Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 129 autres abonnés

Stats du Site

  • 257 052 visites
Follow FNACAB on WordPress.com

Une banque danoise paie ses clients pour emprunter

Annotation 2019-08-14 075739La suite ICI

Les frais bancaires liés à des incidents de paiements sont six fois plus élévés en France que dans les pays voisins comme l’Allemagne ou la Belgique. Pourquoi ?

Parce que les Français ne savent pas se mobiliser collectivement et pourtant ils connaissent tous l’adage « l’union fait la force ». D’autre part, ils sont trop égocentrés et peu courageux. Nous ne cessons de répéter que la défense collective est la meilleure protection.Voici un article paru sur économie matin.

« En France, les frais liés aux incidents de paiement sont jugés excessifs.

Lors d’un prélèvement rejeté, quand il n’y a pas assez d’argent sur le compte, les banques facturent des frais d’incidents de paiement. Et certaines ne se privent alors que facturer des clients déjà en difficulté est considérée comme une double peine dénoncée par les usagers. En France, pour chaque prélèvement rejeté, les banques facturent jusqu’à 20 euros de frais.

Les associations sont vent debout contre ces frais excessifs liés à tout « incident de paiement ». Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), représentant les associations et de consommateur et les banques, a réalisé une étude, révélée Le ParisienPremier constat, dans les autres pays européens, les banques réclament beaucoup moins d’argent pour effectuer ce « service ».

Imposer aux banques des tarifs raisonnables

La facture s’élève en moyenne à 18 euros en France pour chaque incident bancaire. « C’est à peine trois euros en Allemagne, soit six fois moins qu’en France ! En Belgique, on est sur du 7,50 euros tout au plus… » s’agace Serge Maître, porte-parole de l’Association française des usagers des banques (Afub) dans les colonnes du quoitiden.

« Puisque les banques n’arrivent pas à se réguler, la solution viendra des pouvoirs publics qui devraient imposer aux banques une tarification raisonnable », explique encore Serge Maitre. Et pour cause, en réalité, un rejet de virement ne coûte que quelques centimes aux banques. Pire pour le particulier en difficulté, en France un rejet de paiement peut générer des frais bancaires à plusieurs reprises. Ainsi, après un premier refus de prélèvement automatique, l’entreprise à quil’on doit de l’argent renvoie, cinq jours plus tard environ, une nouvelle demande de règlement. S’il n’y a toujours pas d’argent sur le compte, elle réclame de nouveau 20 euros de frais bancaires. Pourtant, en théorie, les banques n’ont pas le droit de réclamer plusieurs fois des frais bancaires pour une même facture, selon Capital. »

Voici aussi ce que vous pouvez entendre sur  » target= »_blank » rel= »noopener »>LCI:

Opinion de la FNACAB: « Mais pour en arriver là, il faudrait une grande mobilisation car les pouvoirs publiques s’en moquent totalement tant qu’ils n’ont aucune répercussion a subir, mieux, ils sont totalement complices. »

 

Quelle plus grande erreur peut commettre le client d’une banque?

……….faire une confiance aveugle à un banquier. Ces deux mésaventures illustrent parfaitement notre propos. Elles sont rapportées par France Bleu Béarn.

Un lingot et un Napoléon comme ceux qui ont disparu

La justice a rejeté les demandes de dommages et intérêts des deux locataires de coffres. En 2010, huit lingots d’or ont mystérieusement disparu. En 2014 ce sont 155 pièces d’or qui manquaient à l’ouverture d’un coffre.

Pau

Il n’y aura pas d’indemnisation dans les affaires de disparition d’or dans une agence de la société générale à Pau. En septembre 2010 un couple constate que les huit lingots d’or, achetés à la banque, ne sont plus dans le coffre qu’il loue.

Même constat pour un autre couple en juillet 2014 : leurs 155 pièces d’or ont disparu. Les enquête pénales ont échoué : non lieu. Il ne restait plus qu’à essayer de récupérer la mise, sous forme de dommages et intérêts auprès de la juridiction civile. Le magistrat palois a rendu sa décision : les deux couples n’auront rien.

Un placement trop discret

C’est le problème de ce genre de placement marqué par le secret et la discrétion. Les deux couples sont, du coup, incapables de prouver le vol.  Certes la banque a été légère, surtout dans le dossier des lingots, en étant incapable par exemple de donner une liste des gens qui ont eu accès à la salle des coffres. Ou incapable de fournir des images vidéos de la salle des coffres.

Mais rien ne permet d’affirmer que ces couples n’ont pas vidé le contenu des coffres les fois où ils sont venus entre le jour du dépôt et celui où on a constaté que les coffres étaient vides. Après tout, 155 pièces d’or, ou huit lingots de la taille d’un portable, ça rentre aisément dans un sac. Il aurait fallu par exemple faire établir par constat d’huissier la présence de l’or à chaque visite. Ou un constat signé par les locataires du coffre et par la banque.

Si effectivement, cet or leur a été volé, ces deux couples doivent faire leur deuil de leurs mises : 180.055,20 euros pour les 8 lingots et 92.124,80 euros pour les 155 pièces d’or. Et comme si cela ne suffisait pas, les deux couples sont également condamnés à payer les frais de procédures à la Société Générale.

Daniel Corsand

En 4 minutes ce député nous éclaire remarquablement sur le CETA — INSURRECTION PACIFIQUE

via En 4 minutes ce député nous éclaire remarquablement sur le CETA — INSURRECTION PACIFIQUE

Une experte en toxicomanie : « Donner un smartphone à votre enfant, c’est comme lui donner un gramme de cocaïne » — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

« Le monde change à un rythme dramatique. En fait, le changement est si rapide que l’enfance dont vous vous souvenez est très différente de celle que vivront vos propres enfants. Cela est dû en grande partie au développement et à la saturation de la technologie dans la société moderne. Bien qu’il y ait des avantages […]

via Une experte en toxicomanie : « Donner un smartphone à votre enfant, c’est comme lui donner un gramme de cocaïne » — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

La destruction des épargnes privées — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Les magiciens de la monnaie ont encore frappé… mais ça n’annonce rien de bon. OD Mon cher lecteur, La Réserve Fédérale américaine a donc baissé ses taux directeurs hier, comme prévu et minutieusement préparé depuis Noël dernier. Pour une fois tout le monde en parle et fort mal en général. La baisse est modeste et […]

via La destruction des épargnes privées — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

En Allemagne tout est négatif sur toutes les échéances ! (B. Bertez) — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

« En Allemagne tout est négatif sur toutes les échéances ! Les taux négatifs sont le meilleur baromètre du dérèglement du système et de son dysfonctionnement. Le dérèglement est en train de s’accroître sans espoir de retour. Tout le reste n’est que jeu et spéculation. L’horizon de la rentabilité à long terme de tous les placements […]

via En Allemagne tout est négatif sur toutes les échéances ! (B. Bertez) — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Très bel article qui s’adresse aux « gens de gauche » mais qui peut s’appliquer aux « gens de droite ». — insurrection pacifique

En être ou pas, la question ne se pose plus 6 août 2019 Par Zazaz Blog : Le blog de zazaz Faire partie de ces racistes qui chantent La Marseillaise en brandissant leur drapeau tricolore ? Plutôt crever ! C’est ce que l’on entend à longueur d’ondes et de réseaux, souvent pour se dédouaner de ce que […]

via Très bel article qui s’adresse aux « gens de gauche » mais qui peut s’appliquer aux « gens de droite ». — INSURRECTION PACIFIQUE

Pourquoi de + en + de banques allemandes ponctionnent les dépôts de leurs clients.

C’est pour quand en France?

Nous vous livrons cette info publiée par un site spécialisé.

Une photo de Berlin

Compte bancaire : les taux négatifs de plus en plus fréquents en Allemagne

Un nombre croissant de banques allemandes ponctionnent les dépôts de leurs clients, répercutant la politique monétaire jugée pénalisante de la Banque centrale européenne (BCE), indique lundi un quotidien allemand qui se base sur une étude.

Plus d’une centaine de banques et caisses d’épargne allemandes ont déclaré avoir répercuté les taux d’intérêt négatifs de la BCE sur les comptes à vue détenus par une partie de leurs clients, parmi 160 réponses obtenues lors d’une enquête réalisée par le comparateur en ligne Biallo pour le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Les entreprises et les clients fortunés pénalisés

Dès 2016, une petite banque coopérative bavaroise, la Raiffeisen Gmund, avait annoncé l’instauration de taux d’intérêt négatifs sur les dépôts de ses plus riches clients privés, faisant tomber un tabou dans le paysage bancaire allemand.

Cette pratique a fait depuis des émules : la quasi-totalité des établissement sondés par Biallo appliquent ce type de pénalité à leur clientèle d’entreprises et une trentaine d’instituts l’étendent à leurs clients privés fortunés, dont les dépôts atteignent au moins 100.000 euros. Dans deux tiers des cas, le taux appliqué représente -0,40%, soit le même que celui frappant actuellement les encaisses excédentaires des banques déposées au guichet de la BCE.

Plusieurs banques ont également annoncé qu’elles introduiraient des taux d’intérêt négatifs si la Banque centrale baissait encore son taux de dépôt, passé sous 0% depuis mars 2016. Or, face à une conjoncture assombrie et des niveaux encore insuffisants d’inflation, la BCE a signalé jeudi dernier qu’elle envisageait d’abaisser son taux sur les dépôts.

Frais bancaires en hausse

Une telle action devrait inciter les banques à davantage réorienter leurs liquidités dans l’économie, sous forme de prêts aux ménages et aux entreprises. Des observateurs s’attendent désormais à ce que la BCE abaisse son taux de 20 points de base pour le porter à -0,60% d’ici la fin de l’année.

D’ores et déjà, un cinquième des institutions de l’échantillon ont affirmé avoir relevé leurs frais bancaires – frais de tenue de compte et facturation de différents services – au cours du premier semestre de 2019, ajoute la Süddeutsche Zeitung.

Source

 

Bacchanule : 90% de réussite au bac, 60% d’illettrisme : comment mettre fin à l’un des plus gros mensonges français ? — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie — INSURRECTION PACIFIQUE

« Plus personne ne le conteste en dehors du petit cercle des militants de la désinstruction qui se sont toujours servis de l’école pour faire de la politique, et dont le cas est sans remède : le taux de réussite au baccalauréat est si élevé qu’il ne signifie plus rien, les autorités elles-mêmes n’osant plus […]

via Bacchanule : 90% de réussite au bac, 60% d’illettrisme : comment mettre fin à l’un des plus gros mensonges français ? — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie — INSURRECTION PACIFIQUE

Il témoigne :