FNACAB

Accueil » Vidéos

Archives de Catégorie: Vidéos

BNP PARIBAS, sa filiale condamnée pour « pratique commerciale trompeuse » …

par le tribunal correctionnel de Paris. Plus exactement c’est sa filiale principale Helvet Immo qui est condamnée pour « pratique commerciale trompeuse » et « recel » de ce délit pour la commercialisation. Amende: 187.500€, correspondant au maximum de l’amende possible. Condamnée également à 120 millions d’euros de dommages et intérêts à verser à 1.300 parties civiles. Cette condamnation est assortie de l’exécution provisoire. La banque a été déboutée de sa demande de suspension de exécution provisoire par la cour d’appel de Paris.  

Certains clients ont fait le choix de porter leur affaire devant le tribunal civil et sont allés jusqu’en Cour de Cassation. Ils ont tous perdus. Pour connaître les détails de cette affaire, voir (ICI) ou/et (ICI).

Pourquoi cette différence s’agissant de dossiers totalement semblables?

Cette différence d’appréciation entre la juridiction pénale et la juridiction civile s’explique par le fait que les dossiers présentés sont à la fois les mêmes et à la fois totalement différents dans la « forme » en ce sens que la juridiction civile statue au vu du seul dossier constitué par un seul plaignant et la juridiction pénale dispose d’une enquête menée par des juges d’instruction, des policiers ou gendarmes qui disposent de pouvoirs d’investigation très puissants. Les plaignants peuvent demander des pièces, des contrôles, des expertises et tout cela aux frais de l’état.

En matière civile, les preuves doivent être apportées par les parties elles-mêmes, donc à leur frais. La recherche de preuves coûte cher, parfois très cher et les parties ne peuvent suivre financièrement. En face la banque a la partie belle. Elle peut raconter n’importe quoi à des juges aussi incompétents en matière financière que les clients qui s’adressent à eux. C’est donc au niveau de l’administration de la preuve que le bas blesse. Il faut non pas forcément des réformes, mais la réhabilitation d’une pratique tombée en désuétude à savoir la procédure de l’enquête civile très pratiquée avant l’invention des « preuves par attestation » source d’énormes erreurs judiciaires. Dans ce cas le juge retrouverai des pouvoirs d’investigations. La recherche des preuves serait gratuite.

Lorsqu’un juge d’instruction ou la police est saisi de plusieurs plaintes, il concentre entre ses mains la totalité des témoignages ou des pièces. Il peut constater que tel ou tel élément se retrouve dans tous les cas qui lui sont soumis et dès lors, la parole des plaignants devient très crédible. Elle prend valeur de témoignage pour tous. Et la parole du poursuivi se dévalue et devient mensongère. Une méthode de vente biaisée, quand il est démontré qu’elle fut sans cesse utilisée dans tous les cas, ne peut plus être contestée et son côté illégal est démontré. La condamnation est possible.

Au civil tout est différent et comme il n’y a pas d’enquête, il est très difficile de s’en sortir. Il faut ajouter à cela que les chambres civiles de la Cour de Cassation assure une véritable protection judiciaire au banquier. Leur jurisprudence est telle que les dossiers qui se terminent en faveur d’un client d’une banque sont des exceptions. Et souvent malgré leur victoire, ils sont tout de même perdant au bout du compte.

Des employés sourds ou muets! peut-être pas aveugles…

Dans cette agence d’Isbergues (62) les employés de banque sont peu réactifs ou participent activement à la fâcheuse habitude de ne jamais répondre aux courriers des clients. Notre adhérente, Fabienne, cliente de la société générale a demandé à son agence située à Isbergues (62) de clôturer ses comptes. Si le compte perso a bien été fermé, le professionnel est toujours ouvert et de surcroît des frais ont été prélevés nonobstant les protestations.Annotation 2019-09-20 180309Non seulement, elle a multiplié les demandes mais de surcroît la fnacab a écrit aux mêmes fins sans obtenir de réponse. Ces demandes ont été adressées à Marc Sagnier et à Alexandra Gruniger. Point de réaction.

Lettre adressée à SG, rappel de cette lettre. Sans réaction.

Combien cette attitude durera-t-elle? nul ne le sait. Nous vous tiendrons informé. Une possible explication à cette résistance, c’est que cette petite agence va disparaitre mais cela n’excuse en rien le comportement.

image0 (2)

Nouvelle lutte d’un pot de terre contre un pot de fer…sur fond d’inhumanité bancaire

Robert Hervé et Antje Wichmann, tous deux résidents sur la commune de Roquemaure dans le Gard vont faire l’expérience extrêmement traumatisante d’avoir à se battre contre le CIC Lyonnaise de Banque, filiale du Crédit Mutuel, alors qu’ils croyaient aux sornettes des publicités déversées par les organismes financiers pour soigner leur image de marque. Le CIC Lyonnaise de Banque à pour slogan attrape-nigaud…

(Nous avons coutume de dire à la FNACAB, depuis les réformes du code monétaire et financier dans les années 80 pour ”moderniser” notre droit bancaire, en fait pour l’adapter à la mondialisation financière, qu’on ne réussit plus grâce à son banquier mais qu’on réussit contre son banquier, ce faux ami et ce danger potentiel permanent).

Hervé et Antje avec leur jeune fils.

Cela s’est aggravé de nos jours du fait d’une déshumanisation totale des relations clients-banques. Ils ignorent tous deux à quel point la déshumanisation est la règle dans le système bancaire. Bref cette nouvelle affaire d’Hervé et Antje en est une parfaite illustration. En 2008, Hervé et Antje acquièrent un immeuble avec un apport et un prêt accordé par la lyonnaise pour l’achat de la résidence (échéance 1460 €). A cette époque  leur endettement, à supposer qu’il n’est pas d’autres charges fixes en cours, représente 36 % du revenu disponible. Cela paraît donc jouable bien que l’opération ne laisse pas vraiment de marge de manœuvre, nécessaire en cas d’imprévu. En 2010, la lyonnaise finance l’acquisition d’un terrain(échéance 500 €). Lui et elle tirent leurs revenus d’une petite société qu’il a créé.

Mais le diable se cache souvent dans les détails. La société a été créée pour diffuser des produits écologiques en l’occurrence des panneaux solaires dans le domaine de l’éclairage public et privé. Tant que ces produits ont profité de subvention étatique, ils se sont très bien vendus mais sous la présidence Sarkozy, les subventions seront supprimées et du jour au lendemain le chiffre d’affaire s’effondre. Ce n’est jamais simple de réorienter l’activité d’une société quand on doit faire face déjà à un endettement privé. Il faut imaginer d’autres débouchés, souvent réinvestir alors que le chiffre d’affaire diminuant, beaucoup de portes se ferment.

Les premières difficultés de paiement des échéances apparaissent en 2014. Il eût fallu envisager des solutions radicales immédiatement. Un malheur arrive rarement seul. Le terrain attenant, acheté en 2010, devient inconstructible par décision administrative. Son prix s’effondre, prix divisé par 100, il devient invendable, ce qui rend l’opération catastrophique. Le vendre ne sert plus à rien.

En août 2016 quelques échéances restent impayées et la banque prononce la déchéance du terme. Hervé et Antje n’ont absolument pas compris les conséquences d’une telle décision. Et d’ailleurs peu nombreux sont ceux qui savent ce que cette décision entraîne irrémédiablement. Hervé et Antje pensent qu’en reprenant tant bien que mal les échéances, l’affaire en restera là.Ils cherchent un financement auprès d’autres organismes qui leur permettrait d’en terminer globalement.

 (Nous répétons souvent à la fnacab qu’il est inutile de chercher des financements quand on est fiché FICP en cas de plusieurs échéances en retard)

Etant totalement bloqués, ils nous appellent au secours. C’est très souvent le cas. Sans doute nous prend-t-on pour L’Agence Tous Risques, le secours du dernier moment ? C’est trop tard bien que rien ne soit impossible ainsi que l’expérience nous l’a prouvé.

La banque ayant prononcé la déchéance du terme, elle ne reviendra pas en arrière. Elle a saisi son avocat pour une vente aux enchères. L’information leur en a été donné par  l’interlocuteur de la banque. C’est à ce stade que la fnacab a pris l’initiative d’écrire à la banque pour des propositions sérieuses après avoir convaincu  nos adhérents que la situation était désespérée et qu’ils ne pouvaient plus trouver de solution consistant à emprunter pour rembourser les créances. La banque fit répondre par son avocat qui, en fait, se contenta d’un refus de réponse sur nos propositions  au motif que nous ne serions pas mandaté alors même que nous lui avons adressée, à lui et à la banque, le mandat qui était en notre possession. Comportement inadmissible.

Nos propositions étaient très acceptables à savoir vente de la résidence principale (autre publication mise en vente) et avec ce prix remboursement des créances de la banque.

La réponse non exprimée de la banque et de l’avocat est arrivée par un huissier qui a délivré un commandement de saisie immobilière la veille de Noël alors que les débiteurs ont mis en vente leurs biens et qu’ils disposent, via leurs 2 sci encore de 2 comptes. Conséquences: une course contre la montre inutile et dangereuse, une pression inutile et surtout une accumulation de frais qui ne profitera qu’aux auxiliaires de justice avec appauvrissement d’Hervé et Antje. Pour une vente amiable il convient d’avoir du temps devant soi. C’est ce que, semble-t-il, la banque poussée par son d’avocat sans doute, ne désire pas alors même qu’il s’agit de son intérêt car toutes ventes aux enchères aboutissent à un prix environ 30 % inférieur au prix réel du bien.

Mais les ventes aux enchères et leurs suites rapportent beaucoup aux avocats qui les pratiquent d’où l’appétence de certains.

Voici l’agence où a été présenté les dossiers et dans laquelle sont toujours ouverts deux comptes à Super Nîmes

Si tel était le cas cette vente pourrait ne pas suffire. Hervé et Antje pourrait se retrouver à la rue. Ils ne le méritent pas eux qui ont travaillé toute leur vie normalement et honnêtement. Ils ont élevé des enfants. Hervé a même défendu la France comme militaire au Tchad d’où il est revenu avec un pied en moins ayant sauté sur une mine (voir la vidéo prise au Tchad lors de la déflagration de la mine). il aurait pu se contenter de vivre des aides de l’État mais ce n’est pas son genre. Il a travaillé, créé sa propre affaire mise en difficulté par une décision politique et non par une mauvaise gestion.

Voila la pub de cette banque sur le site CIC. Pour nous pas d’étonnement et pour vous.

Hervé et Antje, quelle que soit l’issue finale, tiennent à informer à des fins pédagogiques, en diffusant le plus possible leur triste aventure pour que, mieux informés, vous ne soyez plus séduit par la propagande mensongère. La FNACAB a décidé de les aider car malheureusement ce genre d’affaire se renouvelle très souvent et, souvent, le système se montre totalement inhumain. Hervé et Antje ne compte pas se laisser ruiner en silence. Que  la Lyonnaise et son avocat le sache bien.

À tous ceux qui vivent dans leur environnement et qui vont être informés de cette situation nous faisons appel pour qu’ils nous aident à imposer une solution humaine. Facile de nous contacter en retournant le formulaire qui suit.

 

succès 2019


Nos succès 2019


Chaque année nous enregistrons des succès dont profitent nos adhérents. Ces succès sont plus ou moins significatifs. Certains sont conséquents notamment ceux qui consistent à obtenir une réduction de dette ou un effacement. D’autres sont plus modestes mais pour ceux qui les obtiennent, c’est notable car ces succès profitent à des adhérents modestes. Surtout ne croyez pas que l’abus bancaire frappe que les plus fragiles de la société et/ou les plus cigales. Ils frappent presque tout le monde et quelque soit les professions.

Cette page est censée publier tous nos succès mais faute de temps et faute de suffisamment de bénévoles, ce n’est pas possible. Nous nous efforcerons de la mettre à jour quand même.

Voici quelques uns des résultats obtenus en cette année 2019:

Catherine P…de Nice retrouve 9 800€

Catherine P…de Nice a fait de mauvaises affaires et a tout perdu voilà quelques années. Elle est restée endetter. 5 ans plus tôt environ, en appliquant la stratégie que nous conseillons, ses dettes ont été effacées. Elle reprend contact en milieu d’année après avoir eu connaissance que son livret ouvert à la Caisse d’épargne était toujours ouvert et créditeur. Elle prend contact à la CE qui, via le conseiller, lui dit qu’il peut lui remettre les fonds mais rapidement il l’informe d’une impossibilité en raison d’un blocage sans plus de précisions et ses demandes restent sans réponse. La fnacab écrit mais n’obtient pas de réponse. Une 2ème lettre, plus virulente, pour demander le motif du blocage, adressée obtient une réaction rapide. La caisse lui demande un RIB pour lui verser les fonds bloqués soit 9 800€. Cette affaire a été réglée en 3 mois.

Cédric G… échappe à la ruine totale

Cédric avait à moins de 25 ans acquis un appartement à crédit dont il avait fait un bijoux, lui même par son travail; Toutes les échéances étaient réglées. Il trouva un nouvel emploi dans une pizzéria et quelques 2 à 3 années après son employeur l’emberlificota pour le convaincre d’acquérir le fonds de commerce à un prix exorbitant. La BPMed accorda un prêt contre toute normalité (bilans trafiqués, inexpérience dans la gestion commerciale de l’emprunteur, et même inexpérience de la restauration, servir des pizzas ne vous transforme pas en chef de cuisine). Les responsables du service des prêts sont sensés étudier les dossiers et savoir lire les bilans.

Rapidement, Cédric connut des difficultés et s’en est suivi un dépôt de bilan avec liquidation judiciaire. Etant caution, la BPMed l’actionna. Il fut dans l’obligation de vendre son appartement mais la banque l’a saisi et allait mettre en vente aux enchères publiques. C’est alors que la fnacab est intervenue. Nous avons négocié une sérieuse réduction de créance de l’ordre de 20%, nous avons fait stopper la procédure d’enchères, l’acte de vente s’est passé chez le notaire et nous avons exigé qu’il n’y ait pas de procédure d’ordre: ceci a permis une économie d’environ 15 000€ et libération immédiate des fonds. Cela n’a pas été sans intervention rigoureuse. Cédric peut repartir d’un bon pied avec le capita restant.

 Christian B… de BRISCOUS (64) est remboursé d’une partie de ses pertes:
Sa carte crédit et son code ont été « interceptés » lors de l’envoi  postal par la BNP de PARIS. De Nombreux achats ont été effectués sur PARIS pour 2700 € environ. Suite à notre intervention, la BNP a remboursé 1 700 € alors qu’elle ne voulait rien entendre. L’adhérent s’en contente et ne donne pas suite pour avoir la totalité.
Christian K… de METZ :
Sur 1040 € de frais divers, la Caisse Epargne de METZ a remboursé 310 € ; Il s’en contente !
Hugues J… de MONTBEL 09 :
Suite à la perte de son chéquier délivré par le Crédit Coopératif de Toulouse a été victime de 450 € environ d’achats frauduleux.  La banque a remboursé la totalité après notre intervention.
Christian K…de TINQUEUX 51
Christian a obtenu 310€ de remboursement de frais et RDV pour une offre d’accompagnement de client en difficulté.
Abus bancaires,comment combattre, abus banque


 

Le grand charlatan est en campagne

Le charlatan, bonimenteur, qui nous gouverne a vendu sa salade aux maires ruraux peu habitués aux joutes oratoires. Mais ils sont, par contre, plein de bon sens et de cette intelligence de la vie qui s’acquiert par l’expérience. Je ne dirai donc pas qu’au royaume des aveugles les borgnes sont rois, même si lui le pense probablement, car justement ces maires sont tout sauf aveugles. Hélas pour ce charlatan. Car ainsi il n’arrivera jamais à tromper tout le temps tout le peuple ainsi que le résume bien cette phrase célèbre d’Abraham Lincoln: “ On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps”.

Le grand débat a pour seul but d’enfumer et de gagner du temps. Il tente de sauver son quinquennat. On ne peut le lui reprocher. Bien sûr, ce grand cirque ne débouchera sur rien et provoquera une immense déception chez ceux qui y ont cru, pour trois raisons principales:

-La première est que Macron et ses affidés sont convaincus de détenir, à eux seuls, la vérité sur tout et ils sont convaincus d’avoir été investi d’une mission quasi divine.
-La deuxième est que Macron est un psychopathe narcissique qui ne peut pas psychologiquement reconnaître avoir tort. Si 70 % de la nation est contre lui, c’est forcément que ces braves gens n’ont rien compris, je dirais que ces gueux ne l’ont pas compris. Lui ne peut pas se tromper. Il se croit infaillible. C’est la fonction de Pape qu’il devrait occuper. C’est pourquoi il parle de faire de la pédagogie avec ce grand débat. Il ne parle pas de changer un iota à sa politique.
-La troisième raison, tient aux caisses vides. Il ne peut donc rien lâcher. Macron écoute mais fait semblant de ne pas comprendre. Pourtant, lui qui est si intelligent devrait avoir tout compris. Je vous rassure, en fait, il a bien compris ce que veulent les gilets jaunes. Il ne demande pas des aides mais seulement de pouvoir vivre décemment de leur travail ou de leur retraite, la justice fiscale et la réforme de la Constitution pour plus de démocratie. Autant de choses auxquelles il ne peut consentir sans remettre en cause son cap qui est plus de mondialisme, plus d’Europe, plus d’ultra libéralisme ce qui entraîne,mécaniquement, plus d’affaiblissement de la classe moyenne, et plus de paupérisation.

Alors le grand charlatan est reparti en campagne n’ayant pas été en mesure de calmer la colère populaire par quelques mesurettes. S’il est une chose qu’on ne peut lui enlever, c’est une maestria certaine pour embobiner ses interlocuteurs. Il voudrait faire croire qu’il a changé ce qui est faux et ressenti comme tel par les français. En lançant l’idée du grand débat il poursuivait plusieurs objectifs.
-Bien sûr faire cesser les manifestations. Cela est déjà raté.
-Endormir un maximum de citoyens en flattant leur ego pour dégonfler d’autant que possible“la foule haineuse”. Cela aussi, c’est raté. Majoritairement, les français ne croient pas aux vertus de ce grand débat.
-.Faire remonter de la France profonde des revendications qui seront parfois loufoques et souvent contradictoires pour lui permettre de se présenter comme l’homme du bon sens et de l’équilibre. On voit déjà se profiler le thème qui semble vouloir être imposé à savoir Macron l’homme irremplaçable. Parions qu’à l’issue de ce grand cirque, il proposera un référendum qui permettra d’enterrer les questions essentielles. Ce qui logiquement entraînera une immense déception.
-Le tout ayant pour but de sauver son quinquennat très menacé. Je peux dire même sa survie en tant que président de la République.

Il espère, in fine, convaincre les Français qu’ils ont été écoutés et entendus en condescendant à lâcher des broutilles telle le 80 km heure par exemple tout en restant ferme sur le cap. On peut s’attendre à tout car le bougre ne manque, ni d’audace, ni de formation, ni même d’intelligence. il a appris à faire du théâtre c’est-à-dire à manipuler ses interlocuteurs par ses boniments et ses sornettes. Il a même épousé son professeur de théâtre qui lui a fait, pendant sa campagne électorale travailler sa diction. C’est dire à quel point il s’y connaît en manipulation.

Il multiplie sa présence dans les médias en allant tenir des réunions devant les maires qu’il a toujours méprisé, en s’invitant dans des débats au milieu de citoyens à priori ordinaire ce qui lui permet de briller facilement oubliant, à vaincre sans péril on triomphe sans gloire”. Et voilà que Philippe s’y met aussi. Dans quelques jours où quelques semaines on saura si l’assistance a été choisie spécialement pour ces moments. Pour les maires, c’est établi, il a choisi les interlocuteurs, les questions à poser, les réponses à apporter. Rien de spontané en fait.

Au jour de la rédaction de cet article, un sondage vient de sortir créditant les gilets jaunes du soutien de la population à 69 % (sondage BVA pour LCI-La tribune publié le 25 janvier 19). Ce soutien avait légèrement faibli mais il remonte en cette fin janvier. Je n’en suis pas étonné. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Aucune mesure n’a été prise à ce jour permettant d’améliorer la situation de ceux qui sont dans la rue en train de manifester. Macron ne cesse de répéter qu’il gardera le cap. Cela signifie qu’il veut poursuivre sa politique laquelle est rejeté par 70 % de la population, au moins, maintenant que cette population a compris où il voulait l’emmener. Si elle refuse cette direction politique, c’est qu’elle en constate les conséquences funestes tous les jours. Elle est aussi mieux informé n’en déplaise à tous les pourfendeurs des médias alternatifs qui certes peuvent parfois véhiculer des fausses informations mais pas plus que les médias mainstream.

Pour ma part, je ne me pose même plus la question de savoir si les gens qui gouvernent sont sincères ou pas, s’il veulent vraiment connaître l’opinion du peuple et prendre des décisions allant dans le sens de la satisfaction des demandes. Quand j’entends les journalistes se poser la question? je me dis, soit ils sont stupides, soit ils sont menteurs. Je penche pour le qualificatif de menteurs. Il suffit écouter les propos de Macron et maintenant de Philippe pour voir qu’ils n’ont aucune  intention de changer de cap et, plus grave, ils n’ont aucune intention de réformer la Constitution pour rendre le référendum d’initiative populaire possible, pour changer le mode d’élection à l’Assemblée nationale. S’ils consentaient à faciliter le référendum d’initiative populaire, nul doute qu’ils en limiterons drastiquement le champ pour rendre cette mesure inefficace. Quant à la ligne politique qui est, pour résumer, d’introduire en France encore plus de libéralisme c’est-à-dire encore plus de pauvreté, encore plus d’inégalités, aucun changement n’est à attendre. Ainsi, nous aurons connu cinq mois d’agitation pour aboutir à rien.

Quand la totalité de la partie du peuple qui s’est révoltée se rendra compte de la fermeture gouvernementale, que se passera-t-il ? la grande arnaque que constitue le grand débat peut déboucher sur une colère encore plus grande que l’État ne pourra contrôler d’autant que tout ce qui a été mis en œuvre à ce jour par le pouvoir politique pour discréditer ce mouvement des gilets jaunes est resté sans efficacité. Résumons: l’ensemble des médias mainstream, l’ensemble de l’oligarchie politique qui s’est succédée ou qui est au pouvoir actuellement, la presque totalité des commentateurs qui sévissent habituellement sur les chaînes TV et les radios, et même une partie des responsables politiques qui se disent dans l’opposition, certains syndicats, tous ont tenté de discréditer ce mouvement. Je n’avais jamais vu une telle unanimité de l’oligarchie régnante sauf peut-être en 2002 lorsque Jean-Marie Le Pen, qui n’avait aucune chance, était au second tour de l’élection présidentielle. Une véritable propagande de type soviétique s’était abattue sur la France. Le phénomène contre les gilets jaunes est à peu près le même. Il subit presque avec la même ampleur cette propagande de type soviétique. Malgré cela, le dernier sondage BVA signale 69 % de français soutenant le mouvement. Alors gare à la suite.

Info de dernière minute: L’acte XI a réuni selon un syndicat de police 330 000 manifestants, selon le ministère 69 000. Selon mon avis entre 197 000 et 347 000. Pourquoi ces différences? parce que le ministère a l’habitude de minimiser les chiffres le plus possible.

 

 

 

Comment le Portugal s’en sort? — INSURRECTION PACIFIQUE

» la politique menée pour parvenir à ces résultats est encore et toujours à l’opposée de celle préconisée par Bruxelles et suivie par Berlin ou Paris. «

via Comment le Portugal s’en sort? — INSURRECTION PACIFIQUE

Rencontre avec des nouveaux bénévoles…

Tous les français ne sont pas des veaux ou des moutons. Le plus grand nombre est naïf et/ou craintif. Les français sont-ils indifférents à tout? je ne le crois pas. égocentriques? probablement. Plus que les autres? je n’ai pas la réponse. Légitimistes? plus qu’on le dit.

A la suite du salon des abus bancaires 2018, plusieurs de ceux qui sont venus pour rechercher une solution ont proposé leur aide (c’est courant). Il est courant aussi que la majorité de ces mêmes personnes n’ont ensuite jamais de disponibilités et de surcroît on se rend compte que généralement seul leur problème les intéresse et qu’ils se sont cru obligés de faire des offres de service…

Cette année n’a pas échappé à la règle. Pour les rares qui ont donné suite à leur proposition de bénévolat, une première table ronde a été organisée jeudi 5 mars 18. D’autres sont prévues au rythme d’une par mois (1 h de réunion à partir de 11 h et pour ceux qui le désirent déjeuner ensemble ). Sachez que vous pouvez proposer des horaires et des jours différents. il en sera tenu compte. Mais pour la 1 ère ce n’était pas possible.

Donc cette première s’est tenu, en voici le contenu: Le thème était: « Comment accueillir soit au téléphone soit lors d’un RDV une « victime » d’abus bancaire. » Sachant qu’il vient chercher de l’aide dans une situation le plus souvent extrême n’ayant pas anticipé. Sachant aussi que notre association ne peut exister qu’avec les cotisations, les dons étant marginaux et les subventions absentes, que la victime est souvent, pas toujours, sans grand moyen. D’autre part que les miracles, c’est à Lourdes et pas à la FNACAB. Qu’en toutes hypothèses nos réussites sont plus nombreuses (80%environ) mais qu’il reste un taux d’échec de 20 %.

I) L’accueil: il suffit d’écouter et de canaliser les propos pour connaître la nature du problème. Il faut porter à la connaissance du postulant notre mode de fonctionnement. Sans un dossier complet et sans en avoir conféré avec les juristes, impossible de donner un avis. Pour qu’un dossier soit présenté aux juristes, le postulant doit devenir adhérent. pour rentrer une adhésion il ne faut en aucun cas promettre une résolution du problème et bien indiqué qu’en suivant nos conseils les chances de réussite sont de 80%. reste 20% d’échec. En aucun cas il faut donner trop d’espoir car on ne sait jamais si notre action sera une réussite.

II) Que prendre en considération lors de cette première visite? sachant que dans la grande majorité des cas, l’adhérent a tord juridiquement (on expliquera pourquoi ultérieurement) ou ne pourra pas prouver ce qu’il affirme. La seule chose à considérer est: est-il de bonne foi? A-t-il moralement raison. Si oui, on peut agir et nos méthodes ont fait leur preuve.

Cela répond au questionnement de beaucoup de bénévoles qui se trouvent mal à l’aise en constatant que l’adhérent a tord juridiquement. (ce positionnement sera traité plus tard: « Pourquoi dans la relation avec sa banque on a toujours tord et quand on a raison, on ne peut pratiquement jamais le prouver? ») Pour nous il suffit qu’il ait moralement raison.Tout devient alors possible.

D’autre tables rondes sont prévues qui porteront sur les directions à faire prendre au dossier, toujours avec l’accord du client. Elles auront lieu tous les premiers jeudis de chaque mois à notre siège à 11 h, mais et le mais est important, si vous nous faites part de vos préférences, dans la mesure où cela est possible, nous déplacerons ces tables rondes au jour et heure qui conviennent au plus grand nombre. Un mail à l’adresse suivante suffit: contact@fnacab.org

Voila quelques infos supplémentaires, cliquez là»»»»» Etre bénévole à la FNACAB

Il a été envisagé aussi de décerner à nouveau la médaille d’or, d’argent et de bronze comme nous le faisions avant mais il nous faut du monde pour développer nos actions, surtout au niveau secrétariat. D’autre part un salon des abus bancaires sera probablement organisé à Lyon par une bénévole avec notre soutien.

