Accueil » Dons »  « Frais bancaires :  » des milliards » sur le dos des clients en difficulté.

 « Frais bancaires :  » des milliards » sur le dos des clients en difficulté.

Cet article du journal la Tribune est la confirmation des abus bancaires que représentent les frais bancaires!!! Tous nous subissons cet abus qui atteint surtout les clients modestes dont le compte dysfonctionne plus souvent que celui des clients mieux nantis.

Nous le savons mais nous sommes dépassés par le phénomène et nous avons tendance à l’occulter. Lorsqu ’un problème nous atteint sans que l’on puisse trouver une solution, sans que l’on puisse user d’un moyen de défense, on préfère très souvent l’occulter. C’est une réaction humaine.

Capture 5

S’engueuler avec le banquier, se morfondre dans son coin, subir le stress quasi quotidien, s’en prendre à son conjoint ne sont pas des solutions.

Parlons encore une fois des frais bancaires. Pourquoi ? Parce qu’à notre avis il est très grave et parce qu’ils viennent de faire l’objet, ces 6 derniers mois, de publications dans des journaux importants. Ces articles ont fait suite à la publication d’étude de deux organismes de consommateurs.

Le journal la Tribune est un chantre de l’économie ultra libérale et chante la gloire du système que Monsieur Macron veut mettre en place. L’article parait sous le titre : « Frais bancaires :  » des milliards » sur le dos des clients en difficulté.

Il nous apprend que les frais bancaires, uniquement ceux qui concernent les commissions pour incident de fonctionnement du comptes bancaire, perçus sur les clients s’élèvent à 6,5 milliards d’euros/an. Précision est faite qu’ils sont prélevés sur les clients en difficulté.

La Tribune aurait pu ajouter sur les clients particuliers et les clients entreprises notamment les TPE, les auto-entrepreneurs, les petites entreprises et les moyennes. C’est-à-dire sur tous ceux qui n’ont pas de moyen de défense car pas suffisamment important aux yeux du banquier. Vous contester, il ne vous écoute pas et dans de nombreux cas , il clôture le compte.

La Tribune aurait pu ajouter également que ce phénomène, outre le fait qui il frappe des clients déjà en difficulté en aggravant leur situation,  était totalement anti-économique.

La Tribune aurait pu également rajouter qu’ il ne s’agit là que des frais à l’occasion d’un dysfonctionnement du compte c’est-à-dire soit lorsque la banque paye au-delà du découvert autorisé ou au-delà de la somme disponible sur le compte ou alors lorsque la banque refuse le payement. Il s’agit alors d’un rejet.

Et si les journalistes faisaient de véritables investigations ils auraient pu aller plus loin pour savoir quel était le montant total des frais perçus par les banques qui s’élèvent bien au-delà de 6.5 milliards. Le véritable chiffre des frais  bancaires, tous postes confondus, est bien plus important. Certaines études parlent de + de 70 milliards soit une somme équivalente au montant de l’impôt sur le revenu.

Mais restons sur les 6.5 milliards car ils sont très importants .Ces 6.5 milliards sont autant qu’on ne retrouve pas dans la consommation , c’est autant que les commerçants ne retrouvent pas dans leur caisse. En effet , les gens qui sont victimes de ces prélèvements sont des gens qui ont besoin de tout et qui sont des consommateurs obligés . Les autres ceux qui sont beaucoup plus à l’aise non seulement n’ont pas ces frais à subir mais de surcroît sont des consommateurs moindres  puisqu’ils ont déjà tout.

Un autre point est important. Depuis depuis la création de la FNACAB, nous menons la guerre à ce système de frais bancaires. Les études qui ont été menées par la FNACAB démontrent que les frais bancaires équivalent à une facturation de refus de service variant à un coût compris entre 458€ et 1 956€ de l’heure. Aucun professionnel ne travaille à ce tarif.

Il y a déjà plus de 15 ans que nous le disons et que nous l’écrivons.

La Tribune n’a fait que reprendre les études publiées par « 60 millions de consommateurs « et « l’UNAF ». La CLCV dit exactement la même chose. Malheureusement chaque année ces associations qui participent d’ailleurs à des tables rondes au Ministère des Finances dénoncent le système mais ne font rien contre le système demandant simplement à l’état d’intervenir alors que s’ils poussaient à une réaction de la part de ceux qui  subissent ce sort et  s’ils s’unissaient avec toutes les autres associations, on créerait un mouvement  d’insurrection pacifique qui obligerait déjà les établissements bancaires à changer de mode de fonctionnement.

Faire appel à l’Etat pour cela n’est jamais concluant d’autant plus que l’Etat, pire encore depuis que Monsieur Macron a conquis la présidence, a voulu et accepté cette situation. Le lobbying des banquiers est bien trop important. Les consommateurs ne peuvent opposer que la loi du nombre. Et s’ils se mobilisaient en nombre, ils l’emporteraient sur la puissance de l’argent. On l’a vu dans tous les pays du monde et dans tous les mouvements historiques.

Nous avons publié une recette contre les frais bancaires. Si vous voulez tenter votre chance, la voici.

Enfin comment s’étonner que les clients deviennent de plus en plus agressif.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :