FNACAB

Accueil » 2021 » avril

Archives Mensuelles: avril 2021

Une annulation d’une partie de la dette des entreprises ? — Les Vitrines de Deauville – UCIAD

Alors que la question du remboursement des PGE se fait de plus en plus vive, Bruno Le Maire a indiqué hier qu’une partie des dettes pourraient être annulées ou étalées « au cas par cas », qu’elles soient privées ou contractées auprès de l’Etat.

Une annulation d’une partie de la dette des entreprises ? — Les Vitrines de Deauville – UCIAD

« Bientôt, le drame économique va être nettement supérieur au drame sanitaire »

 art de Eudes Baufreton sur By bvoltaire.fr

Le vient de tomber : sans surprise, la explose mais toutes les dépenses de l’État ne sont pas liées à la crise sanitaire. Certaines, dites « structurelles », ont continué à progresser sans effort de limitation. Peut-on encore continuer ces restrictions sanitaires qui pèsent sur l’économie ? Va-t-on échapper à la ?

Explications et réactions d’Eudes Baufreton.

 

Le rapport de la Cour des comptes sur les dépenses de l’État montre que les dépenses publiques explosent avec la période de Covid. Qu’en est-il précisément ?

Les dépenses de l’État ont fortement augmenté. Une partie de ces dépenses s’explique par la conjoncture : avec la crise sanitaire, des dépenses ont été engagées, mais il y a aussi les dépenses structurelles de l’État qui ont continué à progresser indépendamment de la crise sanitaire. Ce sont les contribuables qui vont payer la facture, ce n’est pas gratuit, comme disait , et chaque euro dépensé par un élu est un euro payé par un Français. La question que l’on est en droit de se poser est la suivante : au moment où l’État aurait dû réduire un certain nombre de projets non essentiels, les bonnes mesures ont-elles été prises ? Les bonnes réformes ont-elles été faites ? Visiblement non. L’État a continué sur le même train de vie alors qu’il y a des dépenses supplémentaires. C’est un peu comme si un ménage faisait face à une crise, que l’un des deux conjoints perdait son salaire et que le ménage continuait à dépenser de la même manière. Ça pose un problème.

Peut-on continuer ces restrictions sanitaires ?

Ce n’est pas possible de continuer comme cela. Et Bruno Le Maire l’a dit à plusieurs reprises. Bientôt, le drame économique sera bien supérieur au drame sanitaire. Là, on ne le voit pas encore car l’économie est sous perfusion, le partiel est payé et financé par la dette, mais les caisses sont vides. Cela va créer des tensions au sein de l’ car certains pays ont fait des choix, qui se révéleront bénéfiques. En , nous avons tout fait prendre en charge par l’État, au nom d’un principe de précaution, et cela ne pourra pas continuer bien longtemps. Certains pays européens ne voudront pas payer cette dette commune. La mutualisation de la dette imposée par Emmanuel Macron est pourtant interdite par le traité de Maastricht. Les pays du Nord qui sont économes et vertueux ont fait le choix de la responsabilité individuelle, ils ne voudront pas payer l’addition de pays dépensiers. Et cela est bien légitime.

Peut-on échapper à la crise économique annoncée ?

Non, on ne peut pas y échapper. D’un côté, l’économie est atrophiée et va générer du chômage et une situation sociale coûteuse. De l’autre côté, il y a autant de recettes fiscales en moins et, donc, il y aura un véritable effet de ciseaux. En réalité, l’État devrait aujourd’hui s’engager dans un grand plan de réformes structurelles visant à réduire son périmètre d’intervention et son niveau de dépenses courantes. En France, on a quasiment six millions de , il y en a seulement trois en . Cela veut tout dire ! L’État a maintenu ses prérogatives et son champ d’intervention alors que l’économie privée est à genoux. Ce sont les citoyens qui sont au service de l’État alors que cela devrait être l’inverse. Ce rapport de la Cour des comptes met ce problème en lumière.


Vos données bancaires sont en danger !

C’est un article de sur phone android qui lance l’info.
 
L’application SuperVPN comme au moins six autres au logo et à la description identique semblent être conçues comme de véritables pièges à données personnelles. L’application compte de grosses vulnérabilités, et des données sensibles d’utilisateurs nominatives (dont des données bancaires) se retrouvent dans des bases de données pirates.

 

Un VPN, ou Virtual Private Network, est un protocole qui vous permet de vous connecter à internet depuis un serveur distant. Ce type de tunnels était jusqu’à il y a encore quelques années essentiellement utilisés pour se connecter à des réseaux d’entreprise.

Mais avec le développement du géoblocage des contenus sur les plateformes de streaming et des risques liés aux hotspot WiFi publics, leur usage a depuis décuplé. Les VPN sont indispensables, par exemple, pour débloquer le catalogue Netflix d’autres pays ou échapper à la censure du net si vous vous trouvez en Chine.

Il est impossible de vous conseiller un VPN gratuit en 2021

Or, on vous le dit souvent, mais cela ne coûte pas grand chose de le rappeler : les VPN gratuits sécurisés, ça n’existe pas – même quand ces derniers prétendent “protéger votre vie privée”. Mettre en place un service VPN pour des millions d’utilisateurs a un coût important.

Il faut payer des développeurs, un hébergement adapté et maintenir le service avec une équipe d’employés permanente. Dès lors, lorsqu’un service VPN se dit gratuit, c’est qu’il a trouvé d’autres manières de se financer. Or, vous vous en doutez il n’y en a pas beaucoup.

Le plus simple et lucratif est en effet d’aspirer et d’exploiter d’une manière ou d’une autre vos données personnelles. Certains services le font de manière plus ou moins transparente, mais il y a toujours une part d’ombre, sans compter le fait que ces services sont eux-mêmes régulièrement l’objet de vols de données.

Bref, si vous devez vraiment utiliser un service VPN, il est difficile à date de vous conseiller autre chose que de choisir un VPN payant réputé comme NordVPN, TunnelBear, CyberGhost, SurfShark, ou encore ExpressVPN.

SuperVPN, l’un des pires services encore en activité, est de retour

Et si vous avez installé un VPN gratuit sur votre smartphone Android, nous vous recommandons surtout de bien vérifier qu’il ne s’agit pas de SuperVPN de GeckoVPN ou ChatVPN. Nos confrères de Cybernews expliquent en effet dans un tweet que trois bases de données sont en vente sur des forums pirates.

Ces fichiers contiennent des données très sensibles de 21 millions d’utilisateurs de SuperVPN, GeckoVPN et ChatVPN (ces deux derniers services ne comptent néanmoins pas beaucoup d’utilisateurs). Les données incluent des noms, des adresses mail, noms d’utilisateurs, données bancaires et même des détails sur le smartphone des clients.

Ce n’est pas la première fois que l’on alerte sur le danger de SuperVPN. En 2020, le site alertait déjà sur le fait que plus de 105 millions d’utilisateurs étaient menacés de piratage. Les chercheurs de VPNPro expliquaient alors que l’application “permet aux pirates d’intercepter les communications entre l’utilisateur et le fournisseur, et même de rediriger les utilisateurs vers le serveur malicieux d’un pirate”.

Lire également : VPN gratuits – attention, ce malware peut voler vos informations bancaires

Méfiez-vous également des clones de SuperVPN

L’application “connecte l’utilisateur à des hôtes multiples, certaines communications sont envoyées via du HTTP non sécurisé. Ces requêtes contenaient des données chiffrées, mais en y regardant de plus près nous nous sommes rendus compte que cette communication contient en fait la clé nécessaire au décryptage des données”, explique VPNPro. A l’époque, cela avait valu à SuperVPN de disparaître du Play Store.

L’application est pourtant de retour, et il semble que ses pratiques n’ont pas beaucoup changé. SuperVPN dispose d’une base de plus de 100 millions d’utilisateurs selon sa fiche sur le Play Store. Nos confrères de Cybernews jugent donc le problème comme particulièrement grave et recommandent de “supprimer votre compte et passer sur un service VPN réputé” pour mettre fin à l’abus de vos données personnelles.

Il faut d’ailleurs relever que SuperVPN a de nombreux clones. Le nom change, mais on les reconnait facilement en les comparant avec la fiche de SuperVPN : le logo y ressemble très fort, et la description est tout simplement un copier-coller de celle de SuperVPN (cf capture en fin d’article). Selon Cybernews, au moins six de ces clones ont été identifiés, mais il peut y en avoir davantage.

« Attention !! Signal faible d’une inflation forte !! »

L’édito de Charles Sannat

Paru sur son site: insolentiae.com

C’est quoi l’inflation ?

Pour les économistes il y a de multiples façons de parler de l’inflation ou de la définir, de la quantifier ou de la mesurer.

Nous pouvons couper l’inflation en 4.

Pour l’économiste de grenier que je suis, l’objectif c’est de faire simple, mais pas simpliste, et compréhensible par tous.

L’économiste de grenier que je suis aime l’économie d’en bas, celle de la vraie vie, celle des prix, celle des gens, celle où l’on voit de ses yeux ce qui marche et ce qui souffre.

Alors l’inflation c’est quoi ?

C’est l’augmentation généralisée des prix.

Et quand les prix augmentent, c’est en réalité le pouvoir d’achat de votre monnaie qui baisse !

Alors l’inflation n’est pas l’augmentation des prix contrairement à ce que l’on dit chez Mr et Mme Michu, c’est la baisse du pouvoir d’achat de votre monnaie, c’est donc, en réalité, la perte de valeur de votre monnaie.

Dit autrement c’est la monnaie que vous utilisez qui ne vaut plus rien.

Pourquoi ne vaut-elle plus rien ?

Parce que tout ce qui est rare est cher, et tout ce qui est abondant ne vaut rien. 

Plus vous créez de votre monnaie, moins chaque unité a de valeur.

Que faisons-nous depuis 12 ans ? Nous imprimons de plus en plus.

A tel point que l’argent épargné ne vaut plus rien, ne rapporte plus rien.

Quand l’épargne est « rémunérée » à taux négatif, c’est que votre monnaie ne vaut plus rien, ou de moins en moins.

L’inflation c’est donc la hausse généralisée des prix, ou la baisse généralisée du pouvoir d’achat de votre monnaie.

C’est ces deux choses à la fois et elles reviennent au même.

Voici le genre de mail que les artisans reçoivent

Cedeo est un grossiste avec plus de 450 agences en France pour les plombiers et les amoureux des chaudières, des pièces détachées et des tuyaux de cuivre !

Il y a de fortes chances que votre plombier se fournisse là-bas.

Des communes près de la faillite…

Cela s’ajoute à l’endettement de l’Etat. L’après covid sera très, très difficile…Lisez cet article qui suit.

C’est un article de la Nouvelle-République envoyé par l’un de nos camarades sur ma messagerie qui titre « Saint-Pierre-des-Corps surendettée ? Le maire demande l’aide de la chambre des comptes ».

« Ce lundi à 11 h 30, Emmanuel François, le maire de Saint-Pierre-des-Corps, a tenu une conférence de presse pour expliquer son incapacité à présenter un budget à l’équilibre. Il alerte sur l’état des finances de la ville.

L’heure est grave, ce lundi matin, à la mairie de Saint-Pierre-des-Corps. En cette veille de vote du budget par le conseil municipal, le maire Emmanuel François a convoqué la presse, pour annoncer qu’il présentera un budget en déséquilibre, avec un déficit de 92 000 € en fonctionnement, ce mardi à 9 h. Ce qui est illégal. Ce fait rare déclencherait une procédure pouvant conduire à une mise sous tutelle financière de la ville par la chambre régionale des comptes.

Une dette de 19,3 M€. »

Cette situation n’est pas propre à cette commune, en effet, de très nombreuses communes sont peu ou mal gérées, pour de multiples raisons pas toujours imputables aux élus locaux, mais ces derniers ne sont pas non plus toujours irréprochables, au contraire.

Totems symboliques, « grands travaux » locaux, égo démesuré, parfois conflit d’intérêt ou prise illégale d’intérêt, il y a de nombreux abus pas toujours facilement traitables en justice.

Et puis, il y a les difficultés économiques générales, les baisses des dotations, les transferts plus ou moins obligés vers les interco de nouveaux machins qui n’ont jamais fait baisser les coûts de fonctionnement de nos structures locales.

Tout ceci est masqué par une relative hypocrisie de l’ensemble des acteurs.

Les mairies font semblant d’équilibrer des budgets puisque ne pas le faire est illégal et déclenche l’intervention de la chambre régionale des comptes, et les vérificateurs font semblant de croire à la sincérité des budgets présentés.

La créativité comptable est une réalité, pour certains c’est même devenu un art. Demandez à Goldman Sachs qui avait permis à la Grèce de maquiller ses comptes.

« Dans un rapport de 2018, la chambre régionale des comptes avait déjà noté que la ville était en retard au niveau des investissements, par rapport aux autres communes de la strate. Elle mentionnait « des charges structurelles élevées », avec des « dépenses de personnel élevées, en partie du fait des services proposés à la population ». Elle proposait alors d’agir sur différents leviers dont « les intérêts de la dette ou les dépenses de personnel. »

Notre fonds de roulement est de 4 jours, quand il est de 4 mois pour les autres communes« .

Y’a plus d’sous nulle part !

Ce qui est impressionnant dans l’effondrement en cours de notre pays, c’est que tout est en train de se déliter.

Les communes n’ont plus sous, les hôpitaux n’ont plus de sous, les armées sont indigentes, je ne vous parle même pas de l’état de nos commissariats, ou de l’école en général. Partout, tout tombe en pièces et pourtant jamais les prélèvements fiscaux n’ont été aussi importants rapportés au PIB.

La ponction est majeure. Le service rendu inexistant.

Terrible.

La crise économique liée au Covid va laisser des traces durables notamment sur les finances des structures les plus petites que sont les communes.

L’Etat devra finir par intervenir et par aider aussi… les villes de France, que vous allez découvrir un jour dans de grandes difficultés financières. Ce jour approche.

Seule une gestion au cordeau des villes peut inverser la tendance, comme cela a été fait en Allemagne il y a 10 ans. Les piscines étaient fermées, les fontaines à l’arrêt etc.

En Allemagne quand il n’y a plus de sous, il n’y en a plus.

En France, quand il n’y en a plus, il y en a encore, même si on ne les a pas…

On les invente.

On les emprunte.

Jusqu’à la catastrophe finale.

C’est un article de Charles SANNAT sur Economie matin