FNACAB

Accueil » 2015 » janvier

Monthly Archives: janvier 2015

2014 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 9 100 fois en 2014. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 3 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Lettre à mon fils…

Mon très cher fils,

Tu as maintenant 41 ans. Je pense à ta génération, à ceux qui sont nés dans les années 70. Tes deux sœurs en font partie. À cette époque, j’avais 24 ans et je me lançais dans la vie active après des études universitaires. Ce n’était pas plus facile que maintenant de trouver un premier emploi ou de créer son entreprise.

Il fallait de la volonté, du travail, et le goût du risque. La réussite n’était pas forcément assurée mais on pouvait trouver sur son chemin des êtres humains pour conseiller, pour freiner la trop grande ardeur, pour montrer la voie de la raison.

C’est ainsi que j’ai créé l’affaire dans laquelle je travaille toujours. Je n’ai pas fait fortune mais j’ai fait face aux nécessités économiques de la vie et à celles nécessitées de votre éducation. Je sais que d’autres jeunes ont été plus gâtés que vous. Pas mal d’entre eux ne travaille toujours pas sérieusement et vivent d’expédients ou de crédit à la consommation. Et les parents, voir les grands-parents payent toujours et s’endettent eux-mêmes pour eux. Ma plus grande satisfaction, c’est de vous voir tous trois pourvus de diplômes et tous trois pourvus d’un emploi. Mon regret aujourd’hui, c’est de n’avoir pas fait plus pour que vous accédiez à un niveau plus important d’études. Ne commettez pas la même erreur avec vos enfants.

Heureusement, vous me paraissez pratiquer la maxime :  » la prudence est mère de sûreté ». Il est un autre adage qui me paraît bien adapté à l’époque : « le mieux est l’ennemi du bien ». Il est adapté parce que le monde est devenu très dangereux. Et je ne veux pas parler des attentats et des différentes catastrophes. Ce monde ne glorifie plus la réussite par le travail, le mérite, la compétence, l’honnêteté.

Il exalte le plus de jouissance et le toujours plus d’argent quel que soit le mode d’acquisition. Ce monde est plein de mauvais conseillers, de dealers en tout genre et de gens dangereux qui vivent sur le dos des autres en exploitant l’envie de jouissance, l’envie de puissance et de considération. D’ailleurs cette recherche est utilisée par une publicité que j’ai vu récemment sur les écrans de télé. Elle se termine par : « soyez vous, soyez fous ». En parlant de mauvais conseillers, de dealers, je pensais au système bancaire qui en est rempli. Les dealers ne sont pas que dans la rue. Et pour preuve je te raconterai juste une petite histoire.

Gérard a 36 ans, il va tout perdre. Gérard a fait des économies à l’époque où il travaillait chez un patron et ensuite pour lui-même dans sa branche d’activité. Avec son frère, sa mère, il a acquis un immeuble de trois étages. Lui est propriétaire du rez-de-chaussée. Il a réalisé lui-même des travaux d’embellissement. Il dispose donc d’un très bel appartement. Mais voilà, il va le perdre.

Voulant gagner plus, voulant aussi plus de considération en devenant commerçant, il acquiert une pizzeria qui est présentée comme une bonne affaire alors qu’elle est en fait déjà en péril. On est en 2005. C’est l’époque où les banques prêtent à n’importe qui, pour n’importe quoi comme le fait le dealer sans état d’âme et pour plus d’efficacité, les employés sont affublés du titre trompeur de  « conseiller de clientèle ». La simple vue du dernier bilan démontrait une surestimation du prix de vente et annonce la catastrophe prochaine. Mais, peu importe puisque la banquier prend la caution de Gérard qui est propriétaire immobilier. Il est couvert lui.

En quelques mois, il déposera le bilan et maintenant soit il vend lui-même ce magnifique appartement, soit celui-ci sera vendu aux enchères. Heureusement pour lui, il a compris l’erreur et il tente de vendre volontairement. Mais la conjoncture est mauvaise. Peut-être mais peut-être seulement, lui restera-t-il un petit solde lorsqu’il aura tout payer pour se relancer. Heureusement aussi, il n’a que 36 ans mais c’est l’âge limite.

Alors n’oublie jamais mon fils et dit le à tes sœurs que « les conseillers ne sont jamais les payeurs »et « on risque de tout perdre en voulant trop gagné ». C’est un autre adage très ancien. Finalement tous les anciens n’étaient pas si bête que cela. Vois tu tous les jours je pense à ma grand mère, décédée en 69, que tu n’as pas connu. Elle économisait pour acheter et refusait d’emprunter comme elle refusait sa signature sans voir son homme de loi. Elle refusait de signer même mon carnet de note quand je tentais d’éviter mes parents, les notes étant insuffisantes. Elle a fini sa vie en ayant conserver et améliorer son patrimoine.

Ton père qui n’a pas été toujours parfait.

Le flash-info n° 39 de Décembre est sorti

Plein d’articles et d’informations

Cliquez (ici)

Extraordinaire! vraiment… tous les français et bien d’autres devraient écouter ces propos. .

Vous êtes nombreux à avoir compris mais…

Oui vous êtes nombreux à avoir compris que le système bancaire était responsable de la crise qui dure et durera encore plusieurs années, qu’il se livrait à de nombreux abus causant des drames individuels graves mais, et cela ressort de vos réponses à nos publications, vous vous sentez désarmer. Beaucoup pose la question: que peut on y faire?

Je sais, je le vis depuis 20 ans, que le système à un talon d’Achille: il a très peur de tout ce qui est publicité sur ses abus qui pourrait entrainer une mobilisation de l’opinion publique. Il ne peut poursuivre qu’avec la dissimulation, le secret, les complicités diverses voir la corruption. Sa règle d’or: le silence. Chaque fois qu’on a médiatisé, l’affaire a été réglée.

La preuve? la déclaration de David Rockefeller devant la Commission Trilatérale en 1991:

 » Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. »

Il remercie la presse américaine de s’être tue pendant 40 ans….alors que celle ci participait à leurs réunions. C’est pas extraordinaire. Et il précise bien qu’il leur aurait été impossible de développer leur projet s’ils avaient été exposés publiquement.

Et leur projet, en l’occurrence, est de gouverner le monde. Voici la suite de la déclaration de David Rockefeller:

« Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial.
La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés. »

Tout est dit. Même la démocratie doit être supprimée.

Alors que faire? alerter et réveiller les citoyens. Comment? par la communication. Et voilà pourquoi vous avez tous votre rôle à jouer. La vie est un engagement permanent pour soi même et pour ceux qui vous sont chers. Vous pouvez participer. Voici les différentes possibilités.

-Transmettre systématiquement à vos contacts nos envois même si vous n’en avez que 10. C’est gratuit.

-Faire inscrire vos contacts pour qu’ils soient destinataires de nos infos. C’est gratuit.

-Participer à nos actions et manifestations. C’est gratuit.

-Faire un don même modeste (1€) par paypal ou autre moyen en fonction de vos possibilités. Merçi à ceux qui l’ont déjà fait et le referont.

Le but:

Dénoncer le plus fort possible les abus du système qui ne pourra pas faire perdurer ses abus. Nul ne peut s’imposer face à l’opinion publique vigilante et active. Je rêve d’une mobilisation générale, de panneaux publicitaires sur toute la France couverts périodiquement pour dénoncer le système. Oui c’est possible si plus de citoyens mettent en commun un tout petit peu de leurs moyens.

1€ par 1 million de donateurs = 1 000 000€. Quel boum cela produirait!

Et noter qu’un don peut provenir d’une initiative qu’il suffit d’organiser. Exemple cliquez ici.

Alerte : un nouvel abus bancaire préconisé

Madame Lagarde, vous connaissez, et le FMI, vous connaissez aussi, préconisent que les contribuables garantissent les prêts octroyés aux entreprises parce que les banques ne font pas leur travail. Et cette garantie serait accordée surtout quand le crédit est trop risqué ou lorsque la banque est dans l’incapacité d’en accorder un.

Et le FMI constate que les petites entreprises représentent 99,8 % de l’économie européenne. Il constate aussi que les banques achètent plutôt des obligations et des actions, avec l’argent que les banques centrales leur distribuent.

La solution n’est elle pas de mettre au pas les banques ? La solution, pour eux, est de tondre le contribuable qui n’en peut déjà plus.

En savoir plus cliquez ici

Citoyen réveille-toi !

« Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. »
Abraham Lincoln

Abus bancaires: Il ne sert à rien de s’égosiller…mieux vaut agir.

Bonne et excellente année.

C’est mes souhaits pour chacun d’entre vous. J’aurai plein de choses à dire en ce début janvier. J’ai choisi les quelques réflexions qui me sont venues à l’esprit en ce début d’année à la vue de la photo que je vous adresse. Cette photo m’a été transmise par un correspondant dont je partage quelques idées, mais quelques idées seulement. La légende m’a paru très caractéristique de la situation que nous vivons aujourd’hui en France.

S’égosiller est inutile. Il faut agir. Pendant que beaucoup s’égosillent inutilement comme ces oisillons,  d’autres travaillent…pour pour un vrai changement. Seules les batailles qu’on ne livre pas, sont perdues d’avance.

S'égosiller est inutile. Il faut agir.

Je reviens de voyage au cours duquel j’ai utilisé les services d’un taxi propriété d’un homme âgé d’environ 40 ans avec lequel il a été évoqué rapidement la situation générale et l’apathie qui semble frapper les habitants de ce pays. J’ai associé ses propos à cette image de petits oiseaux qui s’égosillent dans leur nid inutilement puisque leurs parents s’activent pour les nourrir.

Je dis à ce chauffeur: « oui, la situation est mauvaise et je ne comprends pas pourquoi personne ne bouge ? » Et j’ajoutais: «j’ai connu personnellement lorsque j’étais plus jeune des contestations très importantes soit d’artisans et commerçants, soit de paysans. Et notre histoire récente est remplie de mouvements contestataires puissants alors même que la situation était bien meilleure. Je comprends que ceux qui profitent du système ne bougent pas. Mais les autres, l’immense majorité ? Ceux qui sont tous les jours rackettés par leur banque avec des frais bancaires abusifs et totalement illicites, par les impôts, les autoroutes. Je pense surtout à tous ces petits entrepreneurs qui voient leurs bénéfices totalement absorbés par les frais des banques; à ceux qui voient leur commerce menacé de liquidation judiciaire parce qu’on leur a supprimé un découvert bancaire brutalement ce qui a permis au banquier de multiplier les frais sanction.»Et je lui parlais de Gérard Nicoud et de son aventure du CIDUNATI. Bien sûr, il ne connaissait pas.

Il m’a répondu : « oui, mais avant ils avaient des « couilles »; maintenant nous somment endoctrinés, chloroformés.»

40 ans, c’est l’âge des enfants de ceux qui se sont battus dans les années 60-70 mais qui se sont endormis sur leurs lauriers. Ils les ont élevés dans la ouate de la facilité qui rend inapte à l’effort, à l’action. Avons-nous transmis les valeurs qui nous ont été léguées par nos propres parents et nos propres éducateurs ?

Non. Je ne suis pas certain les avoir transmises moi-même ces valeurs. Je ne suis pas certain que mes enfants comprennent toujours pourquoi je me bats encore alors que je n’ai pas de problème particulier. J’ai appris le sens de l’engagement pour défendre autrui, pour refuser l’inacceptable. Et je sais qu’en défendant autrui, je défends les miens et moi-même. Car c’est le combat collectif qui permet des solutions durables.

Vous qui liraient ces quelques réflexions modestes? N’hésitez pas à me faire part de votre avis quel qu’il soit. Et pour provoquer un vrai changement,pourquoi ne pas unir nos forces?

Bonne année.