FNACAB

Accueil » Dons » Les frais bancaires liés à des incidents de paiements sont six fois plus élévés en France que dans les pays voisins comme l’Allemagne ou la Belgique. Pourquoi ?

Les frais bancaires liés à des incidents de paiements sont six fois plus élévés en France que dans les pays voisins comme l’Allemagne ou la Belgique. Pourquoi ?

Stats du Site

  • 252 789 visites

Cliquez pour recevoir gratuitement nos publications.

Rejoignez 129 autres abonnés

Stats du Site

  • 252 789 visites

Stats du Site

  • 252 789 visites

Parce que les Français ne savent pas se mobiliser collectivement et pourtant ils connaissent tous l’adage « l’union fait la force ». D’autre part, ils sont trop égocentrés et peu courageux. Nous ne cessons de répéter que la défense collective est la meilleure protection.Voici un article paru sur économie matin.

« En France, les frais liés aux incidents de paiement sont jugés excessifs.

Lors d’un prélèvement rejeté, quand il n’y a pas assez d’argent sur le compte, les banques facturent des frais d’incidents de paiement. Et certaines ne se privent alors que facturer des clients déjà en difficulté est considérée comme une double peine dénoncée par les usagers. En France, pour chaque prélèvement rejeté, les banques facturent jusqu’à 20 euros de frais.

Les associations sont vent debout contre ces frais excessifs liés à tout « incident de paiement ». Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), représentant les associations et de consommateur et les banques, a réalisé une étude, révélée Le ParisienPremier constat, dans les autres pays européens, les banques réclament beaucoup moins d’argent pour effectuer ce « service ».

Imposer aux banques des tarifs raisonnables

La facture s’élève en moyenne à 18 euros en France pour chaque incident bancaire. « C’est à peine trois euros en Allemagne, soit six fois moins qu’en France ! En Belgique, on est sur du 7,50 euros tout au plus… » s’agace Serge Maître, porte-parole de l’Association française des usagers des banques (Afub) dans les colonnes du quoitiden.

« Puisque les banques n’arrivent pas à se réguler, la solution viendra des pouvoirs publics qui devraient imposer aux banques une tarification raisonnable », explique encore Serge Maitre. Et pour cause, en réalité, un rejet de virement ne coûte que quelques centimes aux banques. Pire pour le particulier en difficulté, en France un rejet de paiement peut générer des frais bancaires à plusieurs reprises. Ainsi, après un premier refus de prélèvement automatique, l’entreprise à quil’on doit de l’argent renvoie, cinq jours plus tard environ, une nouvelle demande de règlement. S’il n’y a toujours pas d’argent sur le compte, elle réclame de nouveau 20 euros de frais bancaires. Pourtant, en théorie, les banques n’ont pas le droit de réclamer plusieurs fois des frais bancaires pour une même facture, selon Capital. »

Voici aussi ce que vous pouvez entendre sur  » target= »_blank » rel= »noopener »>LCI:

Opinion de la FNACAB: « Mais pour en arriver là, il faudrait une grande mobilisation car les pouvoirs publiques s’en moquent totalement tant qu’ils n’ont aucune répercussion a subir, mieux, ils sont totalement complices. »

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :