FNACAB

Accueil » 2016 » décembre

Monthly Archives: décembre 2016

La Bundesbank rapatrie son or de New York et Paris “plus tôt que prévu” —

“En janvier 2016, trois ans après avoir débuté le transfert d’une partie de son or détenu à l’étranger dans les coffres de la Banque de France, à Paris, et de la Fed à New York, la Bundesbank a annoncé qu’elle avait rapatrié un total de 366,3 tonnes, portant le total des réserves d’or détenues à Francfort […]

via La Bundesbank rapatrie son or de New York et Paris “plus tôt que prévu” — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Publicités

A propos du conditionnement collectif…

A lire et relire ce texte de Serge Carfantan sur le cynisme politique. A la fois inquiétant et étonnant d’actualité. « Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que […]

via Le conditionnement collectif — Le Blog de la Résistance

Il n’y a pas de “guerre contre le cash” mais contre la totalité de votre argent.

Publié par Philippe Herlin

Et si la “guerre contre la cash” était l’arbre qui cache la forêt, le chiffon rouge qu’on agite ? Et si le danger ne pesait pas seulement sur l’argent liquide mais sur la totalité de l’argent des déposants ? La guerre contre le cash, que l’on voit ici et là, n’est […]

La suite ici

 

Un excellent conseil à suivre…

Ce conseil s’inscrit dans le cadre de notre campagne « insurrection pacifique »que nous lancerons lors du salon des abus bancaires le 5 février prochain. Lisez bien cet excellent art ticle trouvé sur le blog La Chronique Agora. Il rejoint notre avis très critique sur les préconisations de l’AFUB pour éviter l’augmentation des frais bancaires développée dans notre article « Demain, il sera trop tard » .

Cet article évoque tout l’intérêt que bon nombre de clients auraient à ouvrir un compte Nickel qui est accessible aux particuliers et aux auto entrepreneurs. Votre démarche de débancarisation sera un premier geste de participation à la campagne « insurrection pacifique ».

Agissez au lieu de vous lamenter dans votre coin en répétant qu’on ne peut rien faire. Soyez un des moustiques décrit par le Dalaï Lama:

“Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique. Vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir”.

Un moustique se fout des règles des autres, de leurs lois, de leurs croyances, leurs titres, leurs moyens financiers… il pique quand une occasion se présente.

Et vous savez ce qui est pire qu’un moustique ? …Plusieurs

Le salon des abus bancaires, c’est bientôt…

capture

image2

Pour une insurrection pacifique…

Rejoignez-nous, pour une insurrection pacifique contre la violence du système bancaire. (ce sera le thème du salon des abus bancaires)

Pour cela, nul n’est besoin d’action violente. Les moyens d’expression et de pression pacifique sont suffisamment nombreux et efficaces. La violence, même légitime, engendre une réplique du système en place et un système  est toujours plus fort que des individus.

Alors, privilégions l’insurrection pacifique qui ne fait pas courir de risques mais qui produit des effets tels qu’un changement sera inévitable.Vous n’y croyez pas, alors voici deux petites histoires:

L’une évoquée par le Dalaï Lama: “Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique. Vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir”.

Un moustique se fout des règles des autres, de leurs lois, de leurs croyances, leurs titres, leurs moyens financiers… il pique quand une occasion se présente.

Et vous savez ce qui est pire qu’un moustique ? Plusieurs

Deuxième histoire, celle du colibri

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt.Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre.

Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit :

 » Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ». Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

Sachez que les abus du système bancaire atteignent l’ensemble des individus qu’ils soient riches ou pauvres, jeunes ou adulte, citoyens français ou étrangers, homme ou femmes. Retraités ou salariés, professionnels indépendants ou commerçants, fonctionnaires. Les citoyens de droite comme ceux de gauche. Cela fait du monde.

Le constat est affolant.

