Accueil » Dons » Combien gagne une banque lorsqu’elle prête de l’argent ?

Combien gagne une banque lorsqu’elle prête de l’argent ?

La Palice en aurait dit autant: plus le taux est bas, moins elle gagne. Les prêts à la conso à des taux exorbitants comme ceux des petits découverts autorisés ou ceux des découverts non autorisés rapportent énormément. Surtout les découverts non autorisés qui sont en plus sanctionnés par des frais abusifs.

Mais ce qu’il faut savoir et ne pas perdre de vue, c’est que, pour les prêts immobiliers, la banque ne gagne presque rien mais elle « fidélise » le client ce qui permet de rentabiliser par d’autres moyens, surtout si le client devient, un client fragile en lui vendant toutes sortes de produits inutiles, en sanctionnant par des frais abusifs et des taux d’intérêts prohibitifs.

En fait plus les taux sont bas, plus les clients ordinaires payent pour ceux qui s’enrichissent car c’est quand même au bon client que les banques réservent leur taux les plus bas. Ainsi ils ne payent pas le coût du service rendu qui est payé par ceux qui sont assassinés de frais divers.

L’article qui suit est très instructif mais il oublie de dire ce que nous venons d’écrire.

Prêt immobilier : que gagne réellement la banque lorsqu’elle vous accorde un crédit ?

  • Qu'est-ce que votre prêt immobilier rapporte à votre banque ?Qu’est-ce que votre prêt immobilier rapporte à votre banque ? PIXABAY

Immobilier

Publié le 02/07/2022 à 10:01 , mis à jour à 10:45

Écouter cet articlei

Powered

byETX Studio

00:00/03:11

La flambée des taux de l’immobilier permet-elle aux banques d’accentuer leurs marges ? Que gagnent-elles vraiment lorsqu’elles vous accordent un crédit ? Jackpot ou simple produit d’appel permettant de recruter de nouveaux clients, le point sur ce que les établissements bancaires ont réellement à gagner sur le marché du prêt immobilier. 

Votre crédit immobilier enrichit-il vraiment votre banquier ? À en croire certains spécialistes du secteur, le prêt constitue surtout un moyen pour les établissements bancaires d’attirer de nouveaux clients. Une analyse que rejoint plutôt Pierre Chapon, le cofondateur du courtier Pretto. 

« Les banques françaises sont généralistes, indique-t-il. Le prêt immobilier, c’est un moyen pour elles de se démarquer et de gagner des parts de marché. Peu de gens font le tour des banques pour ouvrir un livret A. Le secteur est donc très concurrentiel ce qui fait que la France dispose de taux parmi les plus bas d’Europe. » 

Comment les banques financent-elles votre prêt ? 

Pour comprendre ce que gagne une banque lors d’un prêt immobilier, il faut savoir comment elle le finance. « Elle s’appuie sur l’épargne et sur de l’argent qu’elle emprunte sur le marché, détaille Pierre Chapon. Or le coût de celui-ci dépend du taux appliqué par la Banque de France. Après avoir longtemps été proche de 0 %, voire négatif, il est aujourd’hui autour des 2 %. » 

Interrogée par Moneyvox, Pascale Sciacaluga, directrice commerciale du Crédit coopératif, avance que « pour qu’une banque gagne de l’argent, il faut deux points au minimum de marge d’intermédiation (la différence entre les intérêts versés par les particuliers emprunteurs et le coût de la ressource qui permet à la banque de faire crédit, NDLR). Or ces dernières années, on en est très loin. »

Des marges fluctuantes

Un point de vue nuancé par Pierre Chapon qui estime qu’il y a des périodes « où les banques gardent une marge intéressante ». « Ce fut le cas par exemple fin 2021, précise-t-il. Même si les taux étaient bas, l’argent coûtait peu cher aux banques et il y avait beaucoup de demandes de prêts. Aujourd’hui, les marges sont beaucoup plus limitées. Mais d’une manière générale, les crédits immobiliers ne sont pas une machine à cash pour les banques. »

Nos confrères de Moneyvox citent par ailleurs un rapport de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) paru en septembre 2021 qui tente d’évaluer les marges réalisées par les établissements bancaires sur ces prêts. Selon celui-ci, la marge nette (marge brute, moins les frais de gestion et le coût du risque) sur les nouveaux crédits à l’habitat était de 0,45% au premier trimestre 2021 contre 0,12% au premier trimestre 2020. 

À l’époque, cela signifiait « que chaque crédit de 200 000 euros délivré par une banque lui rapportait en moyenne 900 euros », rapportent nos confrères. 

Comment les banques s’y retrouvent-elles ? 

Si les banques, comme les autres entreprises, ne communiquent pas les postes qui leur permettent de faire des marges, c’est l’ensemble de la relation bancaire qu’elle tente d’instaurer avec ses clients qui lui permettent de s’y retrouver. 

« La banque gagne de l’argent sur les assurances qu’elle propose à ses clients et notamment sur l’assurance emprunteur, détaille Pierre Chapon. Il y a aussi les flux financiers par carte et toutes les prestations qu’elles peuvent proposer. » 

BORIS BOUTET
suivre ce journaliste


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Recherchez par categorie

Contact Fnacab

Follow FNACAB on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :