FNACAB

Accueil » C’EST GRATUIT

C’EST GRATUIT

 Recevoir nos publications par mail: c’est gratuit. Il suffit de s’inscrire sur le site en page d’accueil en bas à gauche ou de renvoyer le formulaire au bas de cette page

Inscrire vos amis pour qu’ils reçoivent nos infos: c’est gratuit.

C’est gratuit pour ceux qui veulent rejoindre l’association pour créer une force puissante ou devenir bénévole actif. Ils ont accès gratuitement au service information juridique et au service assistance où que vous vous trouviez en France. Nous développons un service d’assistance et d’information à distance accessible où que vous vous trouviez en France.

Pour ceux qui ont un problème à régler, voir l’onglet adhésion. Ce n’est pas gratuit en raison des frais techniques.

 Vous voulez que çà change? alors bougez ou ne vous plaignez plus….et acceptez de voir vos comptes pillés, vos économies fondre et bientôt vos dépôts amputés.

affiche unissons

C’EST GRATUIT:  Nous aidez financièrement c’est possible sans sortir les sous de votre poche. Exemple: Thomas a versé 350€ à l’association alors qu’il est simple salarié avec un salaire très moyen et sans être adhérent. Voici l’action qu’il a menée ci dessous relatée dans notre flash-info n°31 de mars 2014 page 3.

Cliquez sur le lien : flash info n° 31 de MARS 2014

D’autres initiatives vous seront relatées prochainement.

C’est gratuit :Retournez le formulaire pour recevoir toutes nos informations au fur et à mesure de leur parution.

 


19 commentaires

  1. Laadam dit :

    Bonjour jle le suis fait avoir par ma banque caisse d’erargne 5 assurance que j’ai pas demandé que je doi fair

    J'aime

  2. torres dit :

    Bsr
    suite à une escroquerie à la Nigeriane, ma banque ma envoyer une mise en demeure j’ai contacter mon conseiller
    mais à ce jour je n’ai pas de réponse de sa part . Ils ont bloquer mon compte , bloquer mon salaire de juillet , pris des frais très nombreux et très fort
    mis dans une situation très grave tel que retard de loyer , prelevements rejetter , lettres +frais ,etc etc etc . Ma santé c’est assez affaiblie mais je dois garder la forme pour garder mon job . En plus , pour en finir avec cette ……dette je dois rembourser 2500e que mon conjoint peut m’avancer
    mais ne peut faire un remboursement qu’en 3 fois . Pensez vous pouvoir me conseiller avant que ma situation ne soit plus grave .
    Si cette banque ne veut pas m’arranger je vais changer de banque , compte nickel qu’en pensez vous ??? . Merci de vos conseils .

    J'aime

  3. cavalier philippe dit :

    Bonjour, je suis dirigeant d’une petite entreprise en Isère, ayant dû grosses difficultés financières dues à la crise, ma banque je ponctionne de sommes qui sont juste une faillite pour moi, au lieu de m’aider il me plombe, je n’en peux plus, que dois-je faire, AIDEZ-moi avant que je finisse SDF
    Merci Philippe

    J'aime

  4. Lemarquis dit :

    Bonjour, voici un « long » résumé de mon énorme souci avec la caisse d’épargne. Dites moi si vous avez la possibilité de faire quelque chose pour savoir si je cotise. Merci d’avance pour le temps que vous prendrez à lire mon dossier:
    Thomas Lemarquis
    15 rue Carnot
    77000 Melun

    N° reclamation:17515-2015-11-053500

    Service relations clientèle
    26/28 rue Neuve Tolbiac
    CS91344
    75633 Paris Cedex 13

    Madame, Monsieur,

    Etant client professionnel (boulanger-pâtissier) depuis novembre 2007, je n’ai jamais rencontré de souci avec ma banque (caisse d’épargne 9 rue du Miroir 77000 Melun) et au contraire de réels conseils pour m’aider efficacement lorsque j’avais besoin grâce à M. Dos Reis et M. Jaumouille ancien collaborateurs de la caisse d’epargne Melun miroir à Melun (77).

    Comme précisé juste avant, je suis gérant de boulangerie et de ce fait je dépose à la banque, 1 à 2 fois par jour des espèces comptées et placées dans un sac à billet numéroté. Ce dépôt s’effectue à un guichet automatique à l’aide ma carte bleue professionnelle. Je renseigne le n° de sac à billet, j’indique le montant en espèces que je dépose, un clapet s’ouvre, je glisse ce sac, le clapet se referme et j’obtiens un ticket de preuve de dépôt.
    Et c’est à ce sujet que je rencontre d’énormes soucis:

    Le jeudi 29/10, j’ai été contacté par ma nouvelle conseillère professionnelle: Mme Morel pour que l’on puisse se voir rapidement. Un rendez-vous a été donc été convenu le vendredi 30/10 à 9h30 sans m’expliquer les raisons de ce dernier.

    En arrivant, Mme Morel m’informe que de nombreux dépôts d’éspèces effectués à la borne automatique posent problème. Pas tous ,mais une quantité importante de sacs à billets sont retrouvés apparemment vides (une photo d’un sac à vide a été prise) et que le montant serait équivalent à 11000€.

    Ce souci durait depuis plus d’un an et donc la caisse d’épargne envisagerait le prélèvement sur mon compte de ces 11000€!!.(correspondant à des sacs à billets déposés entre janvier 2014 et fin octobre de la même année)

    Déstabilisé dans un premier temps, je demande le détail précis de ces fameux sacs à billets vides. Mme Morel n’a pas un listing précis et m’indique que le dernier remontrait au 13/10/2015 correspondant à 3 dépôts d’espèces. Je lui répond que c’est impossible car de mon côté j’ai garde les feuillets correspondant au double présent sur les sacs à billets (l’endroit ou l’on indique le nombre de 50€, 20€ 10€..puis le total) et que je ne dépose jamais un sac ou rien n’est inscrit dessus. Egalement je lui précise qu’il y à une caméra près du guichet automatique et qu’il serait utile de visualiser les enregistrements pour contrôler qu’il y à bien de l’espèces dans mon sac à billets.

    Et là j’obtiens comme réponse: « les caméras ne servent pas à cela, uniquement pour les braquages. »  » De plus vous êtes les seuls clients professionnels avec lesquels nous avons le souci » « Est-ce que vos employés effectuent des dépôts? »

    Ma réponse à la dernière question est bien entendu « NON » et à ce moment je me rend compte que je n’aurai pas d’aide, car apparemment le problème est de mon côté et qu’il n’est même pas envisagé qu’il pourrait y avoir un dysfonctionnement du côté de la banque.

    Mme Morel me précise qu’ils vont me donner la liste des sacs qui posent problème et c’est tout.(Ce que j’ai obtenu depuis.)

    Je lui demande comment est-ce possible de pouvoir me prélever 11000€ et qui prend la décision? et là j’obtiens comme réponse « un service »!!!
    En plus de m’annoncer cela au bout d’1 an, je n’obtiens aucun soutien et c’est à moi de prouver mon innocence. Hormis les doubles des sacs à billets je ne peux avancer d’autres preuves.

    J’ai donc moi même pris l’initiative de prendre rendez-vous avec le directeur d’agence M. Gesse pour rapidement trouver une solution et là on me répond qu’il n’est pas disponible avant le 7/11!. Je ne peux pas laisser le problème en suspens et on arrive à obtenir un rendez-vous avec le directeur régional le 14/11.

    Etant commerçant boulanger, nous effectuons 90h/semaine et nous n’avons que très peu de temps pour nous. Alors le fait de nous laisser nous débrouiller seul me révolte.
    Malgré mes différents e-mail, courriers, appels que je fais, personne ne prend la peine de me rappeler car je ne veux pas attendre le 14/11 pour avoir plus d’explications.

    J’ai seulement obtenu des réponses du type « on s’occupe ou on transfère votre dossier »
    Le samedi 14/11, à 12h55, je reçois un appel de Mme Morel me précisant que le rendez-vous était reporté suite aux attentas de la veille à Paris.
    Le 15/11, en consultant mes comptes j’ai la très mauvaise surprise de découvrir un « regul dépôt espèces » correspondant à l’intégralité d’un sac à billet que j’ai déposé le 04/11.

    Or, de mon côté j’ai bien le double de mon sac à billet n°6326965 ainsi que le ticket de preuve de dépôt,
    Je suis scandalisé que l’on puisse me prélever des sommes sans m’en informer et surtout Mme Morel m’avait dit qu’il n’y aurait aucun débit sur mon compte !
    De plus, personne ne prend vraiment le dossier en main.
    J’envoi de nouveaux e-mail et enfin Mme Morel m’appelle le mardi 17/11 en début de matinée pour me demander d’être présente à 10h45
    à la banque et sa responsable sera là.
    Je lui ai répondu d’accord mais que je n’avais que très peu de temps et que je voulais surtout parler des 690€ qui ont été débités à tort sur mon compte.Je re précise que nous sommes très pressés car nous n’avions bien entendu pas pu nous organiser dans notre travail pour nous permettre une abscence. Nous arrivons donc à la banque à 10h45 et on nous reçoit à 11h (sans aucune excuse pour le retard dans un 1er temps!)

    En arrivant, je leur montre mon ticket de preuve de dépôt ainsi que le double du sac à billet n°6326965 pour leur expliquer que j’ai bien déposer les 690€ et que je comprenais pas comment la banque pouvait me prélever.
    Et là, on me répond que je n’ai pas déposé 690€ mais à la place un sac à billets vide! Et en plus ils ont une photocopie du sac à billets vide.
    En regardant la photocopie du sac à billets vide je me rend compte que ce n’est pas le même sac, qu’il s’agit du n°xxxx31!!
    Et là on m’accuse ouvertement d’avoir déclarer au guichet automatique le n°6326965, d’avoir déposé le n°xxxx31 et d’avoir gardé pour moi les 690€ avec le sac à billets n°6326965. Stupéfaite je repond que je n’ai peut être jamais eu en ma possession ce fameux sac n°xxxx31 .Et là on me répond que si car à l’accueil on donne des series complètes! Je me révolte en disant que c’est faux: parfois on nous en donne que quelque uns et parfois une quantité importante, que rien n’est noté que la banque ne sait pas qui a prit quel sac à billet
    (J’ai tenté de récuperer cette fameuse photocopie du sac n°xxx31 (vers 15h15 ce 17/11) du sac à billets mais Mme Morel n’était plus là et j’ai tenté de la joindre sans résultat.Message laissé sur répondeur mais depuis aucune réponse)
    En tentant de chercher une solution pour m’innocenter, la responsable me répond que de toute façon ils ont vu de leur côté et que c’est forcement moi qui ment!
    Je ne comprend pas pourquoi sur mon compte apparait un regul depot espèces sur un sac à billet n°6326965 alors que la banque n’a en possession que le n°xxxx31.
    Ensuite, si ce problème avait été traité dès le début (c’est à dire janvier 2015), je n’aurai pas tous ces soucis aujourd’hui. Ils ont attendu 10 mois pour me convoquer et me dire que les 11000e vont être débités! La seule preuve qui peut m’aider est la caméra de surveillance et personne ne veut la visualiser!!!
    Aujourd’hui, on m’annonce que les 11000€ vont être prelevés (et on m’a dit : « vous ne croyez quand même pas que l’on allait vous en faire cadeau!!!), AUCUN conseiller ne prend la peine de venir me voir ou de m’aider. La caisse d’épargne va complètement me déstabiliser financièrement.Enfin lorsque j’annonce que je souhaite changer de banque, on me répond « c’est logique on ne va pas continuer à travailler ensemble!! »

    J’envoi donc régulièrement des e-mail à tous les contacts possibles dont Mme Morel et là elle me répond d’arrêter de lui envoyer des e-mail c’est le médiateur qui s’occupe du dossier. Et de là je reçois un courrier du 19/11/2015 de la part du médiateur (ref M-3763) me précisant qu’il ne peut pas donner suite à mon dossier car je dois avoir fait une formulation écrite à l’agence puis au service clients ce que je fais sans arrêt!

    Depuis ce jour, je continue d’envoyer des courriers, des e-mails aux différents interlocuteurs de la caisse d’épargne, du médiateur de cette même banque et je trouve porte close à chaque fois.
    Le samedi 21/10 au matin, en consultant mes comptes (ce que je fais plusieurs fois par jour tellement je suis inquièt), je découvre qu’ils ont prélevé cette somme. Je n’ai reçu aucun courrier, aucune preuve justificative que c’était de ma faute, rien. J’ai tenté d’appeler Mme Morel qui est en congés, j’ai donc essayé de joindre le directeur pour avoir ces pièces justificatives prouvant mon erreur, pas de nouvelle. Nous nous sommes déplacés à la banque et personne n’était disponible pour me rencontrer et personne ne me revient vers moi.

    Le mercredi 25/11/15 j’ai donc déposé plainte et l’enquête poursuit son cours.

    Quelques jours après, je reçois un courrier du service relation client (26/28 rue Neuve Tolibiac) signé de Mme Laurence Delaporte m’indiquant que le médiateur m’adressera un courrier pour m’informer de sa décision. Aujourd’hui, le 6/1/2016 je n’ai toujours aucune réponse et je me retrouve en difficulté financière avec un découvert et bien entendu des intérêts débiteurs astronomiques qui sont régulièrement prélevés sur mon compte!

    Vers la mi décembre, enfin Mme Morel me dépose une vulgaire photocopie male faite de ce fameux sac à billet dont le n°6011831 ne correspond pas à ce que moi j’ai déposé. Je lui ai demandé ou étaient les autres et là elle me répond qu’elle ne sait pas que peut être mon avocat les aura!!!!
    Mais je suis scandalisée: depuis le 20/11 ou la caisse dépargne a prélevé, je n’ai reçu AUCUNE preuve permettant de dire que nous avons déposé des sacs vides! La banque n‘a même pas la trace de ceux que j’ai déposé!

    Le 6/1, j’ai donc envoyé un nouvel e-mail à tous les interlocuteurs de la caisse d’épargne:
    e-mail envoyé à 17h27

    Bonjour,
    Je reviens vers vous car je suis TOUJOURS en attente des documents qui vous ont permit de prélever mon compte d’une grande partie des sacs à billets.
    Mme Morel est venue à la boulangerie me déposer 1 seule photocopie que l’on ne voit pas bien d’un sac à billets (dont le n° ne correspond pas) et je suis toujours en attente des autres.
    Depuis le mois de novembre ou vous avez prélevé je n’ai toujours reçu aucun justificatif hormis un simple tableau excel indiquant les sacs à billets posant problème et les heures de dépôt mais pas ces fameuses photocopies de ces sacs à billets.
    Concernant ce document excel qui présente juste une liste qui SELON VOUS étaient vides, il est précisé que j’ai fais un dépôt à 00h32 alors que cela n’est JAMAIS arrivé! nous déposions nos espèces durant la journée ou au plus tard vers 20h mais JAMAIS minuit!!!!

    De plus, le samedi 31/12 j’ai déposé 6 chèques me permettant de ne pas dépasser mon découvert autorisé. Sur ces 6 chèques il n’y en à qu’un seul qui a été crédité: celui de 550.27€ remise de chèque n°9688737 et les autres non.
    Le mardi, je me suis déplacé et on m’a dit que cela allait être fait. Et vous vous êtes permis de prélever 129.71€ + 175.22€ d’intérêts débiteurs!!! Quand j’ai appelé la banque le mardi 5/1 après midi on m’a dit que c’était normal que les chèques n’avaient pas été encaissés car vous aviez eu un problème de scanner!!!!!! Et alors pourquoi avoir prélevé des intérêts astronomiques alors que c’est encore de votre faute!!!
    J’ai envoyé un e-mail à Mme Morel et je suis toujours en attente d’une réponse.

    Donc je vous rappelle qu’avec mon avocat maitre Charreton nous continuons de nous battre, mon dépôt de plainte suit son cours, je suis en train d’informer les commerçants de Melun (Presse/Tabac le Carnot, le pri-meur Miroir des Halles, le restaurant le Grapillon…) pour leur parler de votre comportement .
    De plus, je prend rendez-vous demain avec le journal « La République » pour parler de ce problème et vous assurer une bonne publicité et vous attirer la méfiance des commerçants.

    Malgré mes e-mail et mes courriers personne ne me répond. Ni les responsables d’agence, ni le service client ni le médiateur. Je vais donc passer « à la vitesse supérieure »…

    Dans l’attente rapide d’une réaction,

    Sans nouvelle de votre part, le lundi 11/01/2016 j’ai de nouveau envoyé un courrier au service clients + 1 courrier postal au directeur d’agence de Melun Miroir M. Gesse et je n’ai toujours pas de nouvelles.
    Suites à vos prélèvements, mon compte est a découvert, je dois payer des agios et j’ai reçu un courrier m’indiquant que mon autorisation de découvert se terminait le 23/01.

    Aujourd’hui, le mercredi 20/01, nous n’avons toujours rien. J’ai tenté de rappelé le service clients au 0969362738, j’ai encore laissé un message et personne ne me rappelle.J’ai également envoyé un e-mail dans le rubrique « contact » de la caisse d’épargne. Nous sommes furieux et scandalisés que depuis fin octobre personne ne suit ce dossier.

    Le 20/01 à 17h je reçois un e-mail de Mme Driffaud :
    De: « DRIFFAUD Aurelie [CEIDF] »
    À: « boulangerie lemarquis »
    Envoyé: Mercredi 20 Janvier 2016 17:02:43
    Objet: votre mail du 20/01

    Bonsoir Madame,

    Je reviens vers vous concernant le mail que vous avez adressé ce jour à Madame Morel, Messieurs Boulinguez, Gesse, Jaumouille et Dos-Reis concernant votre réclamation citée en objet 17515-2015-11-053500.

    Je vous reprécise les points suivants :
    – Madame Morel ainsi que l’agence assurent les opérations de gestion courante de vos comptes et vous répond sur les opérations de gestion courante.
    – Le dossier cité en référence étant désormais entre les mains de nos avocats respectifs, tout échange doit passer par eux.
    Vous souhaitant bonne réception.

    Bien à vous

    Aurélie DRIFFAUD
    Responsable Régional Professionnels et Associations 77
    06.26.05.36.59
    Fax : 01 64 09 66 45
    aurelie.driffaud@ceidf.caisse-epargne.fr

    Puis rien d’autre. Le service client ne me rappelle pas. J’ai de nouveau laissé un message le 23/01 en précisant que je voulais etre rappelé. Puis j’ai de nouveau envoyé un message à l’ensemble des contacts de la caisse d’épargne :
    Samedi 23 Janvier 2016 12:36:50
    Objet: Re: votre mail du 20/01

    Madame Driffaud,
    Bonjour,

    En premier: quelle façon hautaine de répondre à un client!

    Ensuite, je vous reprécise plusieurs points:
    – Mme Morel n’assure aucune gestion de mon compte et ne répond pas à mes questions (elle s’était engagée à effectuer un geste commercial sur le prelevement qui avait été fait sur la gestion de mon compte. Lorsque je lui ai demandé les tarifs pour obtenir une copie de mes contrats, elle m’avait indiquée 18€ par dossier. Sachant que j’en ai eu 2 le coût total aurait donc dû être de 36€ et non 64!..je suis toujours en attente d’une réponse…)
    – M. Gesse, en sa qualité de directeur aurait dû, au minimum se déplacer pour nous dire qu’il ne laisserait pas ce dossier de côté.
    -Depuis fin octobre, je reclame la photocopie de l’ensemble des sacs à billets qui selon vous, sont vides. A ce jour je n’ai jamais rien reçu.
    – Je suis la cliente vous êtes la banque. je n’ai pas tous les droits certes mais à un minimum de respect et de considération. Je ne dois pas être mise de « côté »!

    Quelle facilité d’accuser des personnes que l’on ne connait pas sans leur fournir la moindre réelle explication , de déstabiliser financièrement une entreprise en prélevant des sommes au hasard puis de re donner le dossier à un avocat pour ne plus assumer le dossier!

    Sachez que votre e-mail a aggravé une nouvelle fois ma position sur ce dossier et que bien entendu je n’arreterai pas mes courriers et mes e-mail contrairement à vos souhaits.
    Vous en souhaitant également bonne reception
    Johanna Lemarquis

    Cordialement
    Thomas et Johanna Lemarquis
    15 rue Carnot 77000 Melun.
    0951032123
    0651196829
    0676276429
    0164193385

    J'aime

  5. langlois dit :

    bonjour suite à une mensualité impayé de mon prêt bancaire la banque CIC du Maine et Loire me pose d’énormes problèmes : on a contacte aussitôt la banque qui nous a proposer une saisie de nos prestations familiales afin de régler l’impayé nous avons accepter, au bout de 2 mois ils ont lancé une procédure de saisie immobilière et ils se sont désister le jour de la vente aux enchères; on a fait une conciliation au bout de 3 mois ils ont relancer une procédure de saisie et la encore ils se sont désistés le jour de la vente, on leur a proposer une conciliation de 800 euros par mois ils l’ont refusé
    Par la suite on a fait un dossier de surendettement, ils ont contesté 2 fois la recevabilité , ils ont ensuite refusé le premier plan de surendettement.
    le deuxième plan ils l’ont accepter car il était en leur faveur, mais comme j’ai perdu mon emploi suite au décès de mon employeur g du contester la décision du juge donc actuellement on est en procédure d’appel qui aura lieu le 23 mai 2016.
    Comme cette mésaventure dure depuis 6 ans on a de fortes chances de bénéficié d’un effacement des dettes, ce qui fait peur au CIC car ils ont entamé une procédure de saisie sur salaire et également une procédure de saisie sur compte donc actuellement je suis obliger de laisser moins de 534 euros sur mon compte pour au cas si l’huissier va a ma banque actuelle (qui n’est plus le CIC bien sur) ne puisse rien saisir comme argent.
    j’en ai ras le bol depuis 2009 je vis un enfer a cause d’une mensualité de 665 euros et à cause d’une banque qui a décidé de tout faire pour nous faire craquer.

    J'aime

  6. caroline dit :

    bonjour
    suite a découvert la banque n’a voulu me que je retire sur mon livret a est normal

    J'aime

  7. elie dit :

    bonjour
    nous sommes propriétaires de 2 maisons, l’une était en location mais nous avons eu un souci de loyer impayé pendant 1 an… et à ce jour la personne n’étant pas solvable nous pouvons nous assoir là dessus mais avons enfin réussi à l’expulser…. de ce fait nous avons mis notre maison en vente car il faut rajouter une séparation, et des soucis de santé nous ayant conduit à ne plus pouvoir rembourser en totalité nos 2 crédits immobiliers.
    les 2 maisons ont été mises en vente, notre banque n’a jamais accepté pour nous permettre de redresser la pente lors du début des ennuis (loyers impayés et arrêt de travail..) de suspendre des échéances de crédit.
    Ce jour les 2 maisons sont en attente de signature définitive chez le notaire mais vendues au rabais dans l’urgence et donc il nous reste 1 reliquat de crédit sur chacune.
    Pour l’une d’elle notre banque hésite à lever la garantie et à accepter la vente… et si le fait ce sera sous conditions un peu abusives je trouve…. bien entendu apport de notre poche de 10000 euros/ frais conséquents/ caution familiale/ obligation d’ouverture de comptes épargnes pour chacun avec obligation de verser 50 à 100 euros par mois.
    il est à noter que pour l(autre crédit, la relève a été faite par crédit logement, qui en attendant nous a fiché.
    A côté de cela, j’ai mon compte professionnel aussi dans cette même première banque qui ces 2 derniers mois malgré mon découvert autorisé m’a mis des frais aberrants…600 euros … et comme raison la situation personnelle pas optimale donc forçage des opérations comprises dans le découvert autorisé et donc ceci a engendré ces frais…
    ai je possibilité de réagir contre cela, ai je d’autres solutions que passer par eux et prolonger mon crédit immobilier chez eux? A priori , ils refuseraient que par la suite je rachète ce crédit pour m’en défaire et pas continuer de régler pendant 15 ans…
    merci pour vos conseils

    J'aime

  8. dubois dit :

    bonjour je voudrais savoir comment fait ont pour denoncer une banque qui prend plus de 500euros de frais à un jeune de 22ans qui n’alimente plus son compte et ne depense plus non plus avec son compte car nous lui avons retire tous moyens de paiement. Bien sur quil doit certains frais mais 65 euros de frais de commission interventions tous les 5 jours??? je suis ca soeur et je me pause beaucoups de question. Nous avons rendez vous samedi en attendant j’ai demandé à cette banque de bloquer se compte qui na plus de transaction à part pendant 1 mois la banque qui se sert tous les jours.
    Je ne sais pas avec quel arguments je peux leur prouver qu’ils abusent certainement? merci.

    J'aime

  9. LOUIS François dit :

    Lettre ouverte à mon très très cher banquier

    Mon banquier a bien changé. Onze années de bonnes relations se voient aujourd’hui balayées d’un revers de manche suite à la mise en place d’une mesure répondant plus ouvertement à l’appellation de rançonnage qu’à celle, ô combien fallacieuse, de « frais de tenue de compte ».

    Comment celui qui fut l’accompagnateur de mes projets immobiliers se permet-il aujourd’hui de prendre en otage sa plus fidèle clientèle ? C’est scandaleux ! Quel mépris !

    Puissent ces quelques lignes apporter un éclairage sur l’état de mes sentiments sans, pour autant et par respect envers ses employés, constituer une entrave à la bonne marche d’une grande entreprise chargée, entre autres missions délicates, de :

    – veiller sur le flux (et le reflux, oserait-on dire eu égard aux taux des découverts pratiqués) des monnaies fiduciaire et scripturale sous tous leurs traitements ainsi que sur la bonne garde de valeurs mobilières peu encombrantes,

    – vendre du crédit, des devises, services et autres produits d’excellence,

    – spéculer tout à fait légalement sur les marchés financiers,

    – concocter de magnifiques contrats d’assurance sur mesure,

    – agir sur un bon nombre de leviers économiques dont l’action échappe à mes piètres connaissances en matière de marketing, publicité et sponsoring, etc … ,

    – … (chut !!, évitons les sujets qui fâchent !).

    Je comprends parfaitement que mon banquier puisse être préoccupé. A peine relevé d’une douloureuse intoxication après l’ingestion d’actifs douteux cuisinés à la grecque, le voici à présent, le front perlant de sueur, face à une BCE jouant depuis peu avec le feu à propos de taux négatifs. Même en veillant particulièrement à s’abstenir de toute remarque sur les petits mondes « offshore » ainsi que sur le bon fonctionnement du prochain et très populaire tournoi Euro 2016, il y aurait trop, beaucoup trop d’observations tout aussi fumantes à formuler.

    Trêve de laïus ; je n’ai vraiment que faire de tout ce fatras d’aléas.

    Avant d’entrer pleinement dans le vif du sujet je n’hésite pas à écrire que mon malheureux banquier aurait sans doute été mieux inspiré de confesser son angoisse à peu près en ces termes : « par ces temps difficiles je suis bien confus d’avoir à faire appel à votre bon cœur afin de ne pas sombrer dans l’indigence ».

    Que nenni ! Pas question de faire la manche ni de sortir du très fermé cercle des dominants pour se voir chuter au beau milieu d’une harde de dominés, lesquels seraient réduits au point de ne pouvoir quérir leur bonheur ailleurs que dans un pré surencombré.
    Comment ne pas qualifier d’agressifs les agissements d’un banquier sans vergogne envers celles ou ceux qui, aussi modestes qu’aient pu être leurs apports, n’en ont pas moins, régulièrement et depuis fort longtemps, contribué à son maintien dans la caste des nababs de la finance ? Pas même la gratitude du ventre !

    Arguant du fait que tous les établissements bancaires pratiquent la tarification des tenues de compte(s), mon banquier n’a fait que m’ouvrir grande la porte menant au plus absurde des raisonnements : quelle pourrait bien être sa réaction si un, puis deux, puis … de ses homologues, poussés par la famine, décidaient subitement d’abréger leur existence ?

    A quelle époque vivons-nous ? Sommes-nous encore au temps des actions manuelles requérant force personnels et machines comptables à cartes perforées pour ne pas dire à celui des écritures à la plume d’oie ? Ne serais-je donc pas le seul et unique décideur quant à la tenue de mes propres comptes bancaires, agissant pourtant, autant de fait que de droit, sous couvert d’un code personnel d’accès depuis mon domicile et au moyen de mon outil informatique ?

    Jusqu’à preuve du contraire les termes « tenue » et « hébergement » ne sont absolument pas des synonymes. Les soldes créditeurs n’existant que sous l’aspect purement virtuel de créances garanties « en principe », nous assure-t-on, à hauteur de 100 000 euros, il serait grand temps de soulever la roche pour libérer l’anguille.

    Toutes les opérations scripturales d’un livre comptable à un autre (saisies, ordres d’exécution et requêtes automatiques de contrôle) commandées en un lieu quelconque du territoire et confiées à la télématique, sont, dès leur arrivée sur le concentrateur d’un site dédié, réalisées électroniquement de manière quasi instantanée (de l’ordre de quelques nanosecondes) en obéissant tout simplement aux lois de la physique et non à celles relevant de l’imagination fertile d’un individu pour qui la notion de temps ne s’appliquerait qu’à des dates de valeur.

    Mon banquier ressemblerait à une banque en ligne, se comporterait comme une banque en ligne mais, à l’évidence, ne serait pas une banque en ligne. Ses agissements n’auraient donc rien à voir avec ceux de ces acteurs à l’identité masquée des places financières, qui, à longueur de journée, nous martèlent les tympans par le biais des médias dans le seul but de nous persuader de bien vouloir répéter : « mon banquier, c’est moi ! » à qui voudrait l’entendre dire !

    Ignorer qui se trouve être le premier bénéficiaire des opérations effectuées au moyen des nouvelles technologies relèverait plus d’une réelle incapacité cérébrale dont la décence interdit toute prononciation que d’une certaine forme de cécité, la suppression d’emplois, d’agences ou guichets automatiques de proximité estimés être non rentables permettant à elle seule d’éluder la question.

    Mon banquier exerce une activité commerciale et, malgré tous les profits de son dur labeur, se plaint de ce qu’un compte bancaire lui coûte de l’argent. Comme c’est pathétique ! On sera forcément prié de le croire sur parole et surtout de ne pas sourire en l’invitant à se rendre au « forum des métiers » le plus proche de ses modestes résidences tout en lui souhaitant une bonne reconversion s’il en est encore temps !

    Que penserait-on d’un médecin se lamentant d’avoir à stocker les données informatiques de ses patients et exigeant soudainement une tarification spécifique pour « frais de tenue de dossier médical » auprès de l’Assurance Maladie (elle-même conservatrice de bases informatisées impressionnantes) ? Suffit-il d’une simple boule de neige pour provoquer une avalanche ? Apparemment non car il n’existe pas encore de cabinets médicaux en ligne et tout le monde n’est pas banquier !

    « Les conditions générales de vente évoluent … » : n’est-elle pas magnifique cette formule magique barrant la route à tout commentaire en matière de clauses abusives ? Je ne saurais, malheureusement, la transposer et l’adapter à l’état d’un cerveau vieillissant ainsi qu’au montant des retraites, actuellement en pleine phase de régression.

    De qui se moque-t-on ? Nul n’ignore que « l’argent va à l’argent », ce qui implique de façon quasi cartésienne que, par tous moyens et sans embarras du moindre scrupule, l’argent puisse aller à l’argent.

    Soyons très clairs : ce que l’on nous impose aujourd’hui de manière unilatérale par rapport à une convention établie, n’est autre qu’un vulgaire siphonnage en bande organisée des comptes bancaires au demeurant (quelle aubaine !) obligatoires pour toute domiciliation de revenus. La création d’un compte n’est-elle pas, par essence même, la clef de contact indispensable à la mise en route d’un système ? Qu’adviendrait-il de mon banquier si tous les rustres de mon acabit, eux aussi dans l’incapacité d’évoluer, procédaient tout simplement à la clôture de leur(s) compte(s) ?

    L’esprit inventif ne connaît aucune limite : plus, encore plus, toujours plus. Il sait que la normalité finira par le rejoindre et lui emboîter le pas. L’esprit simple retenu aux confins des apagogies (pardon pour le terme !) positive et négative, n’aura d’autre choix que celui de se comporter en … simple d’esprit.

    Alors :

    – à quand l’application de l’équivalent d’une taxe de séjour journalière (que l’on revêtira d’un nom très savant) pour hébergement de données dans les informations binaires d’un système bancaire ?
    – à quand la mise en place de frais relatifs au déploiement d’énergie lié au très éprouvant métier de banquier ?
    – à quand l’abonnement trimestriel obligatoire au club bancaire des imbéciles avec, en guise de geste commercial, une mirifique remise de 2 % consentie aux plus dignes représentants de l’espèce ?

    On ne réécrira pas le mémorable « discours de la servitude volontaire ». On ne changera pas la face du monde ! On ne peut que changer de banquier et … continuer à donner les choux à garder à la chèvre.
    Autant de propos destinés à rester lettre morte.

    François LOUIS, futur ex-client du Crédit Agricole de Langogne

    J'aime

  10. On nous annonce chaque année une augmentation des frais bancaires alors que selon l’insee l’inflation est nulle. La lecture de cette page est vraiment toujours d’actualité . Non les frais bancaires ne sont pas légitimes et oui ils vont connaître une croissance exponentielle. Lisez bien cette page et ces annexes et vous saurez pourquoi. Quant aux raisons, l’une d’entre elle est l’apathie des clients qui ne savent pas se regrouper autour d’association pour les rendre fortes et compenser le peu de poids qu’est celui d’un individu.

    J'aime

  11. Olivier Bailly dit :

    bonjour

    Une banque (la société générale, quelle surprise!) me facture des frais de tenues de compte et ce malgrés mon opposition a ces frais (stipulé par lettre remise en mains propres tamponnée par la banque avec la date sur le tampons qui montre que j’ai fait la démarche avant le 1er janvier 2016).
    Que dois je faire?

    J'aime

  12. Beyssen Franck dit :

    bonjour a tous!!!
    je decouvre le site.
    question délirante :
    existe t’il une banque qui marche droit et en qui on peut avoir totalement confiance ??
    ps: je suis à la bnp et ça me coute tres tres cher par an

    Aimé par 1 personne

    • Non, c’est pourquoi nous préconisons la création de collectifs de clients autour de notre association pour créer un rapport de force en faveur des usagers des banques; Chaque fois que nous engageons le combat sur cette base, ils reculent..

      J'aime

  13. Rousseau dit :

    Bonjour, j’ai deux problèmes avec ma banque :

    le premier concerne la cloture d’un compte qui me servait pour mon auto-entreprise. Le compte étant débiteur il était bien-sur impossible de le cloturer donc je remets des fonds et le solde devient créditeur de 60 euros. Je me rends compte un mois après que le compte n’est pas cloturé, mon conseiller me dit que c’est normal qu’il n’a pas la main pour le cloturer car j’ai « une mauvaise note » et que seul le siège peut le cloturer. Nous sommes mai 2017 et je reçois un courrier de ma banque m’annonçant que ce même compte est débiteur de nouveau de 127 euros car prélèvement des agios…. je cherche à comprendre et là miracle le siège peut cloturer le compte mais en fait non car il est débiteur!!!!! je ne sais pas quel recours j’ai pour ce compte mais je vous avoue être épuisée….

    Deuxième problème : un chèque se présente sur un autre compte le 2 juin 2017 mon conseiller m’informe par mail qu’il manque 13 euros pour qu’il passe, je cours de suite à la banque remettre 22 euros, je constate que le chèque est passé et débité de mon compte. Le 10 juin donc samedi dernier je reçois un mail de mon conseiller me disant que si je ne remets pas 72 euros sur le compte le même chèque encaissé le 2 juin va être refusé, rebelote je cours à la banque mettre 80 euros… pour moi l’affaire est cl&ssée, je l’informe du dépôt! lundi le chèque est refusé, et ils me prennent 40 euros de frais! que puis-je faire?

    Meric par avance à ceux qui le liront, je ne pesne pas être la seule à vivre ce genre de choses.

    Belle journée à tous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :