Accueil » 2015 » octobre

Monthly Archives: octobre 2015

Cette fois, on y est…

tout est en place pour vous spolier de vos économies. Pendant que vous bronziez, une ordonnance, prise en plein mois d’août, dans le plus grand silence des médias que la majorité d’entre vous écoutait sans esprit critique, les politiques de ce pays ont adopté la décision de la commission européenne de permettre la ponction des comptes bancaires de tous, particuliers et entreprises compris. Ne cherchez pas, vous ne trouverez pas de sanctions contre les banquiers qui ont menés les banques et tout le système au bort de la nouvelle crise qui s’approche sauf en Islande. N’ayez pas peur des dettes vous allez les payer par les impôts et par les prélèvements sur vos économies.

Pour vérifier l’info, voici le lien pour lire cette ordonnance assez indigeste comme tous ces documents.

Ordonnance n° 2015-1024 du 20 août 2015 portant diverses dispositions d’adaptation de la législation au droit de l’Union européenne en matière financière

Bien sûr les génies qui nous gouvernent sont pas passés par le parlement. Trop de publicité possible. Surtout continuez de voter pour les même, ils vont vous sauver avec vos économies. Le système de spoliation se met en place petit à petit avec d’autres mesures tels que les intérêts négatifs par exemple qui vont affecter tous sommes mises en banque sous quelques formes que ce soit. Vous pouvez ou rejoindre les militants de la FNACAB ou continuer de croire qu’on n’y peut rien et poursuivre votre endormissement.

En savoir +

paresseux

Stops aux mensonges sur les bienfaits de l’€

3 banquiers de plus en prison…

Ce mois-ci, l’Islande vient encore d’envoyer trois banquiers de plus en prison ! Ce qui porte à 26 le nombre de financiers islandais condamnés à vivre derrière les barreaux depuis 2012. 26 ! On les accuse d’avoir plongé le pays dans la crise de 2008. Mais, pourtant, cette crise financière était internationale. Alors, pourquoi les banquiers islandais sont-ils les seuls à payer ?

Cumulées, les 26 condamnations représentent 74 années de prison ! Certaines peines atteignent même 6 ans, le maximum légal ! La justice islandaise s’est réellement montrée intraitable…

Cliquez ici pour en savoir +

islande-26-banquiers-prison-2

Tués par les dealers du crédit…

Alain BousquetNe voyez dans mes propos ni colère, ni amertume, ni révolte. Seulement la volonté de réaffirmer une vérité. Je sais que cette vérité n’est pas comprise par tout le monde. Après des années de combat contre les abus bancaires et le système financier qui va avec, contre les lois scélérates qui protègent ce système, je suis plus convaincu que jamais de la malfaisance des lois qui ont permis une distribution abusive du crédit. Il est, n’en doutez pas, une arme de destruction massive de la société.

Aujourd’hui, j’ai appris la mort de toute une famille à la suite de l’overdose de crédit qu’elle s’est infligée. Le père s’est pendu après avoir, semble-t-il, tué son épouse et ses trois enfants. Je ne connais pas les détails du pourquoi ? Mais je puis imaginer le vécu et l’itinéraire suivi pour en arriver là, à savoir le suicide d’une famille entière.(ICI)

Ce n’est pas la première fois qu’un tel drame se produit (ICI). D’autres drames sont survenus. Le surendettement n’est pas la seule cause du passage à l’acte mais il en est très souvent le détonateur. Pourquoi ? Parce que les difficultés financières provoquent un sentiment de honte et amène l’individu ou les familles à se replier sur elle-même, à perdre le contact même parfois avec leur propre famille. Et en plus du sentiment de honte, il y a obligatoirement un sentiment d’échec. S’ajoute l’absence d’issue et l’angoisse du lendemain; le mauvais stress permanent amplifié par les services contentieux qui harcèle en jouant sur la peur et rendent la vie infernale.

Les services contentieux menacent de toutes sortes de sanctions, recourent, au besoin, au mensonge. Le débiteur est tenu dans un état d’angoisse épouvantable. Nous le voyons tous les jours. Et même si on le rassure, chaque fois qu’il reçoit un courrier ou un coup de fil, le débiteur est totalement affolé.

Cet état de stress peut favoriser le passage à l’acte chez un individu prédisposé au suicide. Être prédisposé au suicide ne veux pas dire qu’on va se suicider obligatoirement. Il faut une cause, un fait de nature à déclencher le passage à l’acte. Si cet acte concerne qu’un individu, tant pis pour lui mais si, comme en l’espèce, il concerne toute une famille, c’est catastrophique pour cette femme, les enfants et les autres parents.

Mais me direz-vous, ils sont majeurs ces emprunteurs et ils se mettent seuls dans cette situation. Vrai et faux. Réfléchissons. Pourquoi, jusqu’en 1985, la distribution du crédit était encadrée pour les banques et les sociétés de crédit ? Pourquoi ? Si ce n’est que les prêteurs ont toujours exagéré dans leur façon d’opérer. Pourquoi a t on réglementé les taux d’intérêt ? Si ce n’est que les prêteurs ruinaient les gens. L’État a toujours mis des protections devant la déraison des financiers. Tout à coup, plus de règle. Et les quelques règles minimes ne sont pas respectées. Voir le rapport du Conseil national de la consommation relatif à la publicité sur le crédit à la consommation et aux crédits renouvelables(ICI).

Quand un individu emprunte, il croit toujours pouvoir s’en sortir soit en travaillant plus, soit parce qu’il attend de l’argent qui n’arrive jamais. Et le service commercial lui fait croire qu’on s’arrangera toujours s’il a des difficultés.
Ceux qui vivent du crédit ou du commerce nécessitant un emprunt (immobilier, achat d’entreprise) usent de toutes les astuces apprises dans les écoles de commerce. Les emprunteurs souvent acheteurs n’ont pas la formation pour détecter le danger. Ils n’ont pas fait ou peu fait d’étude. Le vendeur a les arguments pour endormir la vigilance de l’individu le plus raisonnable.

C’est pourquoi on voit toutes sortes de personnes tomber dans les panneaux.

Pourquoi en est-on là, parce que l’État a besoin du crédit pour remplacer les revenus et les salaires qui ne cessent de baisser depuis 20 ans à cause de la mondialisation dans laquelle on nous a précipité sans demander notre avis. Le crédit constitue avec les aides sociales les deux piliers de l’économie.Voir l’article « les deux nouvelles mamelles… »(ICI).

L’État lui-même vit à crédit. Regardez l’étude concernant le crédit à la consommation et vous comprendrez peut-être à quel point on est manipulé par la publicité (ICI). C’est pour ça aussi qu’au lieu de prendre des mesures efficaces, l’État se contente de mesurettes alors qu’on connait la solution.

Voila encore une promesse non tenue par les différents gouvernements.

Vos médias adorés se taisent…

Pourtant un « petit pays »va encore, probablement, donner une leçon. L’idée choc étudiée en Islande : et si on retirait aux banques la capacité de créer de la monnaie ?

Cliquez (ICI)

La preuve que…

manif lerda

Le pire est en route…dormez braves gens.

Lentement mais surement les taux négatifs s’installent dans le silence général comme quelque chose de normal alors que c’est d’une gravité telle qu’ils seront une des causes de la crise des assurances vie.

En savoir + : cliquez sur l’image.

https://i1.wp.com/www.rts.ch/2015/01/20/10/14/6472559.imageLisez cet article écrit par Charles Sannat

« Les taux c’est le prix de l’argent, quand les taux sont à 0, l’argent ne vaut rien et votre épargne itou…

C’est cela que vous devez garder à l’esprit. Votre épargne dans un univers de croissance 0 générant des taux 0 ou pire négatifs au mieux ne rapportera rien… au mieux, car au pire elle va perdre de la valeur.

Prenez les contrats d’assurance-vie par exemple. Le placement préféré des français qui continuent d’ailleurs d’investir des fonds dessus, poussés par leurs gentils banquiers qui leurs veulent du bien et qui expliquent « ma brave dame, le livret A rapporte 0,75%, alors vous me prendrez bien un peu de fonds euros en plus à 1,5% ou 2%… en plus avec l’assurance-vie on paye moins d’impôts » !!!

La brave dame qui pense faire une bonne affaire (ça marche aussi avec le brave type) ne se demande pas pourquoi elle paierait moins d’impôts sur de l’assurance-vie que sur autre chose et se demande pas pourquoi les assurances-vie versent des rendements un peu supérieurs, ni même quoi que ce soit d’autre. Non le banquier lui a dit « c’est garanti »… sauf qu’en ce bas monde rien n’est garanti, que votre assurance-vie fonds euros est constituée d’obligations d’Etats c’est-à-dire d’emprunt d’Etats plus ou moins solvables, que si les taux sont plus élevés que le livret A c’est parce que l’épargnant prête à 30 ans à son Etat insolvable, et que si les impôts sont moins forts sur un tel placement c’est parce que l’Etat a besoin de votre argent et qu’à un con-tribuable pressuré mettre une petit carotte fiscale fait toujours son effet et permet de drainer votre épargne en douceur, là où on veut exactement vous faire aller…

La nasse va se refermer !

Ceux qui sont chasseurs ou pêcheurs le savent… l’important c’est la stratégie pour rabattre le gibier, l’amener vers les tireurs et là, c’est le carnage. Aucune possibilité de s’échapper.

C’est ce qui va vous arriver. La nasse va se refermer sur les épargnants et c’est déjà le cas. La première spoliation a lieu lorsque votre épargne ne rapporte rien. Si l’inflation c’est « l’euthanasie du rentier » les taux bas aussi. Les taux négatifs j’en parle même pas. D’ailleurs en Allemagne, les taux minimum garantis vont être supprimés… comme quoi il n’y a rien de véritablement garanti dans un univers économique de politiques monétaires « non-conventionnelles ».

Au mieux vos placements ne rapporteront plus rien. Au pire la nasse se refermera et les chasseurs vous attendent à l’orée du bois, fusils chargés. Car tout le cadre juridique nécessaire à ce grand ramassage de l’épargne est déjà en place. Au niveau européen, mais aussi très concrètement dans le cadre des législations françaises en particulier celles régissant les assurances-vie.

Dans ma rubrique « P » (pour patrimoine) de ma lettre STRATAGIE j’analyse ces éléments et dans le prochain numéro vous découvrirez de quoi vous faire frémir sur les contrats d’assurance-vie et le code des assurances… c’est passionnant ! J’explique tout ici.

Sachez qu’il y a des solutions et ces solutions devront passer par des constats économiques suivis de choix personnels forts en termes d’allocations d’actifs. »