Très prochainement une réunion à Fréjus car les appels du Var sont nombreux.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous en laissant un commentaire.

Encore un nouveau succès pour la FNACAB

1318473Lors du salon des abus bancaires, le février 2018, est venue une victime pour demander notre aide. Après avoir pris connaissance de sa réclamation, nous avons tenté une médiation avec sa banque qui n’a pas répondu. Nous avons alors préconisé de mettre en place une action que nous appelons « insurrection pacifique » pour deux raisons:

  1. la première parce qu’il est inadmissible de ne pas répondre
  2. la deuxième parce que le RDV demandé par l’adhérent n’avait pas été accordé

Face à cette force d’inertie, et parce que notre justice non seulement est lente mais de surcroît tenue par des lois majoritairement favorables aux banques, seule la mise en oeuvre d’actions pacifiques à vocation d’information et de résistance pacifique et légale, est de  nature à obtenir des résultats significatifs et rapides.

Vous ne trouverez pas plus d’informations sur cette affaire car l’adhérent a conclu un accord lui donnant satisfaction mais incluant une clause de confidentialité que nous allons respecter par égard pour lui, même si nous n’y sommes pas nous même soumis.

La morale de cette nouvelle affaire conclue est bien que« Seules sont perdues d’avance les batailles qu’on ne livre pas. »

Vous pouvez , vous aussi, savoir comment éviter les abus ou comment vous défendre  vous même si vous en êtes victimes en participant à nos réunions d’information animée par nos bénévoles. La première se tiendra à Antibes le 5 avril 2018 de 11 h à 12 h à notre siège : Immeuble le Chorus, 2203 ch de Saint Claude, Antibes 06 600. Tel 04 97 21 94 48

Entrée gratuite

Attention aux ides de mars — INSURRECTION PACIFIQUE

C’est aux ides de mars que Jules César fut assassiné, c’est le 19 mars 62 que le cessez le feu est entré en vigueur en Algérie qui a livré les français d’Algérie et les harkis au FLN, c’est le 22 mars que s’est produite la première manif de 1968. Les manifs du 22 mars 2018 […]

via Attention aux ides de mars — INSURRECTION PACIFIQUE

VIIème Salon des abus bancaires (éd 2018)

La fnacab vous propose de participer aux conférences et débats organisés lors de son VIIième salon qui se tiendra le samedi 3 février à Saint Laurent du var dans les salons du Novotel-Cap 3000, 40 Avenue de Verdun, 06700 Saint-Laurent-du-Var.

Consultation gratuite pour les entreprises et les particuliers en litige ou pas avec le système bancaire. Conférences et tables rondes gratuites ouvertes à tous. Venez vous informer pour savoir éviter ou traiter les problèmes.26047417_1562143430528463_1111627374779326667_n

Les dernières éditions du salon ont connu une grande affluence, c’est pourquoi, afin de permettre une bonne organisation, nous vous suggérons de contacter les organisateurs qui pourront établir des plages horaires pour les consultations gratuites afin d’éviter des attentes et pertes de temps.

Voici le programme du salon.

L’entrée est gratuite et ouverte à tous.

  •  9 h: ouverture.
  • 9 h 15 à 12 h 30: réception privée des visiteurs pour des consultations gratuites
  • 12 h 30: déjeuner sur place pour ceux qui ont réservé et réglé le coût. (30€/personne) Réservation ouverte jusqu’au 31 janvier.
  • 14 h: reprise des consultations privées jusqu’à 18 h

Parallèlement aux consultations, il est prévu 2 tables rondes et une conférence vidéo.

  • 14 h 30 table ronde sur l’insurrection pacifique parce que nous sommes tous des sans droit face au système bancaire.
  • 16 h: une petite conférence vidéo sur « la bombe à retardement qui nous menace ».
  • 17 h : table ronde sur les moyens de self défense contre les abus bancaires qui ont fait leur preuve.
  • 18 h : clôture

 

Annonce-SALON-2018