FNACAB

Accueil » Frais bancaires?

Frais bancaires?

« Les Français comptent toujours, pour se sauver,
en un pouvoir qu’ils détestent,Paypal-don-Fnacabmais se sauver par eux-mêmes est la dernière chose à laquelle ils pensent. »   Alexis de Tocqueville

« Selon que vous serez puissants ou misérables »

vous paierez ou non des frais bancaires.

On nous annonce chaque année une augmentation des frais bancaires alors que selon l’insee l’inflation est nulle. La lecture de cette page est vraiment toujours d’actualité . Non les frais bancaires ne sont pas légitimes et oui ils vont connaître une croissance exponentielle. Lisez bien cette page et ces annexes et vous saurez pourquoi. Quant aux raisons, l’une d’entre elle est l’apathie des clients qui ne savent pas se regrouper autour d’association pour les rendre fortes et compenser le peu de poids qu’est celui d’un individu.

Une information qu’il faut conserver en mémoire: avant 1986, les frais n’existaient pas.

Nous vous donnons ici des pistes pour lutter contre les frais bancaires mais sachez que seul, c’est très difficile car il faut créer un rapport de force.

Plus d’info sur le lien ici

Et encore ici

« Selon que vous serez puissants ou misérables »

vous paierez ou non des frais bancaires.

Face à cela, une seule solution : nous regrouper, former nos bataillons et ensemble combattre cet abus.

Car les frais bancaires sont l’invention la plus injustifiable de ces 30 dernières années, la plus méprisable, celle contre laquelle tout le monde devrait se battre tous les jours et en tête les politiques s’ils n’étaient pas complices du système. Ils représentent au moins 65 milliards prélevés sur les comptes des entreprises et des particuliers. Ils sont comparables au supplice chinois de la goutte d’eau. Ils sont pratiquement au même niveau que l’impôt sur le revenu qui était de 70 milliards en 2013. Donc 65 milliards prélevés sur tous les comptes bancaires. Surtout sur les particuliers ou les professionnels en difficulté de trésorerie qui ont peur de se défendre étant en situation de faiblesse.

Ils assèchent progressivement les trésoreries.

ils agissent sur les victimes comme le supplice chinois de la goutte d’eau.

ils désespèrent les entrepreneurs qui voient tout ou partie de leur bénéfice confisqué.

ils poussent les agents économiques à sortir du système.

ils coûtent chers sur le plan social car ils sont une violence destructrice.

Ils sont, en partie, responsables de l’atonie économique de la France.( 65 milliards détournés de l’économie réelle, ce n’est pas sans conséquences )

Cliquez ICI pour l’étude complète sur les FRAIS BANCAIRES  extrait du livre « Les Banksters« 

le mougeonNe soyez pas comme ce sympathique animal.

btn_donateCC_LG

Cliquez sur l’image.

Recevez gratuitement et régulièrement nos informations en retournant le formulaire


28 commentaires

  1. FNACAB dit :

    […] Pourquoi ce thème? parce que les frais bancaires sont une invention illégitime de ces 20 dernières années qui impacte gravement les trésoreries les particuliers et les entreprises jusqu’à la ruine des plus faibles parmi lesquelles les entreprises naissantes. C’est 75 milliards / an prélevés sur les comptes des clients. En savoir + […]

    J'aime

  2. […] « Selon que vous serez puissants ou misérables » vous paierez ou non des frais bancaires. » https://federationcontreabusbancaire.wordpress.com/frais-b…/ […]

    J'aime

  3. FNACAB dit :

    […] Frais bancaires? […]

    J'aime

  4. […] en est de ces frais bancaires bancaires comme de tous les autres. Ils sont abusifs (pourquoi? +d’infos ICI) et il faut les combattre. Comment ? Ils ne peuvent être combattus que par des actions collectives. […]

    J'aime

  5. […] qui sont totalement abusifs. Il est grand temps que les clients réagissent face au racket. Plus d’infos ICI. Samedi entre 10h et 12h, vous pouvez les rejoindre et les encourager. 7 rue du Dr Baloux à Cannes […]

    J'aime

  6. […] Les frais bancaires sont une invention datant des années 80 seulement. Ils sont totalement abusifs. Pour savoir pourquoi les frais bancaires ne sont pas légitimes et pourquoi ils se développent, cliquez ICI. […]

    J'aime

  7. […] Jugez en par vous même. Rien qui ne démontre la véritable ampleur du désastre. Pour en savoir + allez voir ce que nous dénonçons depuis des années. […]

    J'aime

  8. LOUIS François dit :

    Lettre ouverte à mon très très cher banquier

    Mon banquier a bien changé. Onze années de bonnes relations se voient aujourd’hui balayées d’un revers de manche suite à la mise en place d’une mesure répondant plus ouvertement à l’appellation de rançonnage qu’à celle, ô combien fallacieuse, de « frais de tenue de compte ».

    Comment celui qui fut l’accompagnateur de mes projets immobiliers se permet-il aujourd’hui de prendre en otage sa plus fidèle clientèle ? C’est scandaleux ! Quel mépris !

    Puissent ces quelques lignes apporter un éclairage sur l’état de mes sentiments sans, pour autant et par respect envers ses employés, constituer une entrave à la bonne marche d’une grande entreprise chargée, entre autres missions délicates, de :

    – veiller sur le flux (et le reflux, oserait-on dire eu égard aux taux des découverts pratiqués) des monnaies fiduciaire et scripturale sous tous leurs traitements ainsi que sur la bonne garde de valeurs mobilières peu encombrantes,

    – vendre du crédit, des devises, services et autres produits d’excellence,

    – spéculer tout à fait légalement sur les marchés financiers,

    – concocter de magnifiques contrats d’assurance sur mesure,

    – agir sur un bon nombre de leviers économiques dont l’action échappe à mes piètres connaissances en matière de marketing, publicité et sponsoring, etc … ,

    – … (chut !!, évitons les sujets qui fâchent !).

    Je comprends parfaitement que mon banquier puisse être préoccupé. A peine relevé d’une douloureuse intoxication après l’ingestion d’actifs douteux cuisinés à la grecque, le voici à présent, le front perlant de sueur, face à une BCE jouant depuis peu avec le feu à propos de taux négatifs. Même en veillant particulièrement à s’abstenir de toute remarque sur les petits mondes « offshore » ainsi que sur le bon fonctionnement du prochain et très populaire tournoi Euro 2016, il y aurait trop, beaucoup trop d’observations tout aussi fumantes à formuler.

    Trêve de laïus ; je n’ai vraiment que faire de tout ce fatras d’aléas.

    Avant d’entrer pleinement dans le vif du sujet je n’hésite pas à écrire que mon malheureux banquier aurait sans doute été mieux inspiré de confesser son angoisse à peu près en ces termes : « par ces temps difficiles je suis bien confus d’avoir à faire appel à votre bon cœur afin de ne pas sombrer dans l’indigence ».

    Que nenni ! Pas question de faire la manche ni de sortir du très fermé cercle des dominants pour se voir chuter au beau milieu d’une harde de dominés, lesquels seraient réduits au point de ne pouvoir quérir leur bonheur ailleurs que dans un pré surencombré.
    Comment ne pas qualifier d’agressifs les agissements d’un banquier sans vergogne envers celles ou ceux qui, aussi modestes qu’aient pu être leurs apports, n’en ont pas moins, régulièrement et depuis fort longtemps, contribué à son maintien dans la caste des nababs de la finance ? Pas même la gratitude du ventre !

    Arguant du fait que tous les établissements bancaires pratiquent la tarification des tenues de compte(s), mon banquier n’a fait que m’ouvrir grande la porte menant au plus absurde des raisonnements : quelle pourrait bien être sa réaction si un, puis deux, puis … de ses homologues, poussés par la famine, décidaient subitement d’abréger leur existence ?

    A quelle époque vivons-nous ? Sommes-nous encore au temps des actions manuelles requérant force personnels et machines comptables à cartes perforées pour ne pas dire à celui des écritures à la plume d’oie ? Ne serais-je donc pas le seul et unique décideur quant à la tenue de mes propres comptes bancaires, agissant pourtant, autant de fait que de droit, sous couvert d’un code personnel d’accès depuis mon domicile et au moyen de mon outil informatique ?

    Jusqu’à preuve du contraire les termes « tenue » et « hébergement » ne sont absolument pas des synonymes. Les soldes créditeurs n’existant que sous l’aspect purement virtuel de créances garanties « en principe », nous assure-t-on, à hauteur de 100 000 euros, il serait grand temps de soulever la roche pour libérer l’anguille.

    Toutes les opérations scripturales d’un livre comptable à un autre (saisies, ordres d’exécution et requêtes automatiques de contrôle) commandées en un lieu quelconque du territoire et confiées à la télématique, sont, dès leur arrivée sur le concentrateur d’un site dédié, réalisées électroniquement de manière quasi instantanée (de l’ordre de quelques nanosecondes) en obéissant tout simplement aux lois de la physique et non à celles relevant de l’imagination fertile d’un individu pour qui la notion de temps ne s’appliquerait qu’à des dates de valeur.

    Mon banquier ressemblerait à une banque en ligne, se comporterait comme une banque en ligne mais, à l’évidence, ne serait pas une banque en ligne. Ses agissements n’auraient donc rien à voir avec ceux de ces acteurs à l’identité masquée des places financières, qui, à longueur de journée, nous martèlent les tympans par le biais des médias dans le seul but de nous persuader de bien vouloir répéter : « mon banquier, c’est moi ! » à qui voudrait l’entendre dire !

    Ignorer qui se trouve être le premier bénéficiaire des opérations effectuées au moyen des nouvelles technologies relèverait plus d’une réelle incapacité cérébrale dont la décence interdit toute prononciation que d’une certaine forme de cécité, la suppression d’emplois, d’agences ou guichets automatiques de proximité estimés être non rentables permettant à elle seule d’éluder la question.

    Mon banquier exerce une activité commerciale et, malgré tous les profits de son dur labeur, se plaint de ce qu’un compte bancaire lui coûte de l’argent. Comme c’est pathétique ! On sera forcément prié de le croire sur parole et surtout de ne pas sourire en l’invitant à se rendre au « forum des métiers » le plus proche de ses modestes résidences tout en lui souhaitant une bonne reconversion s’il en est encore temps !

    Que penserait-on d’un médecin se lamentant d’avoir à stocker les données informatiques de ses patients et exigeant soudainement une tarification spécifique pour « frais de tenue de dossier médical » auprès de l’Assurance Maladie (elle-même conservatrice de bases informatisées impressionnantes) ? Suffit-il d’une simple boule de neige pour provoquer une avalanche ? Apparemment non car il n’existe pas encore de cabinets médicaux en ligne et tout le monde n’est pas banquier !

    « Les conditions générales de vente évoluent … » : n’est-elle pas magnifique cette formule magique barrant la route à tout commentaire en matière de clauses abusives ? Je ne saurais, malheureusement, la transposer et l’adapter à l’état d’un cerveau vieillissant ainsi qu’au montant des retraites, actuellement en pleine phase de régression.

    De qui se moque-t-on ? Nul n’ignore que « l’argent va à l’argent », ce qui implique de façon quasi cartésienne que, par tous moyens et sans embarras du moindre scrupule, l’argent puisse aller à l’argent.

    Soyons très clairs : ce que l’on nous impose aujourd’hui de manière unilatérale par rapport à une convention établie, n’est autre qu’un vulgaire siphonnage en bande organisée des comptes bancaires au demeurant (quelle aubaine !) obligatoires pour toute domiciliation de revenus. La création d’un compte n’est-elle pas, par essence même, la clef de contact indispensable à la mise en route d’un système ? Qu’adviendrait-il de mon banquier si tous les rustres de mon acabit, eux aussi dans l’incapacité d’évoluer, procédaient tout simplement à la clôture de leur(s) compte(s) ?

    L’esprit inventif ne connaît aucune limite : plus, encore plus, toujours plus. Il sait que la normalité finira par le rejoindre et lui emboîter le pas. L’esprit simple retenu aux confins des apagogies (pardon pour le terme !) positive et négative, n’aura d’autre choix que celui de se comporter en … simple d’esprit.

    Alors :

    – à quand l’application de l’équivalent d’une taxe de séjour journalière (que l’on revêtira d’un nom très savant) pour hébergement de données dans les informations binaires d’un système bancaire ?
    – à quand la mise en place de frais relatifs au déploiement d’énergie lié au très éprouvant métier de banquier ?
    – à quand l’abonnement trimestriel obligatoire au club bancaire des imbéciles avec, en guise de geste commercial, une mirifique remise de 2 % consentie aux plus dignes représentants de l’espèce ?

    On ne réécrira pas le mémorable « discours de la servitude volontaire ». On ne changera pas la face du monde ! On ne peut que changer de banquier et … continuer à donner les choux à garder à la chèvre.
    Autant de propos destinés à rester lettre morte.

    François LOUIS, futur ex-client du Crédit Agricole de Langogne

    J'aime

  9. DUTARTE Yannick dit :

    Bonjour,
    À la lecture de cet article, je me dis que je ferai bien de vous faire part de ce que je vis en ce moment avec ma banque.
    J’aurais aimé avoir des conseils de votre part, mais dans ma situation il m’est impossible d’adhérer ou de vous faire un don.
    Je vous raconte donc seulement mon histoire pour qu’elle vous serve d’exemple…

    Voici ce qui m’arrive:

    Mes revenus mensuels 762 euros ( ASS + APL) autant dire que je ne roule pas sur l’or, mon loyer 479 euros, je vous laisse faire la soustraction… Avec ce qui reste je paye mes factures et la bouffe…

    Seulement voilà le mois dernier j’ai eu un rejet de ma mensualité EDF soit 31 euros… Frais de rejet 24.50 euro !!!!
    Ce mois ci chèque de 16.90 euro rejeté frais de rejet 28.50 euro!!!
    1er chèque rejeté depuis que je suis à la banque Postale, soit 11 ans, résultat: Interdit de chéquier pendant 5ans!!!!
    Réédition de mon code de carte bancaire 4.90 euro!!!
    Si la banque avait payé j’aurais une dette de 47.90 euro ( compte débiteur) aujourd’hui grâce à la Banque postale j’ai une dette de 105.80 euro et ça sans compter les agios de frais de compte débiteur le mois prochain…

    Voilà la situation j’ai bien tenté d’avoir des explications, mais la directrice de cet établissement, non contente de me parler avec mépris et indifférence, m’a fermement demandé de quitter les lieux car elle avait des choses plus importantes à faire!!!!

    Je ne raconte pas ça pour qu’on pleure sur mon sort, mais des personnes dans ma situation il y en a des centaines et ils leur arrivent la même chose…

    Voilà cet exemple est surement un parmi beaucoup d’autre et je vous remercie d’y avoir porté un peu d’attention

    J'aime

    • C’est pourquoi nous avons créer la FNACAB afin que ceux qui adhérent ne soient plus seul face au banquier.

      J'aime

      • chezcous dit :

        Vous avez eu…de la chance si je peux m’exprimer ainsi,  »moi » à 66 ans, j’ai été battu pour être insistant, non violent surtout, une fois par un vigile et la seconde fois par un gendarme, oui vous lisez bien un gendarme!!!! Chaque fois que je mets un pied dans l’agence du Crédit Agricole de Saint Paul de fenouillet, la gendarmerie est appelée en renfort tant je suis imposant par…mes plaintes, 37 litiges qui vont des catastrophes naturelles non indemnisées par les Assurances de cette banque, les rendus de justice non suivis depuis 4 ans Pacifica Défense enJustice, une facture prétendue fausse depuis plus d’un an en passant par une dent perdue etc,etc, etc… Joyeux Noël et plein de bonheur en 2017 sans banquier, banque, frais bancaires…le vrai bonheur. STEPHANE Cousot.

