FNACAB

Accueil » Dons » Le système bancaire et le mécanisme de l’escroquerie

Le système bancaire et le mécanisme de l’escroquerie

Ceux qui ont étudié le droit pénal spécial ont étudié le mécanisme de l’escroquerie. Ils ont appris que l’escroc aime démesurément l’argent facile et n’a aucun scrupule pour s’en procurer. Il n’hésitera pas à dépouiller la dupe puisque c’est ainsi qu’on appelle la victime.
Pour faire de l’argent,l’escroc va rechercher un profil bien défini même s’il n’en a pas vraiment conscience. Il va s’adresser à ceux qui, aussi, aime l’argent et parfois l’argent facile. La dupe en effet est quelqu’un qui aime l’argent. Qui espère toujours améliorer ses ressources. Elle va répondre à des offres mirifiques et oublier que elles sont trop belles pour être vraies. Par exemples 5 % par mois d’intérêts, voir comme Madoff l’a fait 20 % d’intérêt. La dernière escroquerie que je viens de voir c’est une escroquerie consistant à vendre à des petites gens des géo-localisateurs de voitures qui devaient être placées en location auprès de clients et devait rapporter aux acquéreurs-investisseurs outre leur mise de fonds une somme mensuelle confortable. Évidemment il n’en fut rien et ils ont tout perdu.
Le système bancaire et monétaire fonctionne de la même façon aujourd’hui. Mais, en plus, il bénéficie de la protection des lois et des états. Seuls les prudents, ceux qui n’oublient jamais que les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, échappent au pire. Mais ils laissent toujours quelques plumes dans la fréquentation du système bancaire.
Le système financier, tel qu’il lui est permis de fonctionner depuis la moitié du XXe siècle (ce n’est pas vieux) est un vampire assoiffé d’argent. Il doit par tous les moyens s’en procurer tous les jours davantage. Peu lui importe la pauvreté, la souffrance, la ruine des uns ou des autres.Vous pouvez éviter cela en suivant seulement la morale de trois fables de La Fontaine bien connue
– la poule aux œufs d’or
–La grenouille et le bœuf
– le corbeau et le renard

Avouez que ce n’est pas si difficile. Ces fables datent des années 1667 et suivantes. + de 400 ans. Et si on remonte à Esope depuis + de 2400 ans. Impensable que ce ne soit pas intégré dans les esprits ou alors la force de la désinformation est trop puissante. La première table vous permet d’éviter l’écueil le constitue l’aspiration à devenir très riche trop rapidement. Placez votre argent raisonnablement et avec beaucoup de prudence. Il vaut mieux un tout petit rapport et une sécurité la recherche d’un gros rapport et perdre tout ou partie de ses avoirs.

 LA POULE AUX OEUFS D’OR
On perd tout en voulant trop gagner.

Je ne veux, pour le témoigner,
Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable,
Pondait tous les jours un oeuf d’or.
Il crut que dans son corps elle avait un trésor.
Il la tua, l’ouvrit, et la trouva semblable
A celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien,
S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
Belle leçon pour les gens chiches :
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches ?

La deuxième fable met en garde contre l’ambition démesurée, la boulimie la démesure. J’ai vu des milliers de gens qui perdent tout pour avoir voulu encore plus alors qu’ils avaient déjà suffisamment.

La grenouille et le boeuf

Une Grenouille vit un Boeuf.
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? Dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. M’y voilà ?
– Vous n’en approchez point. » La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Et la troisième fable qui a en quelque sorte une morale assez proche de la première vous rappelle qu’il ne faut pas céder au flatteur, aux « conseillers », à ceux qui profitent de vous. Un employé de banque va profiter de vous parce qu’il a des objectifs à remplir.

Le Corbeau et le Renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.  »
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :