FNACAB

Accueil » Dons » VIé Salon des abus bancaires

VIé Salon des abus bancaires

Pour ceux qui sont éloignés et ne peuvent venir, vous pourrez suivre par vidéo en direct les conférences à 11 H et à 15 H sur facebook en allant sur la page Salon fnacab contre les abus bancaires

salon-2017-2

logo_hexapay-204-54

2017-vie-salon

logo_hexapay-204-54

Rejoignez-nous, pour une insurrection pacifique contre la violence du système bancaire. (ce sera le thème du salon des abus bancaires)

Pour cela, nul n’est besoin d’action violente. Les moyens d’expression et de pression pacifique sont suffisamment nombreux et efficaces. La violence, même légitime, engendre une réplique du système en place et un système  est toujours plus fort que des individus.

Alors, privilégions l’insurrection pacifique qui ne fait pas courir de risques mais qui produit des effets tels qu’un changement sera inévitable.Vous n’y croyez pas, alors voici deux petites histoires:

L’une évoquée par le Dalaï Lama: “Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique. Vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir”.

Un moustique se fout des règles des autres, de leurs lois, de leurs croyances, leurs titres, leurs moyens financiers… il pique quand une occasion se présente.

Et vous savez ce qui est pire qu’un moustique ? Plusieurs

Deuxième histoire, celle du colibri

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt.Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre.

Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit :

» Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ». Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

Sachez que les abus du système bancaire atteignent l’ensemble des individus qu’ils soient riches ou pauvres, jeunes ou adulte, citoyens français ou étrangers, homme ou femmes. Retraités ou salariés, professionnels indépendants ou commerçants, fonctionnaires. Les citoyens de droite comme ceux de gauche. Cela fait du monde.

Le constat est affolant.

  1. – Ce système provoque crise sur crise depuis les réformes des années 80.
  2. – La crise de 2008 n’est pas encore achevée qu’une nouvelle plus grave arrive.
  3. – L’économie réelle est gravement impactée.
  4. – Et donc les particuliers et les entreprises petites et moyennes.
  5. –  Tout le monde est racketé de plus en plus par les frais bancaires, par les taux bas et dans certains cas négatifs des placements.
  6. – et par des lois récentes permettant de renflouer les banques en difficulté avec notre argent.

Que fait l’État, il met en place un système qui permettra de renflouer les banques avec votre argent. Les politiques qui ont parlé de réformes pour se faire élire, mais ils n’ont rien fait. Alors que tout le monde sait ce qu’il faut faire.

Ils n’ont pas encore pris acte de la gravité des méfaits engendrés par le système financier tant ils sont sur une autre planète.

Nous sommes tous victimes des abus bancaires. Il faut donc faire parvenir le message au plus de monde possible.

Logo FNACAB

D’abord par la dénonciation des méfaits de ces abus en les révélant par tous moyens autour de nous.

Phase I : questionner son entourage immédiat pour savoir ce qu’il pense du système, qui a des problèmes; s’ils en ont, dirigez les vers ceux qui peuvent les aider; ils peuvent en parler à d’autres, rencontrer des personnes dans leur cas pour échanger des idées, pour s’entraider, rencontrer des personnes qui s’en sont sorties.

Vous vous rendrez compte que bon nombre ont des problèmes mais ils les cachent, souvent par honte ou peur. Alors qu’en parler peut apporter des solutions.

Phase II : Proposer à ceux qui sont intéressés de participer à des échanges d’idées pour trouver des solutions à leurs problèmes ?de recevoir la documentation gratuitement de la part de notre association ? Auquel cas il est facile de s’abonner au site gratuitement. Transférez la documentation et les infos que nous vous adressons. Nous pouvons vous aider par skype à l’occasion de vos rencontres et réunions.

Phase III : Pour ceux qui ont atteint un niveau de conscience plus élevé, il est possible d’organiser des petites réunions pour décider d’actions pacifiques telles qu’une distribution de prospectus, par exemple, en faisant venir la presse. De la discussion jaillit la lumière.

Il en est de même pour ce qui cherchent des solutions personnelles, pour ceux qui se demandent comment agir et que faire tout en restant pacifique et dans la légalité.

Phase IV :  Proposer à ceux qui veulent devenir actif de faire partie d’une vaste chaîne d’entraide, de s’inscrire par mail ou sur le site pour participer aux petites réunions de ceux qui sont dans le même état d’esprit. Ces réunions informelles sont à organiser dans tous les coins de France par les plus décidés.

Phase V : les plus dynamiques peuvent organiser des conférences, des actions visibles comme distribuer des prospectus de sensibilisation dans la rue, chez les commerçants. Ils peuvent se positionner avec un panneau, dans un lieu public (piétonnes, place autre). Dans chaque ville il existe de tels endroits. Vous pouvez aussi organiser des groupes d’actions pacifiques pour sensibiliser l’opinion publique et les médias.

La pose d’affiches est aussi possible.

Les conférences peuvent vous être transmises en vidéo directement à partir du site. Elles peuvent être regardées et discuter en groupe.

Sont concernés par cet appel:

Cet appel s’adresse à tous et plus particulièrement à ceux qui militent dans des associations, des syndicats ou des partis politiques. Quels que soient leurs idées, quels que soient leurs options. Les abus bancaires ne font pas de distinction, ils touchent tout le monde quels que soient la famille de pensée auquel on appartient. Si on a l’intelligence de laisser au vestiaire ce qui nous divise, en s’apercevra rapidement que presque 100 % de la population subit le système et les abus qu’il génère. A moins de penser normal de payer des frais bancaires en plus d’agios à des tarifs exorbitants alors qu’il n’y a rien de moins justifié. Si vous croyez cela, lisez (ici).

Logo FNACAB

Connaissez vous les sans droits?

Vous connaissez les « sans dents », expression devenue célèbre pour désigner les gens peu fortunés, qui n’avaient pas ou n’ont toujours pas les moyens de se faire faire une belle dentition parce que la dentisterie n’est pas accessible à tous, et surtout pas pour les traitements les plus sophistiqués.

Vous ne connaissez pas « les sans droits ». Dans cette catégorie figure 80 %, au moins de la population, y compris celle des « sans dents ». Nous sommes tous, nous, les 80 %, des sans droits face au système bancaire. Cette situation est ignorée de l’ensemble de la population qui pense avoir des droits de sorte qu’il ne se passe pas un jour sans qu’une victime d’un abus bancaire nous dise : « ils n’ont pas le droit ».

Eh bien oui, ils ont le droit et, même, ils ont quasiment tous les droits. Si je chiffre à 80 % la proportion de population sans droit, c’est seulement parce que j’admets que 20 % a les moyens de se faire respecter par le système. Sinon je devrais dire que personne n’a de droit pas face à ce système bancaire.

Une fois encore je vais entendre les optimistes qui font partie très souvent des 20 % me dire que j’exagère. Aussi je les mets au défi de me démontrer qu’un client a des droits face à ce système. Des droits qui protègent ses avoirs et le mette à égalité lorsqu’il veut contracter avec une banque. Un droit protège. Un droit n’est pas théorique.

Jugez en par vous-même à la lueur de quelques expériences vécues :

  • Paul cherche à savoir si sa banque a le droit tout d’un coup de prélever par mois de frais de tenue de compte sur ses différentes SCI alors que depuis plusieurs années ces frais n’existaient pas. Oui, elle a le droit même si ce droit est assorti de certaines obligations pour être mis en vigueur. Ces frais sont-ils justifiés : non.
  • Jean veux savoir s’il est normal que sa banque prélève 17 € de frais au prétexte de son changement d’adresse qui n’aurait pas été signalée par lui, alors qu’il avait bien effectué une démarche auprès du «conseiller lequel n’a pas fait son travail. La réponse à la question est oui et non à la fois. Et même si c’est non, que peut-il faire ? Rien. Comme rien n’est prévu à ce sujet par la loi, Paul et Jean se trouvent en état d’infériorité. Ils ne peuvent que se soumettre à moins de disposer d’une fortune auquel cas… ils auraient un moyen de pression mais ce ne serait pas par la loi. Hélas, ils ne l’ont pas.
  • Martine voit sa maison saisie après de longues procédures. La banque refuse un plan d’apurement et veut vendre aux enchères. Elle veut un règlement tout de suite. Elle tente ainsi d’assouvir une sorte de vengeance. Avec l’aide de la fnacab, elle organise une action. Ce qui n’était pas possible avant (des délais de paiement) devient curieusement et subitement possible après l’action.

Voilà la preuve du bien-fondé de l’appel à ce réunir en association lancer aux « sans droits » que nous sommes tous. C’est la seule façon de sortir de cette situation en retrouvant la force du nombre.

Répondez à l’appel pour une insurrection pacifique.

 

 

Advertisements

Un commentaire

  1. Bonjour
    J’en profite pour témoigner de mon expérience avec les abus des banques.
    Mon histoire est simple: je suis dirigeant d’une jeune entreprise qui compare les frais des opérateurs de transferts d’argent internationaux (moneytis). Notre métier est d’informer les personnes sur les frais des virements internationaux, et de leurs proposer des alternatives.
    Il y a deux comportements absolument scandaleux de la part des banques françaises:
    1/ Les banques facturent des frais cachés à leurs clients. Officiellement, elles déclarent que le coût du transfert est de 30-40 euros, mais en fait elles prennent jusqu’à 2% supplémentaires en cachant des frais à l’intérieur du taux de change offert. Cela revient à 2’000 euros de frais cachés pour un transfert de 100’000euros vers les Etats-Unis, par exemple. Scandaleux.
    2/ Ces mêmes banques empêchent leurs clients d’utiliser des services alternatifs. En effet, comme l’annoncera bientôt MindFintech, les banques déclarent des suspicions de fraude lorsque le client essait d’utiliser un service alternatif pour justement économiser sur les frais. Ces suspicions de fraude déclenchent un processus qui prend des heures aux clients, et mènent à augmenter la frutstration, décourager et ruiner les personnes concernées.
    Par chance, Moneytis offre des façons plus simples de transférer de l’argent à l’étranger, et les utilisateurs peuvent se reposer sur l’accompagnement.
    Les banques qui se comportent de la sorte sont nombreuses. Nous devons nous mobiliser.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :