est pas fait attendre longtemps : en 2008, une crise semblable à celle de 1929 s’est produite, crise encore plus forte.Pas encore terminée.

En 2010, tirant les conséquences de la crise de 2008, le gouvernement américain a sommé les banques de séparer leurs activités de spéculation de celles de dépôt pour éviter d’avoir à les renflouer. Une loi fut adoptée (Dodd-Franck): ces activités spéculatives ne devant plus être assurés par les garanties bancaires. L’application de la loi fut retardée de deux ans à la demande des banques et nous apprenons qu’en 2014, subrepticement, cette disposition vient d’être abolie par le congrès. Des sénateurs et des membres de la chambre des représentants se sont élevés contre cette disposition avec en tête Élisabeth Warren.

Ce qui est extraordinaire, c’est que Obama, en personne, ainsi que le grand patron de JP Morgan, en personne, ont téléphoné aux élus démocrates personnellement pour les convaincre de voter en faveur du texte.

Vous ferez connaissance avec Elizabeth Warren et avec son combat; vous aurez plus d’infos en cliquant sur le lien suivant :

– sa prise de parole devant le congrès

– son interpellation : »Trop, c’est trop »dit elle a Obama

Et voilà comment nous constatons la soumission des politiques qui viennent se faire élire en se déclarant « ennemi de la finance »et qui, une fois élue, n’ont qu’une hâte : se coucher devant elle au détriment des citoyens.Certains sauvent l’honneur.

162 organisations ont signé un appel de même que des politiques. Des élus républicains et démocrates ont déposé un projet de loi qui est en attente.
Et en France que font-ils ? Rien, toujours rien, encore rien. Pire, le gouvernement de Pépère a fait capoter le projet européen de taxe Tobine. Et les français ? Que font-ils ?

 

 

Soyez fous, soyez vous…

Pour ceux qui nous font l’honneur de nous lire régulièrement, le titre de cet article va vous étonner. C’est la conclusion d’une publicité télévisée pour maison du monde qui commence par l’évocation de droit comme le droit de porter un string, celui de se prendre pour le King, celui de s’offrir des cadeaux, etc… Le tout sur le mode chanté et musical. Cette pub se termine par: « soyez fou, soyez vous. » Cliquez pour voir la pub.

Cette publicité m’a particulièrement frappé car je la trouve significative de notre époque. Plus précisément, de l’époque qui s’est ouverte au milieu des années 80 avec la déréglementation d’une manière générale et plus particulièrement avec la déréglementation de la distribution du crédit conso.

Elle tend à inciter les consommateurs à se desinhiber totalement pour consommer quitte à être fou c’est-à-dire à outrepasser ses moyens.. Ne parlons pas d’outre passer ses besoins..

Pas de souci, si vous n’avez pas l’argent sur le compte, le vendeur saura vous faire signer une demande de crédit express en vous conseillant de ne pas dire la vérité sur votre endettement.

Et trois mois plus tard vous commencerez à avoir des difficultés et vous commencerez à connaître les délices des services contentieux qui adresseront des relances comminatoires et le stress naîtra avec la peur de tout perdre.

Vous aurez ensuite des relances huissiers, votre peur s’intensifiera. Vous recevrez des relances téléphoniques jusqu’à 23 heures le soir et sur votre lieu de travail parce que ce gentil vendeur vous aura demandé votre numéro de portable et du domicile pour assurer la livraison…

Totalement paniqué, vous contracterez un nouveau crédit pour mettre à jour les échéances en retard et rapidement, l’emprunt ne sera plus possible car vous serez inscrit au fichier FICP. La solution légale sera le surendettement avec inscription à un autre fichier si le dossier est accepté. Et vous en aurez pour 10 à 15 ans de galère.

À moins que votre dossier soit refusé pour mauvaise foi (si vous avez suivi les conseils du vendeur qui vous a proposé une fausse déclaration pour faire passer le dossier). Là, vous êtes partis pour une galère encore plus grave.

Et tout cela pour avoir été fou quelques heures.

Vous viendrez alors, et alors seulement voir la fnacab qui fera ce qu’elle pourra mais elle n’a pas le pouvoir de faire des miracles. Cela vous coûtera une cotisation. Certains n’auront même plus les moyens de payer cette modique somme. 80 % des dossiers dont on s’occupe se termine bien mais il reste 20 %. Peut-être serez-vous dans les 20 %.

Soyez fous, soyez vous : repenser à votre grand-mère. La mienne disait: « j’achète quand j’ai économisé de quoi payer. »

Quant à la musique originale de cette pub:

cliquez ici pour savoir

Pauvre France…

Pauvre français, tu es trop bête pour tout comprendre…

Tu es dirigée par des individus qui savent tout. Ils sont vraiment les meilleurs.Ils ont fait l’ENA et nous, même avec bac plus 7 nous ne comprenons rien. Le peuple? croyez vous qu’il peut comprendre que pour plus de croissance, il faut travailler le dimanche, travailler toujours plus, mais gagner toujours moins. Quant aux privilégiés ( la classe moyenne, les professions libérales, les artisans, les petits patrons ) ils gagnent trop, le gouvernement s’en occupe pour qu’ils gagnent moins.

Les sénateurs, les élus en tout genre, les hauts fonctionnaires eux ne gagnent pas trop. Ils travaillent tellement. Et surtout, ils ne se délocalisent pas. Une chance pour la France?

Il faut réformer pour créer des emplois, retrouver de la compétitivité. Pour cela il faut baisser les revenus. Macron a plein d’idées pour cela et plein de certitudes. Ce n’est pas pour des prunes qu’il est énarque. Après les coups de rabot par ci par là, pour plus de recettes, après l’augmentation généralisée de la fiscalité et des charges, il veut rendre du pouvoir d’achat aux français en détruisant les professions qui marchent encore un peu bien que très fortement impactées par la crise. Comment se fait il qu’on n’avait pas encore détruit ce secteur? Ne vous inquiétez pas, ça vient. Vous ne jouissez pas de la même protection que les banksters?

La réforme ce n’est pas pour tout le monde. Et surtout pas pour les spéculateurs financiers: les banquiers et leurs actionnaires. Vous avez entendu parler de la taxe sur les transactions financières. Il y a du nouveau: Mr Sapin s’occupe d’enterrer la taxe Tobine (taxe qui devait assujettir à l’impôt les transactions financières hautement spéculatives ). Elle devait rapporter entre 10 et 24 milliards d’€ à l’état. L’Angleterre n’en voulait pas mais maintenant qu’elle dit oui, Sapin la saborde. La France pouvait réduire de 1% le déficit budgétaire. Mais vous n’y pensez pas, espèce de gueux incultes, la BNP et la Société Générale et toutes les banques sont montées au créneau. Les banques sont quasiment toutes dirigées par des anciens du ministère des finances. On ne peut pas leur faire cela surtout que la finance n’est plus l’ennemi de notre Président.

Ah, vraiment la France est in-réformable Mr Macron! Il n’est pas  possible de réformer la finance. Surtout quand on n’en a pas la volonté. Tant que le peuple ne se réveillera pas, rien ne sera fait. Voici un lien pour en savoir + cliquez ici .

Vous croyez peut être, vous français, que les intentions de la loi Macron sont sans arrières pensées et les explications lénifiantes de Mr Macron vous rassurent. Ceux qui ont pris la peine de lire le projet savent que cette loi comporte des aspects extrêmement négatifs. Voici un lien pour en savoir + cliquez ici.

Par amour de la France…ou par amour du fric !

Par amour de la France…ou par amour du fric.

La retraite de Hollande sera, si l’information se révèle exacte, 36000€ mensuel. Il aime tellement la France! (Chirac perçoit 31000€ et Giscard 30000€). Ce qui est grave c’est qu’il a légalement accumulé une retraite de la Cour des comptes pendant 30 ans en y mettant les pieds peu de temps, soit quelques deux ou trois années avant de devenir député. Mais ces gens peuvent continuer à accumuler des points tout en n’occupant plus aucune fonction. Incroyable mais vrai. Et il parait que les professions libérales qui sont à leur travail tous les jours pendant 40 ans sont des privilégiées parce que certains et seulement quelques uns gagnent de toute façon moins que ces politiques. Ces politiques qui sont incompétents quand on voit le gouffre au bord duquel ils ont amené la France .

En savoir + CLIQUEZ (ICI)

et aussi CLIQUEZ (ICI)⇒

http://lelab.europe1.fr/Francois-Hollande-est-toujours-en-detachement-de-la-Cour-des-comptes-et-gagne-donc-des-points-retraite-19212

Tout cela en raison des cumuls qui sont légalement autorisés. Ne sont pas compris les différents avantages en nature qui font qu’un ancien président de la république coûte à l’État pas loin de 5 millions d’euros par an. Aucun d’entre eux qui, par ailleurs, étaient et sont fortunés, ne renoncent à tous ces prébendes alors qu’ils ont « bassiné » les Français durant des années avec des déclarations d’amour de la France. La France et les Français sont en grande difficulté mais, eux, continuent de tirer sur les mamelles jusqu’à épuisement.
Peut-être font-ils des dons au téléthon ou aux petites soeurs des pauvres.
Vous n’y croyez pas. Nous non plus. Aucun d’entre eux ne renonce à percevoir sa retraite ou à la donner à des nécessiteux, alors qu’ils en ont déjà beaucoup plus qu’ils en ont besoin, à l’instar de Bepe Mujica, élu président de l’Urugay qui reverse au pauvres 87% de son traitement.
Un autre qui fait preuve d’un gros appétit, c’est Thierry Lepaon et cette info est confirmée. Il est censé défendre les salariés. Il est plus fort pour défendre ses intérêts. On croit rêver. Il combat les retraites chapeau et il touche 30 000€ pour changer de fonction. Continuez camarades à payer vos cotisations, elles ne sont pas perdues pour tout le monde.
Le problème n’est pas de savoir à combien une rémunération est légitime  ou ne l’est pas. Le problème, c’est l’appétence pour l’argent qui permet de soupçonner une absence de rigueur morale. Qui dit disparition de l’éthique dit trahison de sa mission. Qui dit trop grand intérêt pour l’argent, dit sensible à la corruption.

En savoir + CLIQUEZ (ICI)