  1. – Ce système provoque crise sur crise depuis les réformes des années 80.
  2. – La crise de 2008 n’est pas encore achevée qu’une nouvelle plus grave arrive.
  3. – L’économie réelle est gravement impactée.
  4. – Et donc les particuliers et les entreprises petites et moyennes.
  5. –  Tout le monde est racketé de plus en plus par les frais bancaires, par les taux bas et dans certains cas négatifs des placements.
  6. – et par des lois récentes permettant de renflouer les banques en difficulté avec notre argent.

Que fait l’État, il met en place un système qui permettra de renflouer les banques avec votre argent. Les politiques qui ont parlé de réformes pour se faire élire, mais ils n’ont rien fait. Alors que tout le monde sait ce qu’il faut faire.

Ils n’ont pas encore pris acte de la gravité des méfaits engendrés par le système financier tant ils sont sur une autre planète.

Nous sommes tous victimes des abus bancaires. Il faut donc faire parvenir le message au plus de monde possible.

Comment s’y prendre?

D’abord par la dénonciation des méfaits de ces abus en les révélant par tous moyens autour de nous.

Phase I : questionner son entourage immédiat pour savoir ce qu’il pense du système, qui a des problèmes; s’ils en ont, dirigez les vers ceux qui peuvent les aider; ils peuvent en parler à d’autres, rencontrer des personnes dans leur cas pour échanger des idées, pour s’entraider, rencontrer des personnes qui s’en sont sorties.

Vous vous rendrez compte que bon nombre ont des problèmes mais ils les cachent, souvent par honte ou peur. Alors qu’en parler peut apporter des solutions.

Phase II : Proposer à ceux qui sont intéressés de participer à des échanges d’idées pour trouver des solutions à leurs problèmes ?de recevoir la documentation gratuitement de la part de notre association ? Auquel cas il est facile de s’abonner au site gratuitement. Transférez la documentation et les infos que nous vous adressons. Nous pouvons vous aider par skype à l’occasion de vos rencontres et réunions.

Phase III : Pour ceux qui ont atteint un niveau de conscience plus élevé, il est possible d’organiser des petites réunions pour décider d’actions pacifiques telles qu’une distribution de prospectus, par exemple, en faisant venir la presse. De la discussion jaillit la lumière.

Il en est de même pour ce qui cherchent des solutions personnelles, pour ceux qui se demandent comment agir et que faire tout en restant pacifique et dans la légalité.

Phase IV :  Proposer à ceux qui veulent devenir actif de faire partie d’une vaste chaîne d’entraide, de s’inscrire par mail ou sur le site pour participer aux petites réunions de ceux qui sont dans le même état d’esprit. Ces réunions informelles sont à organiser dans tous les coins de France par les plus décidés.

Phase V : les plus dynamiques peuvent organiser des conférences, des actions visibles comme distribuer des prospectus de sensibilisation dans la rue, chez les commerçants. Ils peuvent se positionner avec un panneau, dans un lieu public (piétonnes, place autre). Dans chaque ville il existe de tels endroits. Vous pouvez aussi organiser des groupes d’actions pacifiques pour sensibiliser l’opinion publique et les médias.

La pose d’affiches est aussi possible.

Les conférences peuvent vous être transmises en vidéo directement à partir du site. Elles peuvent être regardées et discuter en groupe.

Sont concernés par cet appel:

Cet appel s’adresse à tous et plus particulièrement à ceux qui militent dans des associations, des syndicats ou des partis politiques. Quels que soient leurs idées, quels que soient leurs options. Les abus bancaires ne font pas de distinction, ils touchent tout le monde quels que soient la famille de pensée auquel on appartient. Si on a l’intelligence de laisser au vestiaire ce qui nous divise, en s’apercevra rapidement que presque 100 % de la population subit le système et les abus qu’il génère. A moins de penser normal de payer des frais bancaires en plus d’agios à des tarifs exorbitants alors qu’il n’y a rien de moins justifié. Si vous croyez cela, lisez (ici).

Demain, il sera trop tard…

Vous ne le savez peut-être pas, parce que vous n’avez pas pris le temps de lire toutes les publications qui traitent des abus du système bancaire, mais depuis 30 ans toutes les décisions prises par le système ou par les états vont dans le même sens : nous rendre prisonnier totalement du système pour que celui-ci ait les mains totalement libres pour imposer sa toute-puissance.

C’est pourquoi, tout est lié : les frais bancaires, la disparition des espèces, les taux d’intérêt nuls ou même négatifs, les lois permettant de prélever x % sur vos comptes pour résoudre les crises, le droit de s’attaquer à votre assurance vie pourtant garantie par contrat.

Ce plan qui vise à faire de nous des prisonniers du système sans aucune porte de sortie possible est déjà très avancé. Toutes les armes sont en place. L’arsenal est complet. Il ne reste plus qu’à déclencher, après sa mise en place, la mise à feu.

L’arme principale, c’est les frais bancaires (voir ce qu’il faut en penser). Pourquoi ?

Parce que les frais bancaires, que personne ne contrôle, peuvent être multiplié avec pour seule limite l’imagination du système mais nous savons qu’il  n’en manque pas. Parce que chaque poste de frais peut être augmenté sans cesse, chaque année, sans justificatifs et sans justification. Aucune loi ne vous protège vraiment. Seuls les bonimenteurs peuvent le prétend tel les médias à grande diffusion ou certaines associations comme l’AFUB, par exemple.

Dès lors qu’une banque a besoin d’augmenter son chiffre d’affaire en raison d’une mauvaise gestion ou d’amendes qui lui sont infligées, il lui suffit d’augmenter sa tarification et le tour est joué. Ainsi elle pourra recommencer.

Voir les augmentations de 2015 et encore ICI.

En 2017, Le système annonce une augmentation plus forte encore. Voir ICI, et ICI, et encore ICI

Des rigolos vont vous faire croire que les plus malins d’entre nous peuvent les éviter en ayant recours au § II de l’art Article L312-1-1 qui stipule:

« II.-Tout projet de modification de la convention de compte de dépôt est communiqué sur support papier ou sur un autre support durable au client au plus tard deux mois avant la date d’application envisagée. Selon les modalités prévues dans la convention de compte de dépôt, l’établissement de crédit informe le client qu’il est réputé avoir accepté la modification s’il ne lui a pas notifié, avant la date d’entrée en vigueur proposée de cette modification, qu’il ne l’acceptait pas ; dans ce cas, l’établissement de crédit précise également que, si le client refuse la modification proposée, il peut résilier la convention de compte de dépôt sans frais, avant la date d’entrée en vigueur proposée de la modification. »

C’est juste de la désinformation. Peu de client vont oser contester et ceux qui le feront à part d’être des très gros clients, se feront virer, en application de la dite loi, avec tous les problèmes que cela leur posera. On vous parle de faire jouer la concurrence.

Désinformation aussi d’affirmer: « faites jouer la concurrence ». En la matière, il n’y a pas de concurrence. Les pratiques sont les mêmes dans tous les réseaux. Les seules différences sont le fait des employés qui appliquent à la lettre ou non les consignes, entre ceux qui ont conservé un peu d’humanité et ceux qui en sont totalement dépourvus.

Désinformation encore de laisser croire que les banques en ligne, c’est la solution.  Elles ne sont pas une garantie. Lorsqu’il y a un problème, ça peut se terminer plus mal encore. Et de toute façon elles se mettent aussi aux frais. Elles sont des filiales des banques à guichet. Elles conviennent surtout aux bobos.

Alors où se trouve la solution? la solution est dans « l’insurrection pacifique » des clients sachant que la quasi totalité de la population dispose d’un ou plusieurs comptes dans un ou plusieurs établissements non par goût mais par obligation puisque pour percevoir de la part des administrations la moindre somme il faut disposer d’un compte le mandat ayant disparu depuis belle lurette. Nous sommes donc devenus des clients totalement captifs et dépendants.Demander nous la recette. Elle est gratuite et à votre exposition. En attendant servez vous de la recette contre les frais bancaires bien qu’imparfaite.

Ce sera l’objet de notre salon des abus bancaires qui se tiendra le 5 Février 2017 à saint Laurent du Var 06 dans les Alpes Maritimes.