        J'aime

  10. robin dit :

    Les banques c’est bien connu utilise tous lets moyens pour avoir des fonds, surtout en ce moment où elle perdent depuis 2015 environ 2% sur leurs activités avec les particuliers. Je vous signale qu’il ne faut pas avoir peur de demander de revoir à la baisse les frais de tenue compte bancaire, car moi-même, je viens de constater qu’une agence bancaire du même groupe situé dans un autre département offre les memes conditions soit C B et decouvert avec des frais de 40% moins cher. Alors que je possède un compte depuis plus de 40 ans, jamais malgré les contacts opérés au cours des années il m’a été proposé de diminuer ces frais…..Ce qui démontre bien qu’il faut réagir et chercher auprès de la concurrence des conditions plus avantageuses pour un même contrat. Les banques en lignes sont une des réponses car elles proposent une CB sans frais et des agios limités en cas de solde négatif.
    Voilá soyons vigilents, et surtout A D H E R E Z à une association telle que la F N A C A B pour être plus fort pour combattre le système bancaire et ses dérives.

    J'aime

  11. […] Cet appel s’adresse à tous et plus particulièrement à ceux qui militent dans des associations, des syndicats ou des partis politiques. Quels que soient leurs idées, quels que soient leurs options. Les abus bancaires ne font pas de distinction, ils touchent tout le monde quels que soient la famille de pensée auquel on appartient. Si on a l’intelligence de laisser au vestiaire ce qui nous divise, en s’apercevra rapidement que presque 100 % de la population subit le système et les abus qu’il génère. A moins de penser normal de payer des frais bancaires en plus d’agios à des tarifs exorbitants alors qu’il n’y a rien de moins justifié. Si vous croyez cela, lisez (ici). […]

    J'aime

  12. Vous avez tout à fait raison, les frais bancaires sont inacceptables et scandaleux. Je voulais justement vous contacter pour faire remonter un nouveau problème que je viens de découvrir, qui est abusif de la part des banques françaises.
    En fait, j’avais besoin d’envoyer de l’argent vers les Etats -Unis et j’ai décidé de comparer les alternatives aux banques, en utilisant https://moneytis.com , une fintech française qui montre les frais cachés des banques. Bref, j’ai choisi ma solution et j’ai commencé à effectuer mon transfert international. Lorsqu’on fait un transfert d’argent à l’international on doit faire un virement de notre compte bancaire vers le compte bancaire de l’opérateur choisi, pour que l’opérateur fasse la conversion (pour 10 fois moins cher que la banque) et qu’ensuite il envoie l’argent au destinataire.
    Et au moment du virement bancaire: surprise!! Ma banque me dit qu’il y a une détection de fraude! Ça les arrange bien de détecter des fraudes quand on essait de passer par un de leurs concurrents, vous ne trouvez pas? C’est inadmissible et scandaleux!
    J’en ai parlé autour de moi et en effet plusieurs banques françaises comme ING et la caisse d’epargne font la meme chose que le Credit LYonnais: ils annoncent des fraudes lorsque nous essayons de passer par les concurrents: au final ça bloque l’utilisation de concurrents, et ca nous oblige a fournir des documents dont on n’a meme pas connaissance -> ça c’est de la concurrence déloyale et ça montre un gros probleme
    Le probleme, c’est le fait que la banque essait de nous garder comme client pour qu’on puisse les financer en payant leurs frais de transfert alors que c’est aux banques de financer les particuliers et les entreprises: c’est leur rôle premier. On doit avoir plus de poids et faire quelque chose! Utilisez les concurrents, faites leur perdre du temps à declencher des fraudes partout, ils finiront par craquer!

    J'aime

  13. Bayard dit :

    Je pense que les solutions existes. Il faut dénoncer les banques à l’autorité prudentielle. C’est une première action.

    No

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :