FNACAB

Accueil » 2020 » novembre

Archives Mensuelles: novembre 2020

Editorial pour le flash info de septembre-novembre-décembre.

Le système bancaire non seulement dispose d’une puissance financière que vous n’imaginez pas mais il a de surcroît une protection étatique malgré que certains hommes politiques fassent des promesses électorales qu’ils ne tiennent jamais comme l’auteur de « mon ennemi, c’est la finance ». Et pour preuve il nomme ministre de l’économie en France au mois d’août 2014 un ancien banquier.

Le système bancaire bénéficie aussi d’une protection judiciaire tant il est vrai que les juges, même ceux qui ne seraient pas favorables, doivent appliquer des lois votées par les politiques lesquelles sont majoritairement favorables au système bancaire. Il est vrai aussi que les juges de haut niveau interprètent de surcroît dans un sens favorable à la finance les différentes lois existantes..Face à cela, nous avons voulu donner la possibilité à nos concitoyens de se regrouper pour faire pression sur les politiques et sur le système bancaire lui même pour obtenir d’une part une évolution de la pratique et du comportement de la part du système qui ne peut avoir tout le monde contre lui et, d’autre part, une évolution législative équilibrée comme cela était le cas avec la législation antérieure aux années 80.

Pour atteindre ce but nous devons opposer la force du nombre à la puissance de la finance. Rien ne se fait tout seul.

En adhérant, en soutenant, en participant par tous moyens à ce combat, vous participez à la création d’une force qui protégera vos intérêts car en ce domaine seul le combat collectif est efficace. C’est pourquoi notre devise est :

– un pour tous, tous pour un.

Frais bancaires: une amélioration à compter du 1/11/20…mais…

 Frais bancaires: une amélioration à compter du 1/11/20…mais pas pour tout le monde. Seulement pour les clients en difficulté, ils sont légion. Reste à savoir comment la loi va être appliquée. On est habitué au nom respect des lois. Les autres clients ont à craindre le pire. Il est à craindre que les banques surfacturent ceux qui ne sont ni riches, ni en difficultés pour rattraper le manque à gagner. Mais voyez vous, cette réglementation prouve une chose: quand des citoyens se battent, ils peuvent faire changer le cour de l’histoire. Cette modification est une victoire de ceux qui se mobilisent chaque jour pour se défendre et vous défendre. Quand rejoindrez vous la mobilisation? Les avancées seraient plus rapides…Ne le croyez vous pas?

C’est ce dimanche 1er novembre qu’entre en vigueur le nouveau seuil de fragilité financière. Il doit permettre aux clients en difficulté financière de bénéficier automatiquement d’un plafonnement à 25 euros par mois de leurs frais d’incident.

25 euros par mois et 300 euros par an : depuis fin 2019, ce sont les montants maximums que peut vous facturer votre banque au titre des incidents de paiement : commissions d’intervention liées à un dépassement de découvert autorisé, frais de rejets de prélèvements ou de chèque, envoi de courriers, etc (1). Une condition toutefois pour bénéficier de ces plafonds : que vous soyez identifié par votre banque comme un client en situation de fragilité financière. Problème : jusqu’ici, les critères utilisés pour cela étaient différents selon les enseignes. En clair, à difficultés égales, vous pouviez être considéré comme financièrement fragile dans une banque et pas dans une autre.

Dès dimanche, cela devrait moins souvent le cas. Entre en effet en vigueur un décret qui apporte un peu d’ordre. Première règle : un client qui accumulera cinq irrégularités ou incidents au cours d’un même mois sera automatiquement considéré comme fragile financièrement pour 3 mois au moins. Jusqu’ici, ce seuil était laissé à l’appréciation des banques. Deuxième règle : un client dont le dossier de surendettement est en cours de traitement sera éligible instantanément. Auparavant, il fallait que le dossier ait été déclaré recevable.

Les banques, toutefois, vont garder une marge de manœuvre. Elles pourront continuer à fixer un seuil de revenus ou de flux créditeurs sur le compte au-dessus duquel vous ne pourrez être éligible au plafonnement. Des seuils qui existent déjà, et qui étaient compris en juillet dernier entre 1 000 et 1 900 euros selon les enseignes.

À consulter : quelles sont les banques les moins chères ?

(1) Pour la liste complète, lire : les offres bancaires pour les clients fragiles

Article publié par Money vox