FNACAB

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 93 autres abonnés

Stats du Site

  • 145,616 visites

Un don d’1 € ou plus,c’est à votre portée…

 

 … chez nous pas de subvention publique, ni étatique, ni municipale, aucune subvention. Que de vrais bénévoles, pas assez nombreux. Alors si vous partagez nos idées soutenez financièrement à la mesure de vos moyens. Quelques uns, par paypal, alimentent notre cochon d’1€ / mois. Cliquez sur le cochon, sécurité garantie.

Fustiger un système, c’est bien, mais participer d’une manière ou d’une autre, concrètement, c’est indispensable. La France va crever de l’indifférence, des y-a-qu’a-faut-qu’on qui ne font, eux, jamais rien, le cul derrière leur ordinateur à partager des « infos », et encore quand ils le font.

Nous leur disons aux armes citoyens, demain il sera trop tard. Participez physiquement, financièrement et vous verrez rapidement des changements.

Bienvenue sur notre site.

btn_donateCC_LG

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo.

1 80% de ceux qui nous ont fait confiance ont obtenu satisfaction.

15 000 000 d’€ récupérés pour nos adhérents depuis notre création : extourne de frais, dommages intérêts, annulation de dettes.

Depuis 23 ans (1994) nous sommes tous les jours à votre écoute. 2015 est l’année de notre 21 ème anniversaire.

Pour vous aider à résoudre votre problème

Pour constituer un important lobbying

Pour la cellule de prévention

contactez-fnacab

 On vous attend. Ensemble on sera encore plus fort.

Vous nous faites le plaisir de visiter notre site parce que vous cherchez une solution à vos problèmes bancaires. L’association est là pour vous aider mais réfléchissez à la façon dont vous pouvez participer à cette association car la solution définitive aux problèmes des abus bancaires passe par une action collective. Une fois réglé, le même problème ou un autre revient quelques temps après. La machine ne s’arrête jamais. C’est les lois qu’il faut changer. N’oubliez pas de visiter toutes les pages, vous trouverez probablement les réponses que vous cherchez.

Pourquoi avons nous créé la Fédération Nationale des Associations Contre les Abus Bancaires ?

  1. Pour permettre à tous ( association, entreprise, syndicat, club, particulier, profession libérale commerçant) de se retrouver dans une organisation puissante et efficace afin de mettre leurs moyens en commun et créer un lobbying puissant.
  2. Pour aider l’usager de  banque à régler ses problèmes face aux abus du système bancaire. Groupons nos énergies. Ne rester pas seul face à votre banquier.

Les fondateurs de la Fnacab savent que : Tout est possible.Seules sont perdues d’avance les batailles qu’on ne livre pas ! 

Recevez toutes nos informations gratuitement toute l’année en retournant votre adresse mail et abonnez vous au site :

Mail : contact@fnacab.org

Adresse :2203 ch de Saint Claude, Le chorus 06600 Antibes

Permanence Téléphonique : 

04 97 21 94 48

Site: http://www.fnacab.org

Alain et Nadine, clients de la société générale, sont ruinés…

Voilà le triste exemple à ne pas suivre sous peine de se trouver ruiné en quelques mois. Ils ne savaient pas que notre époque est peuplée de requins dangereux. Bien sûr, Monsieur « tout le monde » qui se tient à l’écoute des seuls médias mainstream ne peut qu’être désinformé. Vous savez, c’est ceux qui vous disent qu’il faut être positif, entreprenant, actif, jeune, profiter du crédit facile et pas cher à l’inverse des propos tenus par nos grands-parents qui économisaient pour se payer  leur nécessaire même quand ils auraient pu emprunter.

 

Voici les faits. Jugez par vous-même.

Nadine et Alain ont trois enfants, un toit sur la tête dont ils sont propriétaires dans la partie nord de la France. Ils ont un emploi tous les deux. Ils devraient être heureux et remercier le ciel de leur situation. Mais ce n’est pas leur ressenti. Et ils « veulent changer de vie ». C’est très à la mode. Malheureusement, « le mieux est souvent l’ennemi du bien ». Ils oublient « qu’on risque de tout perdre en voulant trop gagner » ou encore « qu’un tient vaut mieux que deux tu l’auras ». Aussi ils cherchent à acquérir un commerce « pour travailler ensemble et avoir une vie plus confortable ». Ils sont séduits par le chant des sirènes de la doxa officielle: devenir entrepreneur.

Créer son entreprise ou acquérir d’entreprises existantes a toujours été dangereux. Il faut tenir compte de beaucoup de paramètres, à savoir : avoir un bon conseiller pas un charlatan (être membre d’une profession réglementée n’est plus une garantie de sérieux), se méfier du banquier qui sera toujours dangereux et jamais votre ami. Je lis dans les études d’opinion que les français sont maintenant plus nombreux à vouloir devenir chef d’entreprise. Cette tendance est du à deux phénomènes :

  • la propagande d’État qui idéalise cette activité. C’est une façon de dégonfler les chiffres du chômage.
  • le développement de la paupérisation du salariat qui désespère les plus sérieux.

On se sert également de cette idée dans les grandes entreprises pour faciliter les plans sociaux. Mais voilà, devenir entrepreneur n’est pas une sinécure et n’est pas sans danger. On court le risque de se ruiner surtout avec de mauvais conseils. C’est ce que nous voyons tous les jours à la fnacab. De cela on ne parle pas dans les médias et on évite d’en informer le public pour ne pas déplaire aux princes qui nous gouvernent..

Ils cherchent un commerce et le trouve dans le Gers. C’est un bar – tabac – loto. Ils vendent leur maison dont le prix sera investi pour l’acquisition ( 90 000 € ). Pour le surplus, ils empruntent auprès de la société générale et du brasseur. Cette opération est menée par une agence immobilière « spécialisée » qui s’occupe aussi du dossier de prêt ce qui multiplie le risque de mauvaises affaires. Nadine et Alain font confiance. Ils n’ont été toujours que salarié. Ils n’ont pas l’habitude des affaires et des requins qu’on y rencontre. Dès l’acquisition, ils iront de surprise en surprise mais on dira qu’ils peuvent s’en sortir tout en y laissant quelques plumes. Et au prix de grands sacrifices.

En effet, ce projet était particulièrement plus risqué qu’un autre surtout pour des néophytes. Si la banque avait joué son rôle de conseil au lieu d’être un vulgaire dispensateur de crédit, elle aurait été à même de faire rectifier les insuffisances du projet. Elle écrit elle-même dans une lettre du 19 mai 2009 au client : « nous ne pouvons que constater que les tensions de trésorerie sur vos deux comptes courant privé et professionnel qui ont commencé en 2007, sont dues à des raisons structurelles lors de l’acquisition de votre fonds de commerce en 2004. » C’est pas en 2009 qu’il fallait le dire mais c’est en 2004 lors de l’achat qu’il aurait fallu prendre position et avertir les clients sur le risque d’un mauvais endettement comme le prévoit la jurisprudence pour les emprunteurs non n’averti.

Mais plus grave, alors qu’ils s’en sortent à peine, la société générale, en 2007, va financer l’acquisition d’une maison d’habitation précipitant le couple dans de graves difficultés financières immédiates. Des les premières difficultés, elle va alors s’acharner sur eux en prélevant des frais bancaires et des intérêts exorbitants. Par exemple, en 2008, les frais et agios s’élèveront à 8083,56 euros sur le compte professionnel et 5805,96 euros sur le compte privé soient au total 13 889,52. Cela représentait près de 14% du chiffre d’affaire du commerce.

C’est un assassinat économique. Comme toujours en pareille matière.

La fin, vous le comprenez avant même qu’on vous l’expose : c’est le dépôt de bilan, c’est la vente du commerce par le mandataire judiciaire souvent à vil prix, c’est la vente de la maison d’habitation sous la pression est donc rarement au juste prix. Mais dans cette affaire, le tribunal de commerce d’Auch a usé de toutes les possibilités de la loi pour protéger autant que faire se peut Nadine et Alain. La loi ne permet pas tout. Le commerce a été vendu à un prix semble-t-il assez normal mais insuffisant pour payer l’ensemble du passif. Il reste la maison d’habitation qui pourrait être sauvé avec un effort de la Société Générale sur sa créance. Ce n’est pas gagné mais nous allons y travailler.

Pour commander cliquez ICI

Mettez-vous à l’abri de la prochaine crise…

DSC03307 photo type (2)

« Je ne suis pas un économiste mais je me tiens informer et surtout, je ne fais aucune confiance à la parole officielle. » Alain Bousquet, président de la FNACAB.

Depuis plusieurs mois, j’entends et je lis des articles qui annoncent la prochaine crise. Ces prises de position sont de plus en plus pressantes. Elles viennent de toutes parts. Et je vois bien lorsque j’écoute les « médias officiels » qu’ils ont de plus en plus de mal à cacher cette vérité. Il y aura une prochaine crise bien plus grave que celle de 2008 mais personne ne peut dire quand. Ce qui ne signifie pas à la saint-glinglin.

Mon opinion est confirmée quand je vois toutes les dispositions législatives prises par les états. Permission de prélever sur les comptes bancaires, possibilité de blocage les assurances-vie, et j’en passe. Pourquoi cette agitation si ce n’est que les Etats savent l’imminence d’une catastrophe. Le FMI à plusieurs reprises à demander que l’on prélève au moins 10 % des avoirs de Monsieur tout le monde.Très souvent on nous demande des conseils sur les mesures à prendre mais nous n’en savons pas plus que vous. Aussi fions nous à ceux qui savent et qui ne sont pas dans le déni.

Pour ma part je pense qu’il est important de prévoir autant que faire se peut, c’est pourquoi nous vous livrons deux articles qui vous éclaireront:

 

Les clients sont de plus en plus agressifs, surtout dans les banques et les assurances.

Vous êtes étonné ! pas nous.

Vous voulez savoir pourquoi ? Parce qu’on a totalement déshumanisé les rapports entre clients et employés de banque. Parce qu’on veut absolument qu’il y ait le moins de visites auprès du soit disant « conseiller de clientèle » pour plus de production c’est-à-dire qu’ils vendent plus les produits de la banque même s’ils ne sont pas nécessaires pour le client. Parce qu’on a créé les frais bancaires qui sont une véritable arnaque pour les clients d’autant que les frais bancaires s’appliquent essentiellement sur les gens et les entreprises en trésorerie difficile aggravant celle-ci. Ils agissent comme le supplice chinois de la goutte d’eau sur le psychisme.

Lorsqu’un client voit qu’on lui prélève 15 € de frais pour dépassement de trois euros par exemple, il ne peut être que très énervé. Lorsqu’une il proteste, il ne trouve aucune solution car l’employé n’a aucun pouvoir. S’il avait une assurance vie de un million d’euros en banque, il serait respecté. Alors il se lève, il se met en colère, et il fait ce qui ne devrait pas faire: un scandale. Il agresse l’employé puisque c’est le seul qu’il ait à sa porté. Nous préconisons, à la fnacab, de ne pas faire cela mais de faire autre chose à savoir des actions d’insurrection Pacifique très efficaces mieux que le médiateur qui ne sert à rien sauf à amuser les clients, à les faire patienter, à leur faire perdre du temps. Je pourrais continuer longtemps

Vous lirez l’article sur le Figaro à qui nous avons emprunté le titre. Il est très instructif.

L’Insurrection pacifique, c’est efficace…

Une nouvelle fois, par cette méthode une affaire bloquée depuis plus d’un an va trouver une solution. Rémi a un RDV prévu alors qu’on le traitait comme un moins que rien. Il a fallu que 2 jours de diffusion par la fnacab pour y arriver.

IMG_20170529_141143

Il en est de même pour Valérie à Saumur. Là aussi la Caisse d’épargne est en fin sortie de son silence et promet dans le délai d’un mois maximum une solution. Quelques jours de publication, l’a réveillé.

COUET 2

Pour en savoir plus sur le problème de Rémi cliquez ICI et pour celui de Valérie, cliquez ici 

Ces opérations sont sans risque et payantes à pratiquement 100 % des cas.

France 2 : les dessous du financement de la campagne électorale de Macron

Les vérités et les arnaques commencent à sortir. Il est regrettable que ce soit trop tard mais est ce vraiment innocent…

La chaîne émet des doutes. C’est méritoire mais ça arrive un peu tard… OD (France 2, 6 juillet 2017, 20h) Lire aussi : Macron à Las Vegas en 2016 : l’enquête pour « favoritisme » confiée à des juges Rappel : Macron et l’argent

via France 2 : les dessous du financement de la campagne électorale de Macron — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Cassandre a donc raison…d’être pessimiste.

Depuis pas mal de temps on vous répète que nous allons au devant d’une nouvelle crise financière plus grave que celle de 2008 parce que le personnel politique et administratif n’a rien fait pour réformer le système, mondialisation oblige. Aussi faute d’arrêter avec la mondialisation, ils ont créé les conditions d’une autre crise très grave. […]

via Cassandre a donc raison… — INSURRECTION PACIFIQUE

A Rodez, la Sté Creastore’s entre en insurrection contre le crédit agricole…

« Toute une banque pour vous ». Traduisez à votre « service ». Vous la croyez, vous,  cette blague? C’est le nouveau slogan attrape gogo du crédit agricole. Il remplace « le bon sens a de l’avenir » et « le bon sens près de chez vous ». Malheureusement, Christophe, le gérant de creastore’s, a fait l’expérience d’une autre maxime bien connue : « un banquier, c’est quelqu’un qui vous donne un parapluie quand il fait soleil et qui vous le retire lorsque la pluie commence à tomber ». Vous l’avez certainement entendu celle là. Je vous l’assure, celle là, elle, elle est bien vraie. C’est pourquoi nous proposons que toutes les banques affichent ce nouveau slogan: « notre établissement vous prêtera un parapluie tant que le soleil brillera pour vous mais le retirera dès les premiers nuages ». C’est la triste expérience que vit en ce moment l’entreprise creastore’s.

Christophe Calle

Christophe Calle a décidé de se battre.

 

Cette entreprise est tombée dans les difficultés par la faute d’un cadre bancaire  du crédit agricole. C’est extraordinaire. Pourtant, il y croyait Christophe à son banquier mais maintenant qu’il est dans la difficulté, il comprend l’avertissement  de la fnacab : « un banquier n’est jamais votre ami, il est toujours un danger permanent ». Comme bien d’autres en difficultés, il nous appelle au secours. Son affaire est malheureusement courante.

Jugez par vous-même :

Christophe Calle, réside à Rodez où il vit avec sa jeune fille à sa seule charge.

Il a créé une SARL dénommée Créastore’s qui emploie un salarié et un apprenti. Ses affaires marchaient bien même s’il n’a pas encore été « introduit au CAC 40 ». Son entreprise a démarré sous forme artisanale voila 9 ans. Puis en 2013, il l’a transformée en société. Son CA est monté jusqu’à 312 000 €. Tout allait bien.

Au Crédit agricole, sa banque, il est sollicité par un cadre de cette banque qui lui demande un devis pour la rénovation d’un immeuble dans lequel cet employé prévoit 700 000€ de travaux tous corps d’état. La partie qui sera confiée à Créastore’s se chiffre à 55 000€. Le contrat est signé, l’acompte est payé, les travaux commencent.

Lors de la signature ce personnage était encore employé du crédit agricole jusqu’au 10 août 2016. Il va se servir de sa position «dominante» pour obtenir beaucoup de prestations supplémentaires gratuites et pour mettre la pression pour un avancement rapide des travaux.

Première surprise, ce cadre quitte la banque (démission ou licenciment, il ne le sait pas) Crédit Agricole. Rapidement, il refuse de payer les factures intermédiaires. Aussitôt, les difficultés se font jour dans la trésorerie de l’entreprise. Les traites sont refusées par la banque, la société fait des chèques qui vont être retournés sans provision sans information préalable du titulaire du compte contrairement à la loi de sorte que la société perdra toute crédibilité chez les fournisseurs et auprès de l’entreprise de factoring. Informé, le gérant aurait pris des dispositions pour éviter la situation de blocage dans laquelle il se trouve du fait de l’inscription abusive au fichier (ce qu’il faut savoir sur les fichiers). Son autre banque voudrait bien venir à son secours mais tant qu’il est fiché cela lui est impossible du fait de lois et de pratiques que nous estimons être scélérates contre lesquelles tous les clients devraient être en INSURRECTION. Le mal est aggravé par l’avalanche de frais bancaires abusifs dont l’existence même est totalement injustifiée(ce qu’il faut savoir sur les frais bancaires) si ce n’est par la passivité des clients manipulés par les mauvaises informations;

blouse

Ne vous laissez plus faire. Imposons une autre banque, ça a existé avant 1985

La banque pour l’instant a maintenu le découvert. Jusqu’à quand ? Mais elle ne fait aucune proposition pour aider cette entreprise à sortir de l’impasse difficile ce qui serait possible compte tenu du carnet de commande auquel elle ne peut faire face sans aide de la banque dont c’est pourtant le rôle sociétal. Il doit régler au « cul » du camion les marchandises en raison des problèmes provoqués par la banque par le fichage.

Aucune recherche de solution de la part de la banque. En fait elle respecte l’adage : « si ta as besoin de rien va voir ton banquier ».

Si une banque n’est pas une oeuvre de charité, son rôle sociétal est de soutenir, entre autre, les entreprises dans la mesure où leur situation n’est pas irrémédiablement compromise, déjà en ne s’acharnant pas sur elles. Ce n’est pas le cas malheureusement. Christophe a décidé de se battre sur nos conseils et il a bienfait. Cette première phase permet de vous faire connaître ce cas et de vous demander d’être solidaires, de prendre contact avec lui pour le soutenir. Ce faisant vous défendez vos propres intérêts car: Face à la puissance de la finance, il faut opposer la force du nombre.

Contactez le si vous voulez participer à son action : creastores.calle@gmail.com ou  la fnacab : contact@fnacab.org

Visitez nos sites pour en savoir plus : fnacab.org et encore : Insurrection pacifique 

Et pour éviter ou régler les abus dont vous êtes ou serez victimes commander le livre les Banksters. En savoir plus: cliquez sur l’image.

livre-les-banksters