FNACAB

Accueil » 2018 » avril

Archives Mensuelles: avril 2018

II ème table ronde ouverte…

C’est la deuxième table ronde organisée par la fnacab, destinée à la formation des bénévoles. Elle sera ouverte à tous, et c’est gratuit, ceux qui veulent apprendre à éviter les abus bancaires et, si nécessaire, a en sortir en cas de problème.

Table ronde le 3 mai 2018 à 11H à 12 H

12 H repas en commun

seulement pour ceux qui veulent y participer

au siège: immeuble le chorus

2203 chemin de Saint Claude 06600-ANTIBES

Tel: 04 97 21 94 48    Mail: contact@fnacab.org

istock_000042614684_small

L’animation sera assurée par Me BOUSQUET, avocat honoraire. Les thèmes abordés seront ceux concernant les principaux abus dont sont victimes les clients et comment les traités. Et si on ne les a pas évités, comment les traiter. Par la loi ou par l’insurrection pacifique.

La seule obligation est de s’inscrire en avance car les locaux ont une capacité d’accueil réduit

 

 

A quand l’éclatement de la prochaine bulle mondiale et de la zone euro ? — Aphadolie

Nombre des lecteurs du site les 7 du Québec se demandent quels motifs expliquent l’évolution chaotique – incompréhensible – invraisemblable même – de la politique mondiale. Les hommes politiques jouent aux apprentis sorciers, les généraux jouent avec la bombe, les milliardaires jouent avec le numéraire, la populace, passive, regarde faire impuissante, incrédule, atavique, […]

via A quand l’éclatement de la prochaine bulle mondiale et de la zone euro ? — Aphadolie

Oui ou non laisserons nous jetter à la rue Viviane, 75 ans?

Alors que son sort dépend seulement d’un acte d’humanité dans ce monde de plus en plus déshumanisé. Lisez et vous comprendrez. De tous ceux qui liront ce texte nous n’attendons pas de l’argent(comme certains mal intentionnés le soupçonnent) mais simplement une aide en partageant le plus possible cet appel.

La rue, c’est le sort que risque de subir Viviane, cette retraitée des douanes, qui a de surcroît partiellement en charge son seul fils Sébastien, âgé de 45 ans, invalide. Lorsqu’elle était encore en activité, elle avait acquis un studio à Juan les pins payé depuis longtemps dans lequel vit son fils. Quelque temps plus tard, elle achète sa résidence principale toujours à Juan les pins avec un crédit accordé par la BNP, agence de Juan les pins 06, en prévoyant que tout ou partie de ce crédit serait remboursé par anticipation sans pénalité. Elle rembourse sans difficulté jusqu’au jour où elle perçoit une somme provenant de la vente d’immobilier située dans l’Aveyron dont elle a hérité. Elle prie son notaire de faire le nécessaire pour le remboursement qui se passe conformément au contrat mais… il y a toujours un mais. Le notaire ne semble pas s’être intéressé au tableau d’amortissement qui sera adressé par la banque BNP.

Viviane ALAcapture-3-e1524067379445.jpg

Viviane se rend compte qu’on la « promène » (c’est très fréquents de nos jours). Elle prend alors la mouche et décide de faire ce qu’il ne faut jamais faire : elle décide de suspendre le règlement des échéances pour faire pression sur la banque afin qu’elle s’explique sur le nouveau plan de remboursement. La banque a répondu par la déchéance du terme sur laquelle aucun juge ne peut revenir. Cette déchéance est l’acte qui précède la vente aux enchères du bien qui permet de lancer des mesures d’exécution en l’occurrence une saisie immobilière a été lancée et rien ne peut l’arrêter sauf le paiement. Il arrive qu’après des actes de procédure multiples et toujours coûteux on arrive à ralentir l’issue mais c’est un combat de titanesque et ruineux.

Elle est prévue par l’article L. 312-39 du code de la consommation qui, dans sa rédaction résultant de l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016, énonce :

« En cas de défaillance de l’emprunteur, le prêteur peut exiger le remboursement immédiat du capital restant dû, majoré des intérêts échus mais non payés. Jusqu’à la date du règlement effectif, les sommes restant dues produisent les intérêts de retard à un taux égal à celui du prêt.

En outre, le prêteur peut demander à l’emprunteur défaillant une indemnité qui, dépendant de la durée restant à courir du contrat et sans préjudice de l’application de l’article 1231-5 du code civil, est fixée suivant un barème déterminé par décret. »

Vous trouverez dans tous les contrats de prêts notamment, mais pas que, cette disposition qu’il ne faut jamais prendre à la légère. Contre cette clause le juge ne peut presque rien.

IL s’ensuit sa mise au contentieux avec les menaces et les pressions qui vont avec. Viviane demande l’aide de la FNACAB qui a écrit à la banque et à l’avocat de la banque pour négocier un arrangement. Ils n’ont pas répondu tout en poursuivant la procédure. Pour eux, sans doute, une dame âgée de 75 ans aux revenus modestes (1600€/mois) ne mérite pas qu’on  perde du temps. Pourtant il a été fait des propositions raisonnables à savoir laisser le temps à Viviane de vendre le studio dont le prix permettrait largement de solder le crédit. Pas de réponse. Quand on se trouve à Paris dans un contentieux, on n’a pas grand-chose à faire d’une personne âgée de 75 ans et de son fils invalide. Nous avons communiqué le texte de notre publication pour permettre à la banque de donner sa position. Pas de réponse. Aussi nous sommes dans l’obligation d’informer le public sur les conséquences terribles d’une disposition légale peut entraîner. Viviane a commis une faute mais la banque en refusant tout dialogue avec sa cliente en a commis également une. A vous lecteur de juger.

Nous lançons un appel à toute personne de cœur et ayant les moyens qui pourrait consentir un prêt hypothécaire ou une aide quelconque car il sera difficile à Viviane de trouver dans les réseaux bancaires un financement. A tous ceux qui ont une autre conception de la vie que celle de l’adoration du veau d’or de se mobiliser pour soutenir Viviane qui n’a pas l’intention de se laisser faire.

 

 

 

 

 

 

 

Vous voulez des bouffées d’air pur…écoutez SUD-RADIO. — INSURRECTION PACIFIQUE

Quand le patron de Sud Radio compare Macron à Mussolini Publié par Fabrice Valéry le 18/04/2017 à 17:06:07 D’habitude quasi-invisible dans les médias, Didier Maïsto, le PDG de Fiducial Médias s’est longuement exprimé sur TV Libertés, une web TV proche de l’extrême-droite, comparant Emmanuel Macron à Benito Mussolini. Il faut bien chercher Didier Maïsto dans […]

via Vous voulez des bouffées d’air pur…écoutez SUD-RADIO. — INSURRECTION PACIFIQUE

Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France ont attaqué la Syrie . Quelles conclusions pouvons-nous en tirer ?

via Les Etats-Unis, l’Angleterre et la France ont attaqué la Syrie . Quelles conclusions pouvons-nous en tirer ?

Au secours, au secours, il me ruine…

Cliquez sur l’image pour la suite

1yh09

et lorsque le problème est là, on va voir la FNACAB mais c’est souvent trop tard; Les miracles c’est à Lourdes et sont peu nombreux alors qu’il serait si facile d’anticiper en adhérant.

Flash-Info n°65 d’avril 2018.

Flash-Info n° 65: Lisez le flash Info en cliquant sur l’image.
Capture

« Ils ont la puissance de la finance, nous avons la force du nombre. »

FAIRE UN MICRO DON dans la CAGNOTTE DE L’ESPOIR, c’est à la portée de tous.

But de cette cagnotte : Nous avons créé cette cagnotte pour permettre à tous ceux qui le désirent de nous aider financièrement sans, pour autant être adhérents et/ou sans être membres actifs au sein de l’association. Nous aider financièrement, c’est à la portée de tous.

Cliquez devenez acteurs :  

solde, pas cher, gratuit,  don, endettement Logo-APE-La-Tirelire-Cochon2

Cagnotte de l’espoir — FNACAB

FAIRE UN MICRO DON dans la CAGNOTTE DE L’ESPOIR, c’est à la portée de tous.

But de cette cagnotte : Nous avons créé cette cagnotte pour permettre à tous ceux qui le désirent de nous aider financièrement sans, pour autant être adhérents et/ou sans être membres actifs au sein de l’association. Nous aider financièrement, c’est à la portée de tous.

Cliquez devenez acteurs :  

 

 

solde, pas cher, gratuit,  don, endettement Logo-APE-La-Tirelire-Cochon2

Rencontre avec des nouveaux bénévoles…

Tous les français ne sont pas des veaux ou des moutons. Le plus grand nombre est naïf et/ou craintif. Les français sont-ils indifférents à tout? je ne le crois pas. égocentriques? probablement. Plus que les autres? je n’ai pas la réponse. Légitimistes? plus qu’on le dit.

A la suite du salon des abus bancaires 2018, plusieurs de ceux qui sont venus pour rechercher une solution ont proposé leur aide (c’est courant). Il est courant aussi que la majorité de ces mêmes personnes n’ont ensuite jamais de disponibilités et de surcroît on se rend compte que généralement seul leur problème les intéresse et qu’ils se sont cru obligés de faire des offres de service…

Cette année n’a pas échappé à la règle. Pour les rares qui ont donné suite à leur proposition de bénévolat, une première table ronde a été organisée jeudi 5 mars 18. D’autres sont prévues au rythme d’une par mois (1 h de réunion à partir de 11 h et pour ceux qui le désirent déjeuner ensemble ). Sachez que vous pouvez proposer des horaires et des jours différents. il en sera tenu compte. Mais pour la 1 ère ce n’était pas possible.

Donc cette première s’est tenu, en voici le contenu: Le thème était: « Comment accueillir soit au téléphone soit lors d’un RDV une « victime » d’abus bancaire. » Sachant qu’il vient chercher de l’aide dans une situation le plus souvent extrême n’ayant pas anticipé. Sachant aussi que notre association ne peut exister qu’avec les cotisations, les dons étant marginaux et les subventions absentes, que la victime est souvent, pas toujours, sans grand moyen. D’autre part que les miracles, c’est à Lourdes et pas à la FNACAB. Qu’en toutes hypothèses nos réussites sont plus nombreuses (80%environ) mais qu’il reste un taux d’échec de 20 %.

I) L’accueil: il suffit d’écouter et de canaliser les propos pour connaître la nature du problème. Il faut porter à la connaissance du postulant notre mode de fonctionnement. Sans un dossier complet et sans en avoir conféré avec les juristes, impossible de donner un avis. Pour qu’un dossier soit présenté aux juristes, le postulant doit devenir adhérent. pour rentrer une adhésion il ne faut en aucun cas promettre une résolution du problème et bien indiqué qu’en suivant nos conseils les chances de réussite sont de 80%. reste 20% d’échec. En aucun cas il faut donner trop d’espoir car on ne sait jamais si notre action sera une réussite.

II) Que prendre en considération lors de cette première visite? sachant que dans la grande majorité des cas, l’adhérent a tord juridiquement (on expliquera pourquoi ultérieurement) ou ne pourra pas prouver ce qu’il affirme. La seule chose à considérer est: est-il de bonne foi? A-t-il moralement raison. Si oui, on peut agir et nos méthodes ont fait leur preuve.

Cela répond au questionnement de beaucoup de bénévoles qui se trouvent mal à l’aise en constatant que l’adhérent a tord juridiquement. (ce positionnement sera traité plus tard: « Pourquoi dans la relation avec sa banque on a toujours tord et quand on a raison, on ne peut pratiquement jamais le prouver? ») Pour nous il suffit qu’il ait moralement raison.Tout devient alors possible.

D’autre tables rondes sont prévues qui porteront sur les directions à faire prendre au dossier, toujours avec l’accord du client. Elles auront lieu tous les premiers jeudis de chaque mois à notre siège à 11 h, mais et le mais est important, si vous nous faites part de vos préférences, dans la mesure où cela est possible, nous déplacerons ces tables rondes au jour et heure qui conviennent au plus grand nombre. Un mail à l’adresse suivante suffit: contact@fnacab.org

Voila quelques infos supplémentaires, cliquez là»»»»» Etre bénévole à la FNACAB

Il a été envisagé aussi de décerner à nouveau la médaille d’or, d’argent et de bronze comme nous le faisions avant mais il nous faut du monde pour développer nos actions, surtout au niveau secrétariat. D’autre part un salon des abus bancaires sera probablement organisé à Lyon par une bénévole avec notre soutien.

Très prochainement une réunion à Fréjus car les appels du Var sont nombreux.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous en laissant un commentaire.