FNACAB

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 157 autres abonnés

Stats du Site

  • 307 925 visites
Follow FNACAB on WordPress.com

C’est gratuit et ça peut rapporter gros

Pour connaître ses droits, pour savoir que faire, face à un abus bancaire. Et quand la loi ne protège pas vraiment, savoir si d’autres solutions sont possibles. Pour accéder, vous devez vous inscrire pour recevoir le lien de connexion. La téléconférence se déroule en deux phases: Une première phase sur un sujet différent chaque semaine.
Ce lundi 19 avril 21 à 19h30 : Comment manœuvrer pour éviter les abus bancaire?

Une deuxième phase: réponse aux questions que vous poser.

Hélène du département 94 nous écrit:

Merci beaucoup Monsieur Bousquet, je suis contente d’avoir pu vous écouter ce soir et je serai là lundi prochain.J’ai toujours veillé à ne pas être endettée mais je crains le pillage bancaire sous drapeau sanitaire. Avez vous une vision sur comment survivre au grand reset qui souhaite nous supprimer toute propriété, sécurité du toit? Je suis confinée depuis des années par mon électrohypersensibilité qui m’empêche de développer une activité hors de chez moi. Ma reconvertion me fait cotoyer de nombreuses personnes en licenciement du secteur bancaire, avez vous une température sur la banque la moins malsaine?
Merci beaucoup et à la semaine prochaine
Avec Bienveillance

Emmanuelle du département 14 nous écrit (avril 2021):

Bonjour, 
Un grand merci pour votre intervention qui a permis de toucher un versement conséquent de 27 000 euros de la part de la BRED. Il reste selon eux un reliquat qui ne pourra être vendu qu’en août. Il faudra alors les relancer. Je me suis permise de nuancer cette bonne nouvelle en leur demandant ce qu’il en était des titres au moment où nous avions souhaité les vendre en 2016-2017 mais où personne ne nous avait alors renseigné. Pas de réponse depuis ce mail (mail adressé à la BRED en transfert ci-après). Est-ce normal de n’avoir reçu aucun document particulier à part le chèque ? Voici le nom de la personne qui a repris le dossier:

Nos succès 2020

643 701 d’€uros de dettes effacées en 2020 par notre action

Roudolph (résidant en région parisienne) vient de bénéficier d’un effacement de dettes de:156 890

Sylvie (résidant dans le Var) va bénéficier de l’effacement de dettes de 200 000€

Sandrine et sa fille (résidant dans les Alpes Maritimes) ont bénéficié d’un effacement de dettes de: 46 739€

Bénédicte (résidant dans le Tarn) voit sa dette effacer soit: 240 072,00 €

Malgré les difficultés créées par la crise, notre activité s’est poursuivie presque avec autant d’assiduité qu’à l’accoutumé. Voici les tout premiers succès… 

Yasmina de Ploubalay (22) obtient le remboursement de de 1650 € de frais bancaires sur 3 650€ qui ont été prélevés en 9 mois. Elle s’en contente.

Christian de BRISCOUS (64) : sa carte crédit et son code ont été « interceptés » lors de l’envoi par la poste par la BNP de PARIS. Nombreux achats effectués sur PARIS pour 2700 € environ. Suite à notre intervention, la BNP a remboursé 1 700 €. L’adhérent ne donne pas suite pour avoir plus.

Hugues de MONTBEL (09) : suite à la perte de son chéquier du Crédit Coopératif de Toulouse, 450 € environ d’achats frauduleux. La banque qui ne lui répondait pas a remboursé la totalité.

Succès publiés en août 2020

Didier de Nice, en ce mois d’août 2020, chef d’entreprise, appelé en qualité de caution a obtenu une réduction de 35 472 € de sa banque après notre intervention. Soit une réduction de 35%.

Bénédicte du département 81 est en passe d’obtenir l’extinction de sa dette bancaire d’un montant de 240 000 € en suivant une stratégie que nous avons mise en place depuis quelques années et qui produit ses effets.

A cela, seront prochainement rajoutés plusieurs résultats positifs en cours de comptabilisation.

 

 

 

Sans titre

Bienvenue sur notre site.

Pour nous joindre, une permanence téléphonique est à votre disposition:contactez-fnacab

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo.

1 80% de ceux qui ont appliqué nos stratégies ont obtenu satisfaction.

15 000 000 d’€ récupérés pour nos adhérents depuis notre création : extourne de frais, dommages intérêts, annulation de dettes.

Depuis 23 ans (1994) nous sommes tous les jours à votre écoute. 2015 est l’année de notre 21 ème anniversaire.

Pour vous aider à résoudre votre problème

Pour constituer un important lobbying

Pour la cellule de prévention

 On vous attend. Ensemble on sera encore plus fort.

Vous nous faites le plaisir de visiter notre site parce que vous cherchez une solution à vos problèmes bancaires. L’association est là pour vous aider mais réfléchissez à la façon dont vous pouvez participer à cette association car la solution définitive aux problèmes des abus bancaires passe par une action collective. Une fois réglé, le même problème ou un autre revient quelques temps après. La machine ne s’arrête jamais. C’est les lois qu’il faut changer. N’oubliez pas de visiter toutes les pages, vous trouverez probablement les réponses que vous cherchez.

Pourquoi avons nous créé la Fédération Nationale des Associations Contre les Abus Bancaires ?

  1. Pour permettre à tous ( association, entreprise, syndicat, club, particulier, profession libérale commerçant) de se retrouver dans une organisation puissante et efficace afin de mettre leurs moyens en commun et créer un lobbying puissant.
  2. Pour aider l’usager de  banque à régler ses problèmes face aux abus du système bancaire. Groupons nos énergies. Ne rester pas seul face à votre banquier.

Les fondateurs de la Fnacab savent que : Tout est possible.Seules sont perdues d’avance les batailles qu’on ne livre pas ! 

btn_donateCC_LG

contactez-fnacab

Recevez toutes nos informations gratuitement toute l’année en retournant votre adresse mail et abonnez vous au site :

Mail : contact@fnacab.org

Adresse :2203 ch de Saint Claude, Le chorus 06600 Antibes

Permanence Téléphonique : 

04 97 21 94 48

Site: http://www.fnacab.org

« Bientôt, le drame économique va être nettement supérieur au drame sanitaire »

 art de Eudes Baufreton sur By bvoltaire.fr

Le vient de tomber : sans surprise, la explose mais toutes les dépenses de l’État ne sont pas liées à la crise sanitaire. Certaines, dites « structurelles », ont continué à progresser sans effort de limitation. Peut-on encore continuer ces restrictions sanitaires qui pèsent sur l’économie ? Va-t-on échapper à la ?

Explications et réactions d’Eudes Baufreton.

 

Le rapport de la Cour des comptes sur les dépenses de l’État montre que les dépenses publiques explosent avec la période de Covid. Qu’en est-il précisément ?

Les dépenses de l’État ont fortement augmenté. Une partie de ces dépenses s’explique par la conjoncture : avec la crise sanitaire, des dépenses ont été engagées, mais il y a aussi les dépenses structurelles de l’État qui ont continué à progresser indépendamment de la crise sanitaire. Ce sont les contribuables qui vont payer la facture, ce n’est pas gratuit, comme disait , et chaque euro dépensé par un élu est un euro payé par un Français. La question que l’on est en droit de se poser est la suivante : au moment où l’État aurait dû réduire un certain nombre de projets non essentiels, les bonnes mesures ont-elles été prises ? Les bonnes réformes ont-elles été faites ? Visiblement non. L’État a continué sur le même train de vie alors qu’il y a des dépenses supplémentaires. C’est un peu comme si un ménage faisait face à une crise, que l’un des deux conjoints perdait son salaire et que le ménage continuait à dépenser de la même manière. Ça pose un problème.

Peut-on continuer ces restrictions sanitaires ?

Ce n’est pas possible de continuer comme cela. Et Bruno Le Maire l’a dit à plusieurs reprises. Bientôt, le drame économique sera bien supérieur au drame sanitaire. Là, on ne le voit pas encore car l’économie est sous perfusion, le partiel est payé et financé par la dette, mais les caisses sont vides. Cela va créer des tensions au sein de l’ car certains pays ont fait des choix, qui se révéleront bénéfiques. En , nous avons tout fait prendre en charge par l’État, au nom d’un principe de précaution, et cela ne pourra pas continuer bien longtemps. Certains pays européens ne voudront pas payer cette dette commune. La mutualisation de la dette imposée par Emmanuel Macron est pourtant interdite par le traité de Maastricht. Les pays du Nord qui sont économes et vertueux ont fait le choix de la responsabilité individuelle, ils ne voudront pas payer l’addition de pays dépensiers. Et cela est bien légitime.

Peut-on échapper à la crise économique annoncée ?

Non, on ne peut pas y échapper. D’un côté, l’économie est atrophiée et va générer du chômage et une situation sociale coûteuse. De l’autre côté, il y a autant de recettes fiscales en moins et, donc, il y aura un véritable effet de ciseaux. En réalité, l’État devrait aujourd’hui s’engager dans un grand plan de réformes structurelles visant à réduire son périmètre d’intervention et son niveau de dépenses courantes. En France, on a quasiment six millions de , il y en a seulement trois en . Cela veut tout dire ! L’État a maintenu ses prérogatives et son champ d’intervention alors que l’économie privée est à genoux. Ce sont les citoyens qui sont au service de l’État alors que cela devrait être l’inverse. Ce rapport de la Cour des comptes met ce problème en lumière.


Vos données bancaires sont en danger !

C’est un article de sur phone android qui lance l’info.
 
L’application SuperVPN comme au moins six autres au logo et à la description identique semblent être conçues comme de véritables pièges à données personnelles. L’application compte de grosses vulnérabilités, et des données sensibles d’utilisateurs nominatives (dont des données bancaires) se retrouvent dans des bases de données pirates.

 

Un VPN, ou Virtual Private Network, est un protocole qui vous permet de vous connecter à internet depuis un serveur distant. Ce type de tunnels était jusqu’à il y a encore quelques années essentiellement utilisés pour se connecter à des réseaux d’entreprise.

Mais avec le développement du géoblocage des contenus sur les plateformes de streaming et des risques liés aux hotspot WiFi publics, leur usage a depuis décuplé. Les VPN sont indispensables, par exemple, pour débloquer le catalogue Netflix d’autres pays ou échapper à la censure du net si vous vous trouvez en Chine.

Il est impossible de vous conseiller un VPN gratuit en 2021

Or, on vous le dit souvent, mais cela ne coûte pas grand chose de le rappeler : les VPN gratuits sécurisés, ça n’existe pas – même quand ces derniers prétendent “protéger votre vie privée”. Mettre en place un service VPN pour des millions d’utilisateurs a un coût important.

Il faut payer des développeurs, un hébergement adapté et maintenir le service avec une équipe d’employés permanente. Dès lors, lorsqu’un service VPN se dit gratuit, c’est qu’il a trouvé d’autres manières de se financer. Or, vous vous en doutez il n’y en a pas beaucoup.

Le plus simple et lucratif est en effet d’aspirer et d’exploiter d’une manière ou d’une autre vos données personnelles. Certains services le font de manière plus ou moins transparente, mais il y a toujours une part d’ombre, sans compter le fait que ces services sont eux-mêmes régulièrement l’objet de vols de données.

Bref, si vous devez vraiment utiliser un service VPN, il est difficile à date de vous conseiller autre chose que de choisir un VPN payant réputé comme NordVPN, TunnelBear, CyberGhost, SurfShark, ou encore ExpressVPN.

SuperVPN, l’un des pires services encore en activité, est de retour

Et si vous avez installé un VPN gratuit sur votre smartphone Android, nous vous recommandons surtout de bien vérifier qu’il ne s’agit pas de SuperVPN de GeckoVPN ou ChatVPN. Nos confrères de Cybernews expliquent en effet dans un tweet que trois bases de données sont en vente sur des forums pirates.

Ces fichiers contiennent des données très sensibles de 21 millions d’utilisateurs de SuperVPN, GeckoVPN et ChatVPN (ces deux derniers services ne comptent néanmoins pas beaucoup d’utilisateurs). Les données incluent des noms, des adresses mail, noms d’utilisateurs, données bancaires et même des détails sur le smartphone des clients.

Ce n’est pas la première fois que l’on alerte sur le danger de SuperVPN. En 2020, le site alertait déjà sur le fait que plus de 105 millions d’utilisateurs étaient menacés de piratage. Les chercheurs de VPNPro expliquaient alors que l’application “permet aux pirates d’intercepter les communications entre l’utilisateur et le fournisseur, et même de rediriger les utilisateurs vers le serveur malicieux d’un pirate”.

Lire également : VPN gratuits – attention, ce malware peut voler vos informations bancaires

Méfiez-vous également des clones de SuperVPN

L’application “connecte l’utilisateur à des hôtes multiples, certaines communications sont envoyées via du HTTP non sécurisé. Ces requêtes contenaient des données chiffrées, mais en y regardant de plus près nous nous sommes rendus compte que cette communication contient en fait la clé nécessaire au décryptage des données”, explique VPNPro. A l’époque, cela avait valu à SuperVPN de disparaître du Play Store.

L’application est pourtant de retour, et il semble que ses pratiques n’ont pas beaucoup changé. SuperVPN dispose d’une base de plus de 100 millions d’utilisateurs selon sa fiche sur le Play Store. Nos confrères de Cybernews jugent donc le problème comme particulièrement grave et recommandent de “supprimer votre compte et passer sur un service VPN réputé” pour mettre fin à l’abus de vos données personnelles.

Il faut d’ailleurs relever que SuperVPN a de nombreux clones. Le nom change, mais on les reconnait facilement en les comparant avec la fiche de SuperVPN : le logo y ressemble très fort, et la description est tout simplement un copier-coller de celle de SuperVPN (cf capture en fin d’article). Selon Cybernews, au moins six de ces clones ont été identifiés, mais il peut y en avoir davantage.

« Attention !! Signal faible d’une inflation forte !! »

L’édito de Charles Sannat

Paru sur son site: insolentiae.com

C’est quoi l’inflation ?

Pour les économistes il y a de multiples façons de parler de l’inflation ou de la définir, de la quantifier ou de la mesurer.

Nous pouvons couper l’inflation en 4.

Pour l’économiste de grenier que je suis, l’objectif c’est de faire simple, mais pas simpliste, et compréhensible par tous.

L’économiste de grenier que je suis aime l’économie d’en bas, celle de la vraie vie, celle des prix, celle des gens, celle où l’on voit de ses yeux ce qui marche et ce qui souffre.

Alors l’inflation c’est quoi ?

C’est l’augmentation généralisée des prix.

Et quand les prix augmentent, c’est en réalité le pouvoir d’achat de votre monnaie qui baisse !

Alors l’inflation n’est pas l’augmentation des prix contrairement à ce que l’on dit chez Mr et Mme Michu, c’est la baisse du pouvoir d’achat de votre monnaie, c’est donc, en réalité, la perte de valeur de votre monnaie.

Dit autrement c’est la monnaie que vous utilisez qui ne vaut plus rien.

Pourquoi ne vaut-elle plus rien ?

Parce que tout ce qui est rare est cher, et tout ce qui est abondant ne vaut rien. 

Plus vous créez de votre monnaie, moins chaque unité a de valeur.

Que faisons-nous depuis 12 ans ? Nous imprimons de plus en plus.

A tel point que l’argent épargné ne vaut plus rien, ne rapporte plus rien.

Quand l’épargne est « rémunérée » à taux négatif, c’est que votre monnaie ne vaut plus rien, ou de moins en moins.

L’inflation c’est donc la hausse généralisée des prix, ou la baisse généralisée du pouvoir d’achat de votre monnaie.

C’est ces deux choses à la fois et elles reviennent au même.

Voici le genre de mail que les artisans reçoivent

Cedeo est un grossiste avec plus de 450 agences en France pour les plombiers et les amoureux des chaudières, des pièces détachées et des tuyaux de cuivre !

Il y a de fortes chances que votre plombier se fournisse là-bas.

Des communes près de la faillite…

Cela s’ajoute à l’endettement de l’Etat. L’après covid sera très, très difficile…Lisez cet article qui suit.

C’est un article de la Nouvelle-République envoyé par l’un de nos camarades sur ma messagerie qui titre « Saint-Pierre-des-Corps surendettée ? Le maire demande l’aide de la chambre des comptes ».

« Ce lundi à 11 h 30, Emmanuel François, le maire de Saint-Pierre-des-Corps, a tenu une conférence de presse pour expliquer son incapacité à présenter un budget à l’équilibre. Il alerte sur l’état des finances de la ville.

L’heure est grave, ce lundi matin, à la mairie de Saint-Pierre-des-Corps. En cette veille de vote du budget par le conseil municipal, le maire Emmanuel François a convoqué la presse, pour annoncer qu’il présentera un budget en déséquilibre, avec un déficit de 92 000 € en fonctionnement, ce mardi à 9 h. Ce qui est illégal. Ce fait rare déclencherait une procédure pouvant conduire à une mise sous tutelle financière de la ville par la chambre régionale des comptes.

Une dette de 19,3 M€. »

Cette situation n’est pas propre à cette commune, en effet, de très nombreuses communes sont peu ou mal gérées, pour de multiples raisons pas toujours imputables aux élus locaux, mais ces derniers ne sont pas non plus toujours irréprochables, au contraire.

Totems symboliques, « grands travaux » locaux, égo démesuré, parfois conflit d’intérêt ou prise illégale d’intérêt, il y a de nombreux abus pas toujours facilement traitables en justice.

Et puis, il y a les difficultés économiques générales, les baisses des dotations, les transferts plus ou moins obligés vers les interco de nouveaux machins qui n’ont jamais fait baisser les coûts de fonctionnement de nos structures locales.

Tout ceci est masqué par une relative hypocrisie de l’ensemble des acteurs.

Les mairies font semblant d’équilibrer des budgets puisque ne pas le faire est illégal et déclenche l’intervention de la chambre régionale des comptes, et les vérificateurs font semblant de croire à la sincérité des budgets présentés.

La créativité comptable est une réalité, pour certains c’est même devenu un art. Demandez à Goldman Sachs qui avait permis à la Grèce de maquiller ses comptes.

« Dans un rapport de 2018, la chambre régionale des comptes avait déjà noté que la ville était en retard au niveau des investissements, par rapport aux autres communes de la strate. Elle mentionnait « des charges structurelles élevées », avec des « dépenses de personnel élevées, en partie du fait des services proposés à la population ». Elle proposait alors d’agir sur différents leviers dont « les intérêts de la dette ou les dépenses de personnel. »

Notre fonds de roulement est de 4 jours, quand il est de 4 mois pour les autres communes« .

Y’a plus d’sous nulle part !

Ce qui est impressionnant dans l’effondrement en cours de notre pays, c’est que tout est en train de se déliter.

Les communes n’ont plus sous, les hôpitaux n’ont plus de sous, les armées sont indigentes, je ne vous parle même pas de l’état de nos commissariats, ou de l’école en général. Partout, tout tombe en pièces et pourtant jamais les prélèvements fiscaux n’ont été aussi importants rapportés au PIB.

La ponction est majeure. Le service rendu inexistant.

Terrible.

La crise économique liée au Covid va laisser des traces durables notamment sur les finances des structures les plus petites que sont les communes.

L’Etat devra finir par intervenir et par aider aussi… les villes de France, que vous allez découvrir un jour dans de grandes difficultés financières. Ce jour approche.

Seule une gestion au cordeau des villes peut inverser la tendance, comme cela a été fait en Allemagne il y a 10 ans. Les piscines étaient fermées, les fontaines à l’arrêt etc.

En Allemagne quand il n’y a plus de sous, il n’y en a plus.

En France, quand il n’y en a plus, il y en a encore, même si on ne les a pas…

On les invente.

On les emprunte.

Jusqu’à la catastrophe finale.

C’est un article de Charles SANNAT sur Economie matin

Pourquoi plus d’argent liquide circule et disparait

De plus en plus de billets sont mis en circulation mais les billets disparaissent parce que conserver par certains. C’est le paradoxe de l’année 2020 et ce sera celui de 2021.

 

Nous vous proposons la lecture des deux articles qui suivent.

Argent liquide : forte hausse de circulation de billets en 2020

Mais où sont passés les billets de banque ?

144€ par an pour conserver un conseiller personnel attitré à la BNP

 

 

Conseiller bancaire personnel payant, 12€ par mois

Voici que les banques traditionnelles veulent tordre le coup aux relations établies entre leurs clients et les conseillers de clientèle. Rien de mieux pour ce faire que de rendre cette relation tarifée. En payant 12€ par mois (144€ à l’année), les clients de BNP Paribas sont assurés de conserver ce lien avec leur conseiller financier attitré. Mais si le client ne paie pas ce forfait, il sera alors traité comme au sein d’une banque en ligne : un conseiller de clientèle différent à chaque contact. Et la banque fera en sorte que ce soit bien le cas.

 

10% à 15% des clients devraient opter pour le conseiller personnel

D’après les informations publiées par Le Monde, BNP Paribas s’attend à ce que seulement 10 à 15% des clients qui accepteront de payer ce forfait. L’enjeu étant de savoir si vraiment c’est utile. Le plus souvent le conseiller bancaire n’apportant que des conseils « maisons » pour des placements « maisons ». Il ne s’agit pas là d’être mis en relation avec un Conseiller en gestion de patrimoine indépendant, de fait, puisque ce conseiller n’aura aucune latitude quant aux solutions financières préconisées.

 

Un dispositif validé en 2019, mis en place dès 2021, généralisé en 2022

Ce dispositif était déjà testé depuis juin 2019 dans une trentaine d’agences. Il sera étendu à toutes les agences BNP Paribas d’ici 2022. Une ristourne sur la CB sera accordée à ces clients payant ce service. Cette ristourne, accordée aux meilleurs clients, étant d’ores et déjà effectuée via des gestes commerciaux.

Conseillers payants, une formation patrimoniale spécifique

Les conseillers payants suivront une formation spécifique afin d’être habilités à donner des conseils en gestion financière, immobilière aurait indiqué une source de la banque. C’est dire donc du niveau de formation des autres conseillers bancaires…

Dossier de presse du Rotary

Cliquez ICI pour prendre connaissance

(suite…)

L’épargne des Français intéresse l’Etat mais…

…mais il y a des élections toutes proches, alors difficile de taper dedans. Il n’en reste pas moins que Bercy y réfléchit.

Depuis le début de la crise sanitaire, il y a presque un an, les Français ont épargné en masse. Une épargne qui, pour le ministre des Finances et de l’Économie, pourrait être la solution à la relance de l’économie selon une information des Echos.

L’épargne des Français moteur de relance économique

Face à la crise sanitaire, les Français se sont transformés en véritable petit Piscou, mettant massivement leur argent de côté pour faire face aux aléas économiques futurs. Cette épargne colossale est au coeur d’un débat politique qui divise un peu plus gauche et droite. Selon les Echos, le ministre des Finances et de l’Économie, Bruno Le Maire, souhaite faire de l’épargne des Français un des moteurs de la relance économique du pays.

Ainsi, dans les semaines à venir, Bruno Le Maire devrait présenter « un dispositif pour assurer que l’épargne des Français va bien à la relance de l’activité économique et aux entreprises françaises ». Parmi les pistes envisagées pour faire de l’épargne la relance de demain, la facilitation « des transferts ou des dons entre générations ». Une facilitation qui aiderait les Français à se délester d’une partie de leurs bas de laine qui selon la Banque de France devraient atteindre, à la fin de l’année 2021, 200 milliards d’euros. Une somme gigantesque qui représente le double du plan de relance mis en place par le gouvernement.

Bruno Le Maire écarte la taxation proposée à gauche

D’autres pistes ont été évoquées par les politiques. La gauche proposait notamment de taxer une partie de l’épargne des Français, la gauche considérant cette solution comme la meilleure alternative du fait du profil des épargnants. 70% de l’épargne accumulée par les Français depuis le début de la crise sanitaire l’a été par les 20% des ménages ayant les revenus les plus hauts. Le gouvernement rejette cependant catégoriquement cette option qui s’apparenterait aux yeux des Français à une hausse des impôts.

À droite, le président de la Commission des Finances à l’Assemblée, le député LR Éric Woerth, proposait la mise en place d’un livret d’épargne Covid, « un Livret C, un instrument financier très simple garanti par l’État dont les fonds iraient vers les TPE et les PME ». Là encore, le gouvernement s’y oppose car ce dernier ne serait pas adapté aux règles prudentielles.

source économie matin

Covid: le gouvernement creuse sa tombe et la nôtre.

Il y a du Kafka dans l’action du Gouvernement. On demande des efforts surhumains aux restaurateurs, aux stations de montagne, aux théâtres, aux cinémas, aux salles de sport, etc … pour appliquer des mesures terribles. La plupart en font le sacrifice. Nombreux sont ceux déjà obligés de vendre leurs biens, de solliciter des aides pour simplement survivre.

Tout cela est fait pour éviter que les hôpitaux ne soient saturés et ne puissent plus accueillir les malades… Mais le gouvernement supprime des lits, et donc les hôpitaux sont de plus en plus saturés, et donc les alertes sont encore pires. A ce rythme, nous sommes partis pour 20 ans de crise hospitalière et de fermetures diverses et variées. Faut il en rire ou en pleurer ?

Mais non ! … pendant la pandémie, les suppressions de lits continuent !…. au même rythme !… via un obscur comité Théodule, quasi clandestin, qui décide tout puissant des suppressions de lits. C’est une sombre instance technocratique sans aucun contrôle de la représentation nationale, qui décide de tout et impose les suppressions de lits : le COPERMO. Des cabinets de conseil internationaux « conseillent » le gouvernement comme les fonds de pension, moyennant des honoraires astronomiques, avec les mêmes recettes que les grands plans sociaux. Et pourtant les hôpitaux ne sont pas cotés en bourse, pas encore. Bien plus grave, avec 69 000 lits supprimés, le Copermo, mis en place par Marisol Touraine, s’autofélicite dans une messe technocratique de la dernière indécence et de la meilleure mauvaise foi :

« La plus-value de cette nouvelle approche ainsi que le caractère vertueux d’une analyse médico-économique globale des dossiers et d’une démarche collaborative entre le niveau national, les ARS et les établissements. »

Il est révélateur que le gestionnaire du Copermo soit le Bureau de l’efficience (sic !) des établissements de santé publics et privés (PF1) et non le bureau de l’efficacité. Peu importe le résultat, ce qui compte c’est que l’exercice administratif et comptable soit parfait, responsable mais pas coupable. Peu importe les femmes enceintes obligées d’accoucher à 70 km, les personnels d’urgence en burn out à 35% des effectifs, les choix cruciaux entre malades pour les médecins, les opérations sans cesse reportées qui arriveront trop tard, les délais de consultation à plus d’un an, les vieillards qui passent leur vie dans des ambulances.

Alors que la plupart des pays européens ont plus de 5 lits en soins intensifs pour 1000 habitants, la France est à peine à la moitié, entre 2.5 et 3 lits pour 1000 habitants, au niveau des états du sud les moins développés.

3400 lits avaient déjà été supprimés en 2019, 4000 en 2018. Entre 2003 et 2017, plus de 69 000 places d’hospitalisation à temps complet ont disparu. Ces dernières années, le Copermo a décidé de supprimer 174 lits et des centaines de postes au CHU de Nancy. C’est aussi le Copermo qui veut transformer le CHU de Reims, en y supprimant des lits : 184 lits en moins d’ici à 2027. Au CHU de Tours, le plan Copermo en cours prévoit de fermer 350 lits .

Cette phrase résonne tous les jours partout en France :« Je n’en peux plus d’expliquer aux malades qu’il n’y a plus de lits disponibles » : l’hôpital au bord de la rupture

Des considérations strictement financières deviennent sans queue ni tête : À Caen, c’est le projet de reconstruction de l’hôpital qui aboutira à supprimer 200 lits à l’horizon 2026. À Limoges, un projet de transformation du CHU adopté en 2018 devrait avoir pour conséquence la fermeture d’une centaine de lits. À Nice, un « contrat de retour à l’équilibre financier » prévoit la disparition d’environ 200 lits.

Même chose à l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille où le projet de 2019 vise à fermer 230 lits Début octobre, en pleine deuxième vague du Covid, la chambre régionale des comptes d’Occitanie a publié un rapport préconisant, là encore, des suppressions de lits au CHU de Toulouse.

Les professeurs de sport ne peuvent pas maintenir leurs clients en forme en plein air avec deux ou trois mètres de distance. Les remonte pente sont interdits avec des distances de plusieurs mètres entre chaque personne,  mais on entasse les parisiens et d’autres dans les transports en commun souvent désinfectés une à deux fois par jour seulement. Aucune procédure ne concerne les grands ensembles de logements sociaux où des milliers de personnes peuvent se fréquenter sans gestes barrières, mais on ferme des centres commerciaux capables de respecter les distanciations. La campagne de vaccination a été tellement mal programmée que des services entiers ont été désertés par leur personnel souffrant d’effets secondaires du vaccin.

Il parait que le Gouvernement est proche des Français.

par Ludovic Grangeon26/02/2021

Source économie matin

Comment L’État Va Prendre Votre Épargne

Il témoigne :