FNACAB

Accueil » Dons » Tués par les dealers du crédit…

Tués par les dealers du crédit…

Alain BousquetNe voyez dans mes propos ni colère, ni amertume, ni révolte. Seulement la volonté de réaffirmer une vérité. Je sais que cette vérité n’est pas comprise par tout le monde. Après des années de combat contre les abus bancaires et le système financier qui va avec, contre les lois scélérates qui protègent ce système, je suis plus convaincu que jamais de la malfaisance des lois qui ont permis une distribution abusive du crédit. Il est, n’en doutez pas, une arme de destruction massive de la société.

Aujourd’hui, j’ai appris la mort de toute une famille à la suite de l’overdose de crédit qu’elle s’est infligée. Le père s’est pendu après avoir, semble-t-il, tué son épouse et ses trois enfants. Je ne connais pas les détails du pourquoi ? Mais je puis imaginer le vécu et l’itinéraire suivi pour en arriver là, à savoir le suicide d’une famille entière.(ICI)

Ce n’est pas la première fois qu’un tel drame se produit (ICI). D’autres drames sont survenus. Le surendettement n’est pas la seule cause du passage à l’acte mais il en est très souvent le détonateur. Pourquoi ? Parce que les difficultés financières provoquent un sentiment de honte et amène l’individu ou les familles à se replier sur elle-même, à perdre le contact même parfois avec leur propre famille. Et en plus du sentiment de honte, il y a obligatoirement un sentiment d’échec. S’ajoute l’absence d’issue et l’angoisse du lendemain; le mauvais stress permanent amplifié par les services contentieux qui harcèle en jouant sur la peur et rendent la vie infernale.

Les services contentieux menacent de toutes sortes de sanctions, recourent, au besoin, au mensonge. Le débiteur est tenu dans un état d’angoisse épouvantable. Nous le voyons tous les jours. Et même si on le rassure, chaque fois qu’il reçoit un courrier ou un coup de fil, le débiteur est totalement affolé.

Cet état de stress peut favoriser le passage à l’acte chez un individu prédisposé au suicide. Être prédisposé au suicide ne veux pas dire qu’on va se suicider obligatoirement. Il faut une cause, un fait de nature à déclencher le passage à l’acte. Si cet acte concerne qu’un individu, tant pis pour lui mais si, comme en l’espèce, il concerne toute une famille, c’est catastrophique pour cette femme, les enfants et les autres parents.

Mais me direz-vous, ils sont majeurs ces emprunteurs et ils se mettent seuls dans cette situation. Vrai et faux. Réfléchissons. Pourquoi, jusqu’en 1985, la distribution du crédit était encadrée pour les banques et les sociétés de crédit ? Pourquoi ? Si ce n’est que les prêteurs ont toujours exagéré dans leur façon d’opérer. Pourquoi a t on réglementé les taux d’intérêt ? Si ce n’est que les prêteurs ruinaient les gens. L’État a toujours mis des protections devant la déraison des financiers. Tout à coup, plus de règle. Et les quelques règles minimes ne sont pas respectées. Voir le rapport du Conseil national de la consommation relatif à la publicité sur le crédit à la consommation et aux crédits renouvelables(ICI).

Quand un individu emprunte, il croit toujours pouvoir s’en sortir soit en travaillant plus, soit parce qu’il attend de l’argent qui n’arrive jamais. Et le service commercial lui fait croire qu’on s’arrangera toujours s’il a des difficultés.
Ceux qui vivent du crédit ou du commerce nécessitant un emprunt (immobilier, achat d’entreprise) usent de toutes les astuces apprises dans les écoles de commerce. Les emprunteurs souvent acheteurs n’ont pas la formation pour détecter le danger. Ils n’ont pas fait ou peu fait d’étude. Le vendeur a les arguments pour endormir la vigilance de l’individu le plus raisonnable.

C’est pourquoi on voit toutes sortes de personnes tomber dans les panneaux.

Pourquoi en est-on là, parce que l’État a besoin du crédit pour remplacer les revenus et les salaires qui ne cessent de baisser depuis 20 ans à cause de la mondialisation dans laquelle on nous a précipité sans demander notre avis. Le crédit constitue avec les aides sociales les deux piliers de l’économie.Voir l’article « les deux nouvelles mamelles… »(ICI).

L’État lui-même vit à crédit. Regardez l’étude concernant le crédit à la consommation et vous comprendrez peut-être à quel point on est manipulé par la publicité (ICI). C’est pour ça aussi qu’au lieu de prendre des mesures efficaces, l’État se contente de mesurettes alors qu’on connait la solution.

Voila encore une promesse non tenue par les différents gouvernements.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :