FNACAB

Accueil » Dons » Les employés de banque vivent-ils eux aussi un calvaire ?

Les employés de banque vivent-ils eux aussi un calvaire ?

Stats du Site

  • 211 938 visites

Cliquez pour recevoir gratuitement nos publications.

Rejoignez 108 autres abonnés

Stats du Site

  • 211 938 visites

Stats du Site

  • 211 938 visites

Le calvaire des employés de banque !!!C’est le titre d’un article paru assez récemment mais dont nous avons connaissance depuis peu. Vous connaissez notre combat pour dévoiler le calvaire vécu par une majorité de clients. Ce serait aussi le cas pour bon nombre d’employés de banque.

Dès 2014 un article de la Tribune en faisait état et aussi un de l’Obs.

Tout d’abord ne confondez pas le système avec ceux qui le dirigent, ni ceux qui le dirigent et ceux qui suivent les ordres des dirigeants. Les employés et cadres moyens et grands sont sous la pression des dirigeants, peu nombreux, du système

buddha1-2x

Selon une enquête nouvelle de l’association française des banques (AFB) les injures, les menaces ou les agressions envers les salariés de banque seraient en augmentation de 15 % en 1 an. La région parisienne serait la plus touchée avec 35 % d’incidents.64 % des employés femmes sont victimes d’incivilité contre 36 % pour les hommes. L’AFB s’en inquiète mais elle ne semble pas aller jusqu’au bout de l’analyse. Pourquoi une telle situation ?

A la FNACAB nous avons une réponse et depuis très longtemps nous  les adhérents. Inutile de faire un scandale a l’employé de banque qui n’a pas de pouvoir et qui est pris en sandwich entre les directions et le client car ce sont bien les directions qui sont responsables de cette situation. Elles imposent des modes de fonctionnement totalement déshumanisé demandant à leurs employés de produire et de faire du chiffre.

Bien souvent on leur conseille même de faire du chiffre par n’importe quel moyen. Et pour être certain qu’ils ne se laissent pas trop attendrir notamment par les contestations émises à la suite de perceptions de frais, on leur enlève la possibilité de les extourner ou on réduit très considérablement cette possibilité. Comment donc ne pas réserver aux meilleurs clients la ristourne et la refuser systématiquement aux clients les moins importants ?

Mais ce n’est pas tout, l’employé doit recevoir un certain nombre de clients par jour mais pas n’importe quel client. En priorité, ceux à qui on peut vendre un produit de la banque doivent avoir la priorité. Les autres ne sont pas intéressants. Ils ne seront donc pas reçus ou ils le seront après de longs jours d’attente d’un rendez-vous. Or, vous savez parfaitement que lorsque survient un problème, il est nécessaire de le régler très vite. Le client, lui, s’énerve et s’insurge en constatant qu’il est traité comme quantité négligeable. Il en vient à l’injure, voire au scandale, et parfois même à d’autres extrémités.

Lorsque ce client en arrive là, c’est qu’il a été extrêmement mal traité et qu’il n’en peut plus.

Les clients contents du système bancaire nous téléphonent peu mais les mécontents  nous téléphonent beaucoup c’est pourquoi nous avons suffisamment d’expérience pour affirmer , et nous mettons régulièrement en garde les adhérents qui nous contactent , qu’on ne peut plus faire confiance  à un employé de banque et que chaque fois qu’une chose est importante, il faut lui adresser une lettre recommandée avec accusé de réception. Par exemple, ils sont légions ceux qui ont signalé leur changement d’adresse à la banque qui s’aperçoivent que la banque n’a pas changer d’adresse, qu’elle envoie toujours du courrier  même très important à l’ancienne adresse. Ils ne sont pas donc informés du problème. Cela est d’autant plus grave que la plupart des clients optent pour une connexion internet et ne reçoivent plus de relevé de compte papier. Ils ne peuvent donc pas se s’apercevoir que leur changement d’adresse n’a pas été effectué. Ils ignorent d’ailleurs que même s’ils peuvent consulter leur compte par internet, ils peuvent exiger l’envoi d’un relevé de compte-papier et cela gratuitement c’est la loi qui oblige le banquier à le faire.

Et nous entendons sans cesse des plaignants qui affirment avoir demandé des rendez-vous ou avoir sollicité certaines informations, pire encore avoir contesté certaines écritures de leur compte en banque par mail sans jamais obtenir de réponse ou en obtenant une réponse très tardivement.

Généralement d’ailleurs lorsque vous écrivez à votre banquier pour demander des explications il ne vous répond pas ou il va vous répondre à côté. Et si vous l’ennuyez trop il va clôturer le compte.

Alors , comment ne pas comprendre  que le client soit hors de lui mais nous le disons et nous vous le redisons c’est extrêmement pas rentable de se livrer  à des injures ou des voies de fait . Ce peut même se révéler un boomerang. Si vous tous qui lisez cet article ,déjà  vous tous , vous compreniez ce que nous répétons sans cesse : « il faut opposer la force du nombre à la puissance de la finance » c’est-à-dire qu’il faut se regrouper en association. Cela coûte pas grand-chose. Cela permet de ne plus être seul face à son banquier  car quand  celui-ci  prendra une mesure  anormale envers un membre de l’association, il se retrouvera face à un nombre de clients qui ne cessera d’augmenter et cela il ne peut pas se le permettre. Nous en avons fait la preuve depuis des années. Toutes les affaires réglées par nos soins le sont parce que nous pratiquons et nous faisons pratiquer l’insurrection pacifique qui va de la communication sur le comportement de certains d’entre eux à la manifestation devant l’agence bancaire et bien plus encore dans certains cas.

N’attendez pas de secours de la part de l’Etat car l’Etat est en symbiose avec les banques qui sont les bras du ministère des finances .Seule une force constituée par suffisamment de gens ramènera à la raison ce système en attendant  une modification des législations .Et pour terminer une petite histoire vrai .Nous avons eu l’occasion de discuter avec un directeur d’agence bancaire qui nous explique que dans son agence ils étaient 13 employés  il y a 10 ans et qu’ils n’étaient plus que la moitié mais  qu’on leurs demandait des objectifs chaque année en augmentation ce qui devenait de plus en plus invivable . L’employé de banque est pris entre l’enclume et le marteau, entre ce qu’exige la direction et ses possibilités matérielles puisqu’on lui réduit de plus en plus aussi les moyens matériels.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :